Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Favoriser l’accès à la formation

Du même SUJET

« Maintenir les travailleuses et les travailleurs au salaire minimum dans la pauvreté : quel choix consternant ! » 

« Maintenir les travailleuses et les travailleurs au salaire minimum dans la pauvreté : quel choix consternant ! » 

Dans le cadre des consultations portant sur le projet de règlement modifiant le salaire minimum, la…
La CSN salue le lancement de l’appel de projets du programme Ambition-Compétences par le ministre Jean Boulet

La CSN salue le lancement de l’appel de projets du programme Ambition-Compétences par le ministre Jean Boulet

La CSN salue l’annonce ce matin par le ministre du Travail et la Commission des partenaires…
La FSSS–CSN suivra de près le programme de recrutement dans les services de garde

La FSSS–CSN suivra de près le programme de recrutement dans les services de garde

Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), continuer d’améliorer les conditions des…
À quand l’opération bonnes conditions de travail ?

À quand l’opération bonnes conditions de travail ?

Avec son Opération main-d’œuvre, le gouvernement est forcé d’admettre que le manque de personnel est criant…
Si attirer c’est bien, retenir c’est mieux !

Si attirer c’est bien, retenir c’est mieux !

Aux travailleuses et aux travailleurs sans emploi, Québec offrira une allocation de 475 $ par semaine si…
Un an après l’arrivée des nouveaux PAB, il faut tout faire pour les garder dans le réseau

Un an après l’arrivée des nouveaux PAB, il faut tout faire pour les garder dans le réseau

L’arrivée de milliers de préposé-es aux bénéficiaires (PAB) en CHSLD a permis de décharger les équipes…
011 horiz CSN Jacques Létourneau photo M.Giroux 24 mai 2018 copie

Favoriser l’accès à la formation

Par Jacques Létourneau

C’est demain qu’aura lieu le forum sur la requalification de la main-d’œuvre et l’emploi organisé par le ministre du Travail, Jean Boulet, et auquel la CSN participera avec beaucoup d’attention. En ces temps incertains, l’accès à de la formation qualifiante, reconnue et transférable sera crucial pour de nombreux travailleurs et travailleuses et essentiel à la relance économique. À ce titre, nous croyons que le gouvernement a un rôle primordial à jouer.

Pour développer une réelle culture de formation continue au Québec, il nous faut améliorer l’accessibilité à de la formation, car l’un des plus grands freins demeure les modalités d’accès trop restreintes aux différents programmes. Le gouvernement doit élargir l’enveloppe de la formation générale des adultes afin de maximiser le nombre de personnes pouvant accéder aux différents programmes. Il faudra bonifier les bourses d’études, soutenir financièrement la main-d’œuvre en formation et améliorer l’accès aux formations à temps partiel en formation professionnelle. La relance économique devra s’appuyer sur un vaste chantier visant à améliorer la littéracie, la numératie et la littéracie numérique des travailleuses et des travailleurs.

On en parle depuis longtemps, mais cela s’impose plus que jamais : le gouvernement doit également faciliter les mécanismes de reconnaissance des acquis et des compétences de la main-d’œuvre. Cette perspective permet une pleine reconnaissance des nombreuses compétences acquises tout au long d’une vie, notamment pour les personnes immigrantes. En ce sens, elle facilite la mobilité des travailleuses et des travailleurs dont le secteur d’emploi a été frappé par la crise. Le gouvernement doit également améliorer les modalités de financement de la formation se donnant dans les commissions scolaires et les cégeps.

Il serait néanmoins illusoire de croire qu’une solution universelle puisse s’appliquer à l’ensemble des secteurs. Le marché du travail comportait déjà son lot de défis, bien avant la pandémie. Les innovations technologiques, la création d’emplois demandant un plus haut niveau de compétences et la nécessaire décarbonisation de notre économie continueront d’influence le marché du travail.

Nous avons fait part au gouvernement de l’ensemble de nos griefs à l’égard du programme de formation accélérée de nouveaux préposé-es aux bénéficiaires, des fausses promesses concernant leur salaire et la création de « jobs à temps plein », de la surcharge de travail des préposé-es déjà à l’emploi qui sont appelés en pleine crise à encadrer les nouveaux ainsi que des risques de dévalorisation des emplois en raison des formations accélérées.

Néanmoins, nous devons reconnaître un mérite à cette initiative : rémunérer les personnes qui suivent la formation a permis de recruter un nombre impressionnant de candidates et de candidats. Le gouvernement aurait ainsi tout avantage à utiliser la même stratégie et à faciliter l’accès à de la formation qualifiante et transférable pour d’autres titres d’emploi qui, tant en santé qu’en éducation, connaissent également des problèmes de rareté de main-d’œuvre. De façon plus particulière, il n’a pas d’autre choix que d’agir en faveur d’un meilleur accès aux programmes de formation professionnelle en éducation s’il veut dépasser le stade des vœux pieux avec son programme Répondez présent !. Bien entendu, ces travaux devront se faire en concertation avec les principaux intervenants du milieu de l’éducation et de l’enseignement supérieur. La crise ne doit pas servir de prétexte pour mettre la table à une panoplie de formations au rabais.

Bien entendu, faciliter l’accès à la formation ne sera d’aucune efficacité si les conditions de travail ne suivent pas. Quand un employeur n’offre que le salaire minimum et quelques miettes, pas besoin d’avoir la tête à Papineau pour comprendre les raisons de ses difficultés à embaucher.

Enfin, il est plus que temps que les travailleuses et les travailleurs aient leur mot à dire sur les programmes et les budgets alloués à la formation, et ce, jusque dans les milieux de travail eux-mêmes. Combien de fois avons-nous constaté avec désarroi la futilité de l’utilisation des budgets correspondant à 1 % de la masse salariale par les employeurs? Alors que cette crise frappe d’abord et avant tout les personnes qui travaillent, celles-ci sont en droit d’exiger que la formation soit qualifiante, transférable et accessible pour tous et pour toutes.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket