Québec et Chaudière-Appalaches

4 novembre 2014

Au moins 51 M$ de coupes dans le réseau de l'éducation

L'austérité libérale frappe toutes les missions de l'État. On a parlé des coupes de 35 M$ dans le secteur de la santé de la région la semaine dernière, mais l'éducation est loin d'être épargnée avec au minimum 51 M$ de compressions budgétaires seulement dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches et seulement pour l'année en cours (2014-2015).

L’austérité libérale frappe toutes les missions de l’État. On a parlé des coupes de 35 M$ dans le secteur de la santé de la région la semaine dernière, mais l’éducation est loin d’être épargnée avec au minimum 51 M$ de compressions budgétaires seulement dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches et seulement pour l’année en cours (2014-2015).

« Avec de telles coupes, il est certain que nous hypothéquons l’avenir de nos jeunes en leur offrant moins d’options de formation et un moins bon appui pédagogique », affirme Yves Fortin, secrétaire général du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CSN).

Il faut préciser que le montant réel des compressions exigées cette année en éducation est en fait beaucoup plus élevé dans les deux régions représentées par le Conseil central. Le montant de 51 M$ comprend en effet seulement quatre commissions scolaires sur six et trois cégeps sur cinq en plus de l’Université Laval.

«L’Université Laval, une institution phare pour Québec, doit réduire ses dépenses de pas moins de 42 M$ cette année. C’est la plus grosse compression en une année jamais effectuée et ça représente 1200 $ par étudiant à temps plein. C’est une erreur monumentale qui met en danger la qualité de l’enseignement et la mission de l’université », insiste Puma Freytag, président du Syndicat des chargés et des chargées de cours de l’Université Laval. Ce dernier trouve d’ailleurs illogique que le gouvernement justifie l’austérité en disant vouloir préserver l’équité intergénérationnelle, alors qu’il s’en prend au service public le plus important pour leur avenir. Il était pourtant possible de retarder certains investissements en infrastructure pour minimiser l’impact sur les étudiants, mais le Conseil du Trésor a refusé.

Certains cégeps ont augmenté les frais afférents et ont réduit certains services comme les centres d’aide. « Au Cégep Garneau, ça fait maintenant 2,3 M$ de compressions en quatre ans et, malgré les efforts qui ont été faits pour limiter les impacts sur les services offerts aux étudiants, ce serait se leurrer que de penser que ces services ne sont pas affectés », soutient Pierre Mercure, président du Syndicat des professeur-e-s du Collège François-Xavier-Garneau.

Pour la Commission scolaire des Découvreurs, à Québec, des coupes de 2,8 M$ s’ajoutent à celles des quatre années précédentes. Concrètement, cela se traduit notamment par un temps moindre alloué aux élèves par le personnel en éducation et en adaptation scolaire. On constate aussi un dépassement, parfois important, du ratio d’un éducateur ou d’une éducatrice par 20 enfants au service de garde. Un surcroit de travail généralisé compromet les services directs aux élèves. « Encore une fois, c’est le service aux élèves qui écope », dénonce Isabelle Larouche, présidente du Syndicat du personnel de soutien scolaire des Découvreurs.

À la Commission scolaire des Navigateurs, dans la région de Lévis, des coupes de 2,3 M$ cette année se traduisent notamment par un gel des heures des techniciens en éducation spécialisée dans un contexte de hausse des besoins des élèves. À la Commission scolaire de la Côte-du-Sud, dans la région de Montmagny, le financement était déjà en baisse à cause de la diminution du nombre d’élèves et les coupes actuelles ne font qu’accentuer le sous-financement. La survie d’au moins neuf écoles est en jeu. On note aussi le retrait de l’éducation physique et de la musique pour les classes de maternelle. À la Commission scolaire des Appalaches, on baisse de 60 % le budget parascolaire au secondaire et on coupe de 100 % le budget d’interventions pour la prévention de l’intimidation et de la violence à l’école. On élimine également tout le budget de l’aide aux devoirs!

« Ce n’est là qu’une partie des effets, les commissions scolaires cherchent aussi à récupérer une portion des sommes retranchées par le gouvernement en augmentant les taxes scolaires », déplore par ailleurs Yves Fortin.

Plusieurs représentants des syndicats CSN du secteur de l’éducation étaient présents à Québec aujourd’hui pour expliquer les conséquences de l’austérité dans leurs établissements d’enseignement. Ils provenaient de quatre commissions scolaires (Découvreurs, Navigateurs, Côte-du-Sud et des Appalaches), de trois Cégeps (Lévis-Lauzon, Sainte-Foy et François-Xavier Garneau) ainsi que de l’Université Laval.

Le 29 novembre, refusons l’austérité

Devant ces décisions gouvernementales à courte vue, les syndicats CSN de nos deux régions ne resteront pas les bras croisés.

Le conseil central lance une invitation à se joindre à une importante manifestation pour refuser l’austérité qui se tiendra le 29 novembre, à 13 h. Le rassemblement aura lieu devant le Musée national des beaux-arts situé sur les Plaines d’Abraham.

À propos de la CSN et du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Fondé en 1918, le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches regroupe les syndicats CSN sur le territoire de la capitale nationale et de la région Chaudière-Appalaches. Il représente 240 syndicats et plus de 45 000 membres dans tous les secteurs d’activité.

← Précédent Prime de dangerosité enfin obtenue 4 novembre 2014
Suivant → Abolition des CLD et des CDEC, une grave erreur, affirme le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN 4 novembre 2014
Partager
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN), Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA–CSN)
Pour information
Thierry Larivière
Service des communications de la CSN
Cellulaire : 514 704-3297
bureau : 514 598-2159. Thierry.lariviere@csn.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/au-moins-51-m-de-coupes-dans-le-reseau-de-leducation/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.