Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Fin de la crise de la crevette : le mal est fait pour les travailleurs

Du même SUJET

Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le Syndicat des employé-es de la Cie Montour–CSN, en grève depuis le 16 juin dernier, a déposé…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

En ce jour de la fête des Mères, les membres du Syndicat des travailleuses et des…
Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Au moment où tous les employeurs du Québec jouent du coude pour attirer et retenir la…
Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

La ville de Montréal a pris une décision unilatérale en annonçant la mise en place d’un…
Un budget globalement favorable aux travailleurs

Un budget globalement favorable aux travailleurs

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) se réjouit de constater que la vigueur de la reprise…

Gaspé et Matane

Commercial fishermen in South Carolina

Fin de la crise de la crevette : le mal est fait pour les travailleurs

La conclusion d’une entente entre les pêcheurs de crevettes et les usines est une bonne nouvelle car elle permet de mettre fin à la crise. Mais le mal est fait pour les travailleuses et les travailleurs des usines de Matane et de Gaspé, car avec ce retard de sept semaines, ils pourraient se retrouver encore une fois sans aucun revenu, au printemps prochain, voire être incapables d’accumuler suffisamment d’heures de travail pour avoir droit à des prestations après la saison, à cause des règles actuelles de l’assurance-emploi.

« Nous espérons que les élu-es de la région soutiendront nos démarches et travailleront avec nous à trouver une solution qui nous évitera de vivre de nouveau un tel drame dans un an », souhaite la présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent–CSN, Nancy Legendre.

« C’est profondément injuste pour ces travailleuses et ces travailleurs. Nous attendons toujours une rencontre avec le ministre fédéral responsable de l’assurance-emploi, Jean-Yves Duclos. Quant aux député-es régionaux Diane Lebouthillier et Rémi Massé, ils n’ont même pas daigné répondre à nos demandes. Nous nous attendions à plus de sensibilité de leur part ! » ajoute le président par intérim du Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, Anatole Chiasson.


Plus de stabilité

De son côté, le vice-président de la Fédération du commerce (FC–CSN), David Bergeron-Cyr, réaffirme la nécessité d’établir un mécanisme de fixation des prix avant le début de la pêche, une revendication que porte la CSN depuis longtemps. « Au sortir du conflit, tant les usines que les pêcheurs ont dit rechercher une solution pour éviter les retards récurrents dans le début de la saison de la pêche. Nous allons nous assurer que des actions seront prises en ce sens et que la voix des travailleuses et des travailleurs des usines sera entendue dans ce processus. »

À propos
Le Syndicat des employés des Fruits de mer de Matane (CSN) regroupe 100 travailleurs et travailleuses, et le Syndicat des pêcheries Marinard compte environ 120 membres. Ils sont affiliés à la Fédération du commerce (FC–CSN), au CCBSL–CSN et au CCGIM–CSN. La CSN est composée de plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket