Manque de financement en francisation

Des risques pour la qualité de vie des nouveaux arrivants

3 août 2017

Le français se détériore d’année en année et les moyens pour appliquer la loi 101 sont insuffisants.
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Pour information
Ariane Gagné Service des communications de la CSN 514 349-1300

La CSN est préoccupée par les chiffres alarmants de Statistique Canada selon lesquels le français a continué de reculer en 2016 au Québec. Elle estime en outre que les montants alloués en matière de francisation ne correspondent pas aux besoins réels, puisqu’ils ne sont pas établis selon le nombre d’immigrants reçus.

La situation est particulièrement préoccupante dans les milieux de travail, estime la centrale. L’exigence de bilinguisme augmente et la proportion de personnes travaillant généralement en français est de 66 %, soit un taux similaire à ce qui existait avant l’adoption de la Charte de la langue française. « Le français se détériore d’année en année et les moyens pour appliquer la loi 101 sont insuffisants. Or, c’est elle qui garantit aux Québécoises et aux Québécois, entre autres choses, le droit de travailler en français. Si la langue française n’est pas perçue comme étant utile dans les milieux de travail, les nouveaux arrivants ne seront pas portés à l’apprendre », souligne le trésorier de la CSN, Pierre Patry.

Rappelons qu’une récente étude de l’IREC relatait que plus de 200 000 immigrants et immigrantes, soit 20 % de l’ensemble de la population immigrée du Québec, ne parlaient toujours pas français en 2011. « Quand elles s’installent au Québec, les personnes ont souvent plusieurs obligations financières et doivent se trouver rapidement un emploi. Un meilleur financement en francisation est absolument nécessaire pour que l’apprentissage du français soit plus attrayant, autant pour les emplois à temps plein que pour les postes à temps partiel », poursuit Pierre Patry.

Le trésorier de la CSN n’en démord pas : l’apprentissage de la langue est la meilleure façon pour les nouveaux arrivants d’avoir de meilleures conditions de travail et de vie, de se prémunir contre les risques associés aux accidents et aux maladies professionnelles et de faire respecter leurs droits. « Différentes études consultées ont montré comment les barrières linguistiques limitent la nature des emplois occupés par les immigrants, nuisent à la connaissance des lois et des ressources en santé et sécurité et isolent les travailleurs et travailleuses. Apprendre le français, c’est travailler socialement à la qualité de vie de toutes et de tous au Québec », conclut-il.

 

 

← Précédent Hoodstock we rise / on s'élève - édition 2017 3 août 2017
Suivant → La révolution numérique et les enjeux pour les 99 % 7 août 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/des-risques-pour-la-qualite-de-vie-des-nouveaux-arrivants/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.