Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Des syndiqués du secteur privé appellent le ministre à faire preuve de gros bon sens 

Le Syndicat des employés municipaux de la Ville de Sorel-Tracy (CSN), le Syndicat des aciers forgés Sorel (CSN) ainsi que le Conseil central de la Montérégie–CSN ont interpellé le ministre Gaétan Barrette pour l’inciter à faire preuve de gros bon sens et à autoriser l’achat d’un appareil bronchoscope, lors d’une conférence de presse tenue ce matin à Sorel-Tracy.

Accompagnés par le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, et le député de Richelieu, Sylvain Rochon, les syndiqué-es et le Conseil central ont exprimé leur colère devant le manque d’ouverture du ministre de la Santé et des Services sociaux. « Nous demandons à Gaétan Barrette de faire preuve de pragmatisme et de gros bon sens : l’appareil est financé, l’hôpital est prêt à l’accueillir et la population en a particulièrement besoin. L’attitude du ministre est incompréhensible », a lancé Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie-CSN.

Photo Michel Giroux

Pour sa part, François Martin, président du Syndicat des employé-es municipaux de la Ville de Sorel-Tracy, a témoigné de l’importance, pour la région, de se doter d’un tel appareil.

« Cette machine est importante pour la population et les travailleurs, car il y a beaucoup de problèmes pulmonaires à Sorel-Tracy et dans la MRC. Moi-même, je souffre d’asthme et ma condition s’est aggravée avec le temps. Je suis aujourd’hui dépendant de pompes et de médicaments. Bien sûr, une machine comme le bronchoscope ne réglera pas tout, mais le ministre ne peut pas prétendre que notre demande n’est pas justifiée », a insisté le président.

De son côté, le vice-président du Syndicat des aciers forgés Sorel, Éric Lalancette, a rappelé que les nombreux travailleurs de l’acier sont particulièrement affectés par cette situation. « Plusieurs personnes retraitées de l’industrie de l’acier sont décédées des suites d’un cancer du poumon. Les gens d’ici ont financé l’achat de cet appareil sachant pertinemment que la population en avait besoin. Le ministre va-t-il réellement nous l’interdire ? », a questionné M. Lalancette, aussi vice-président du Conseil central de la Montérégie-CSN.

Les syndicats CSN du secteur privé de la région joignent leur voix  à celle des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux qui exigent aussi que le gouvernement permette à l’Hôtel-Dieu de Sorel-Tracy de se doter de l’appareil.

Les employé-es municipaux de la Ville de Sorel-Tracy – CSN renouvellent leur convention collective

Réunis en assemblée générale, les employé-es municipaux de la Ville de Sorel-Tracy–CSN, se sont prononcés, le 4 juillet dernier, à 83 pour cent en faveur des termes de leur nouvelle convention collective.

D’une durée de 5 ans soit jusqu’au 31 décembre 2016, le contrat de travail de ces syndiqué-es, membres d’un syndicat affilié à la CSN, prévoit des augmentations de salaire totalisant 16 pour cent.

De plus, les travailleuses et les travailleurs ont aussi droit à un montant rétroactif calculé depuis le 31 décembre 2011.

Les employé-es enregistrent également des gains aux chapitres suivants : assurance collective, droits syndicaux, protection de l’emploi, etc.

Concernant la protection de l’emploi, les travailleuses et les travailleurs ont aussi réussi à protéger leur emploi en cas d’introduction de changements technologiques ou économiques ou pour des raisons de surplus de personnel.

Appelé à commenter, le président du syndicat, Christian Lapointe, a déclaré : « Nous avons atteint nos objectifs de négociation, et cela, grâce à la solidarité des membres du syndicat. Nous avons raison d’être fiers des résultats de la négociation. »

L’employeur et le syndicat n’ont pas eu besoin de recourir à leur droit de lock-out ou de grève.

La convention collective était échue depuis le 31 décembre 2011 et les négociations ont débuté en septembre 2012 afin de terminer les travaux d’équité et de relativité salariale.

Le syndicat a joint les rangs de la CSN en août 2010 et compte environ une soixantaine de membres affiliés à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN), ainsi qu’au Conseil central de la Montérégie.