Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des lock-outés et des grévistes manifestent devant le lieu de réunion des actionnaires

Du même SUJET

La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le Syndicat des employé-es de la Cie Montour–CSN, en grève depuis le 16 juin dernier, a déposé…
Chacun selon ses moyens – Tous derrière les lock-outé-es de Rolls-Royce !

Chacun selon ses moyens – Tous derrière les lock-outé-es de Rolls-Royce !

Rolls-Royce : Une lutte inspirante Ismail Mimouni-Michaud Président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du YMCA du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

Aujourd’hui, au Palais de justice de Montréal, quelque 150 lock-outé-es de Rolls-Royce Canada plaideront non coupable à…
L’avenir de l’aérospatiale ce ne sont pas que des subventions

L’avenir de l’aérospatiale ce ne sont pas que des subventions

En lock-out depuis le 15 mars 2022, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada ont…

Loblaw

Des lock-outés et des grévistes manifestent devant le lieu de réunion des actionnaires

« Alors qu’ils annoncent des investissements majeurs au Québec, Loblaw devrait avoir honte de garder 250 travailleuses et travailleurs de trois épiceries de l’Abitibi-Témiscamingue dans la rue depuis plus d’un an », a fait savoir aujourd’hui Serge Fournier, président de la Fédération du commerce – CSN.

Il s’adressait aux lock-outés et aux grévistes des magasins Provigo à Témiscaming ainsi que du Maxi et du Loblaws de Rouyn-Noranda, qui manifestent, ce matin, avec l’appui de militants CSN à l’extérieur du Centre des congrès de Québec, où 3000 actionnaires, dirigeants et partenaires d’affaires de Loblaw sont en réunion.

« Le président de Loblaw peut bien se vanter de l’expansion de son empire au Québec et de son acquisition de Shoppers Drug Mart, mais lorsqu’il refuse de négocier une augmentation salariale pour les employé-es qui travaillent pour lui depuis des décennies et ne gagnent que 12,40 $ l’heure, il y a un problème majeur avec son modèle d’affaires », a commenté M. Fournier lors de la manifestation.

Mardi, le président du géant de l’alimentation, Vincente Trius, a annoncé que Loblaw investira 110 millions de dollars dans de nouvelles succursales et la rénovation d’autres au Québec au cours de 2014. L’année passée, Loblaw a dépensé 12,4 milliards afin d’acquérir la chaîne pharmaceutique Shoppers Drug Mart (connue sous le nom Pharmaprix au Québec).

« M. Trius ne peut pas nous dire qu’il n’a pas les moyens de permettre à ses propres employés de mettre de la bouffe sur leurs tables, a dénoncé le président de la Fédération du commerce. Ses dépenses faramineuses se font sur le dos des gens qui ont fait de Loblaw un phare dans l’industrie alimentaire. »

M. Fournier questionne aussi les propos du chef d’entreprise dans son communiqué de mardi, alors qu’il faisait l’éloge du rôle des magasins Loblaw : « Depuis toujours, tant ailleurs au Canada qu’ici même au Québec, nos magasins sont au cœur de nos vies. Nous devons tous nous nourrir. Nous devons tous faire l’épicerie. »

Or, à Témiscaming, Loblaw a barré les portes de la seule épicerie en ville, le 14 décembre 2012, lorsqu’il a mis en lock-out la trentaine d’employé-es qui y travaillaient. Depuis lors, les résidents de la ville sont contraints à voyager 80 km jusqu’à la ville de North Bay, en Ontario, afin de faire leur marché. Ce sont les lock-outés de ce Provigo eux-mêmes qui transportent par navette les résidents démunis et sans transport vers North Bay.

« Loblaw n’est plus au cœur de la vie des gens de Témiscaming; au contraire, Loblaw est en train de tourner le dos à toute la région d’Abitibi-Témiscamingue », a déploré M. Fournier.

Loblaw a également mis en lock-out le Maxi de Rouyn-Noranda en août 2012. Le 10 juin dernier, les syndiqué-es du Loblaws de Rouyn-Noranda ont déclenché la grève devant l’offre globale inacceptable de l’employeur. Aucune négociation ne se tient actuellement concernant ces trois conflits de travail.

Il est à noter que le 27 juin 2013, une décision rendue par la Commission des relations du travail (CRT) a reproché à l’employeur d’entraver les activités du syndicat, d’avoir négocié de mauvaise foi et d’avoir porté atteinte à la liberté d’association. En plus d’une série d’autres mesures, la CRT a ordonné à Loblaw de verser au syndicat la somme de 5000 $ à titre de dommages et intérêts punitifs.

« Il est grand temps que Loblaw revienne à la table avec un vrai mandat de négocier des conventions collectives justes et honorables », a conclu Serge Fournier.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket