Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des risques pour la qualité de vie des nouveaux arrivants

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Solidarité avec nos membres dans les magasins de la SAQ

Solidarité avec nos membres dans les magasins de la SAQ

Avec la période des Fêtes qui approche, plusieurs d’entre nous s’apprêtent à faire le plein de…

Manque de financement en francisation

Refugee child goes on the road with her  suitcase

Des risques pour la qualité de vie des nouveaux arrivants

La CSN est préoccupée par les chiffres alarmants de Statistique Canada selon lesquels le français a continué de reculer en 2016 au Québec. Elle estime en outre que les montants alloués en matière de francisation ne correspondent pas aux besoins réels, puisqu’ils ne sont pas établis selon le nombre d’immigrants reçus.

La situation est particulièrement préoccupante dans les milieux de travail, estime la centrale. L’exigence de bilinguisme augmente et la proportion de personnes travaillant généralement en français est de 66 %, soit un taux similaire à ce qui existait avant l’adoption de la Charte de la langue française. « Le français se détériore d’année en année et les moyens pour appliquer la loi 101 sont insuffisants. Or, c’est elle qui garantit aux Québécoises et aux Québécois, entre autres choses, le droit de travailler en français. Si la langue française n’est pas perçue comme étant utile dans les milieux de travail, les nouveaux arrivants ne seront pas portés à l’apprendre », souligne le trésorier de la CSN, Pierre Patry.

Rappelons qu’une récente étude de l’IREC relatait que plus de 200 000 immigrants et immigrantes, soit 20 % de l’ensemble de la population immigrée du Québec, ne parlaient toujours pas français en 2011. « Quand elles s’installent au Québec, les personnes ont souvent plusieurs obligations financières et doivent se trouver rapidement un emploi. Un meilleur financement en francisation est absolument nécessaire pour que l’apprentissage du français soit plus attrayant, autant pour les emplois à temps plein que pour les postes à temps partiel », poursuit Pierre Patry.

Le trésorier de la CSN n’en démord pas : l’apprentissage de la langue est la meilleure façon pour les nouveaux arrivants d’avoir de meilleures conditions de travail et de vie, de se prémunir contre les risques associés aux accidents et aux maladies professionnelles et de faire respecter leurs droits. « Différentes études consultées ont montré comment les barrières linguistiques limitent la nature des emplois occupés par les immigrants, nuisent à la connaissance des lois et des ressources en santé et sécurité et isolent les travailleurs et travailleuses. Apprendre le français, c’est travailler socialement à la qualité de vie de toutes et de tous au Québec », conclut-il.

 

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket