18e édition de la Journée nationale des chargées et chargés de cours

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ressort perplexe de la lecture du…
Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

« Les services publics font face à une crise de main-d’œuvre sans précédent, à laquelle s’ajoute…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La ministre Pascale Déry ne doit pas marchandiser l’enseignement supérieur

La CSN et ses fédérations ont rencontré aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur Pascale Déry pour…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec

18e édition de la Journée nationale des chargées et chargés de cours

Pour une dix-huitième année consécutive, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) souhaite mettre en lumière l’expertise considérable et la variété des champs d’intervention des chargées et des chargés de cours de nos universités.

Pour souligner cette journée, la FNEEQ-CSN lance deux nouvelles capsules vidéos qui illustrent la diversité de ce corps d’emploi, une diversité qui est un atout pour les étudiantes et les étudiants. Cette année, David Tremblay, chargé de cours en Éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi et Louis-Étienne Pigeon, chargé d’enseignement en Philosophie et Éthique des sciences à l’Université Laval, ont généreusement accepté de se prêter à l’exercice. (www.chargesdecours.com/videos/).

Plusieurs activités organisées par les syndicats de chargées et de chargés de cours se dérouleront aussi sur les campus des universités québécoises.

Avec l’arrivée d’une nouvelle équipe à la tête du gouvernement, cette journée est aussi un signal lancé au ministre Jean-François Roberge. Sans la contribution des personnes chargées de cours à la formation des étudiantes et des étudiants, le taux de diplomation au Québec serait certainement moindre. Ces femmes et ces hommes sont les agents de la démocratisation de l’enseignement supérieur. Pourtant, leur statut demeure précaire et leur contribution méconnue. « Quel est le plan du gouvernement pour mettre en valeur l’expertise de ces enseignantes et enseignants? Comment entend-il stabiliser leur emploi et reconnaître concrètement leur apport à l’enseignement supérieur? » s’interroge Richard Bousquet, vice-président et responsable du regroupement université de la FNEEQ-CSN.

En ce 22 novembre, les chargées et les chargés de cours de nos universités tiennent à rappeler au nouveau gouvernement que leur collaboration est essentielle pour faire de l’éducation un véritable projet de société.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket