Négociation dans les centres de la petite enfance de Montréal et Laval

1500 travailleuses CSN entérinent à 92 % la recommandation des conciliateurs

21 juin 2018

Photo : Cédric Martin
Une page vient donc d’être tournée. Mais elle restera gravée longtemps dans notre mémoire en raison de la mobilisation sans précédent des travailleuses, au moins jusqu’au renouvellement des conventions collectives dans moins de deux ans.
Partager
Dossiers
Région
  • Montréal métropolitain
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Francois Forget 514 212-7383
francois.forget@csn.qc.ca

Les 1500 membres du Syndicat des travailleuses(eurs) des CPE de Montréal et Laval–CSN ont entériné à 92 % la recommandation de règlement émise par les conciliateurs du ministère du Travail après un blitz de négociation de 24 heures qui s’est terminé à 7 h du matin, le 17 juin dernier. Cette décision a été prise par vote secret lors d’une assemblée générale extraordinaire tenue à huis clos dans la soirée du 20 juin à l’Hôtel Fairmount Queen Élisabeth. Cela met donc fin à l’une des plus longues rondes de négociation jamais vécue dans une soixantaine de CPE de Montréal et Laval membres de l’Association patronale nationale des CPE (APNCPE).

« On pousse un véritable soupir de soulagement et de satisfaction après 39 mois sans convention collective, a affirmé Carole Leroux, présidente du syndicat. Cette négociation a été très difficile. La soixantaine de directions des CPE et l’APNCPE ont cherché à réduire de façon importante nos conditions de travail et par là, la qualité même des services dispensés aux enfants. Une page vient donc d’être tournée. Mais elle restera gravée longtemps dans notre mémoire collective en raison de la mobilisation sans précédent des travailleuses, au moins jusqu’au renouvellement des conventions collectives dans moins de deux ans. »

Une fois signée, la convention collective sera en vigueur jusqu’au 31 mars 2020. Elle comporte plusieurs gains, notamment sur les salaires, les jours fériés et les congés divers, les régimes de retraite et d’assurance, les activités pédagogiques.

Les autres enjeux pour lesquels il y a eu déclenchement d’une grève générale illimitée durant huit jours, entre le 6 et le 15 juin, portent sur le rôle décisionnel de l’équipe, les horaires de travail, la liste de rappel et l’application de l’ancienneté, la transparence des états financiers et les droits acquis. Des enjeux qui touchent toutes les catégories d’emplois, des éducatrices aux responsables en alimentation, en passant par les adjointes administratives ou encore les préposées à l’entretien.

« On ne peut que souligner la très grande détermination des travailleuses qui se sont battues jusqu’à la toute dernière minute pour préserver la qualité de leurs emplois et des services à la petite enfance, a dit pour sa part Lucie Longchamps, nouvelle vice-présidente responsable des secteurs privés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). Cette étape marque la fin d’un processus de négociation dans les CPE syndiqués à la CSN qui aura été beaucoup trop long en raison du retrait de l’APNCPE de la table des négociations nationales, en février 2016. »

« Je lève mon chapeau à ces femmes qui se sont tenues debout devant l’adversité et l’acharnement de la partie patronale qui a tenté sans succès de briser leur moral et leur solidarité, déclare Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN). Ce sont leurs luttes qui ont permis de construire et de maintenir ce réseau des CPE envié de par le monde en raison de la très grande qualité des services éducatifs dispensés, comme le démontrent toutes les études. C’est un réseau qu’il nous faut constamment préserver alors que, dans le cadre des élections d’octobre prochain, de véritables vautours de la privatisation annoncent qu’ils veulent à poursuivre le saccage de ce joyau mis en place depuis les trois dernières décennies. Heureusement encore, les travailleuses l’ont très bien compris. »

À propos du syndicat et de la CSN

Le Syndicat des travailleuses (eurs) des CPE de Montréal et Laval–CSN compte plus de 2500 membres dans 105 CPE, totalisant 157 installations, dont 61 CPE sont représentés par l’APNCPE. Le syndicat est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) qui représente plus de 14000 travailleuses en CPE et responsables en service de garde en milieu familial. Il est aussi affilié au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN). La CSN regroupe pour sa part quelque 300000 syndiqué-es provenant de tous les secteurs d’activités tant publics que privés.

← Précédent 210 salarié-es votent à 83 % en faveur d’une entente de principe 20 juin 2018
Suivant → La CSN honorée pour son implication auprès du Camp Vol d’été Leucan-CSN 21 juin 2018

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/1500-travailleuses-csn-enterinent-a-92-la-recommandation-des-conciliateurs/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.