Incertitude entourant l’unité psychiatrique en Abitibi-Ouest

7 octobre 2016

La CSN se prononce contre la fermeture de soins en santé mentale

Il est totalement inadmissible que les gens d’ici aient besoin de faire une heure de route pour avoir des soins et des services.

Dans le cadre de leur assemblée générale, les syndicats affiliés à la CSN ont tenu une importante manifestation ce midi à Macamic pour dénoncer le flou entretenu par le CISSS–AT concernant la fermeture possible de l’unité de psychiatrie de La Sarre. Après de nombreux aller-retour sur l’avenir de l’unité de psychiatrie du CSSS Aurores-Boréales et sur la tenue ou non d’une consultation publique, la direction du CISSS–AT a finalement annoncé, il y a quelques jours, que l’unité demeurerait ouverte. Toutefois, devant les nombreuses volte-face, la CSN demeure sceptique et demande que la direction du CISSS–AT confirme de façon officielle que les services seront maintenus à La Sarre.

« Depuis l’annonce de la fermeture de l’unité, nous avons joué le rôle de chien de garde afin de nous assurer que l’accessibilité aux soins et aux services sera maintenue, ici, dans la MRC, a expliqué le président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec-CSN, Giacomo Bouchard. Il est totalement inadmissible que les gens d’ici aient besoin de faire une heure de route pour avoir des soins et des services. De plus, la fermeture possible de l’unité de psychiatrie, si elle se concrétise, aura pour conséquence la perte de bons emplois dans la région. »

Pour le président de la FSSS–CSN, Jeff Begley, la situation vécue en Abitibi-Ouest est malheureusement la même dans de trop nombreuses régions du Québec. « La réforme imposée par Gaétan Barrette a complètement chamboulé le réseau de la santé et des services sociaux. Que ce soit avec le projet Optilab ou les transferts des travailleuses et des travailleurs des CLSC vers les GMF, cette réforme a eu un impact non seulement sur l’accessibilité aux soins, mais aussi sur l’état de santé de nos membres. Épuisement, détresse et incapacité à subvenir à la tâche font maintenant partie du quotidien des travailleurs et des travailleuses du réseau », a dénoncé le président de la FSSS–CSN.

Depuis l’annonce de la réforme Barrette en 2014, la CSN est sur toutes les tribunes afin de dénoncer les conséquences désastreuses du projet de loi 10. « Nous menons depuis plusieurs mois la campagne Ma place en santé, j’y tiens, qui exige, notamment, un moratoire sur les coupes budgétaires dans le réseau de la santé et des services sociaux », explique pour sa part le président de la CSN Jacques Létourneau. Mais au-delà du moratoire, la CSN exige un réinvestissement massif dans le réseau. « Si le gouvernement croit pouvoir procéder à des réinvestissements à la pièce, il nous plongera dans une austérité permanente. L’injection massive de fonds touchant le réseau dans sa totalité est primordiale », a conclu le président de la CSN.

À propos
Le CCATNQ représente plus de 7 000 membres répartis dans plus de 70 syndicats. La FSSS représente plus de 120 000 membres sur le territoire québécois, dont plus de 2 000 en Abitibi-Témiscamingue.

← Précédent Liste des gagnants de la loterie de la Fondation Camp Vol d’été Leucan-CSN 7 octobre 2016
Suivant → Non content de s'en prendre aux syndicats, le ministre Coiteux s'attaque à l'autonomie des municipalités 7 octobre 2016
Partager
Région
  • Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec
Source
Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue–Nord-du-Québec (CCATNQ–CSN), Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Sylvain Nolet
Conseiller syndical CSN
819-856-8843

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/csn-contre-la-fermeture-de-soins-en-sante-mentale/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.