Congédiement d'une super-infirmière dans un GMF

14 avril 2014

Il faut mieux reconnaître les compétences des professionnelles en soin

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) réagit à un article de La Presse faisant état du congédiement d'une super-infirmière dans un groupe de médecine familiale (GMF) dans Lanaudière. Pour la FSSS-CSN, cet article met en lumière, une fois de plus, le fait que les compétences des professionnelles en soin dans le réseau de la santé et des services sociaux ne sont pas utilisées de façon optimale. Pourtant, miser sur elles permettrait d'accentuer grandement l'accès aux soins pour la population.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) réagit à un article de La Presse faisant état du congédiement d’une super-infirmière dans un groupe de médecine familiale (GMF) dans Lanaudière. Pour la FSSS-CSN, cet article met en lumière, une fois de plus, le fait que les compétences des professionnelles en soin dans le réseau de la santé et des services sociaux ne sont pas utilisées de façon optimale. Pourtant, miser sur elles permettrait d’accentuer grandement l’accès aux soins pour la population.

L’article mentionne qu’une infirmière praticienne aurait perdu son emploi en raison d’un changement d’horaire et de tâches imposés par les médecins du GMF. « Une telle situation démontre qu’il reste encore du chemin à faire pour que les super-infirmières soient reconnues à leur juste valeur. Depuis leur entrée dans le réseau, elles luttent pour obtenir plus de respect et pour que leurs compétences soient mises à profit », explique Nadine Lambert, infirmière et vice-présidente à la FSSS-CSN.

L’apparition des infirmières praticiennes devait justement permettre d’augmenter l’accès aux soins pour la population, en accentuant le nombre d’actes que ces professionnelles peuvent réaliser. « Au moment où le nouveau gouvernement libéral a promis d’augmenter le nombre de super-infirmières dans le réseau, on ne peut faire autrement que de s’assurer que celles-ci peuvent se déployer selon leur plein potentiel », poursuit Nadine Lambert.

Pour la FSSS-CSN, l’amélioration de l’accès aux soins de santé et de services sociaux passe notamment par une meilleure utilisation des compétences de toutes les professionnelles en soin, de l’infirmière praticienne, en passant par l’infirmière, l’infirmière auxiliaire et l’inhalothérapeute. « La population s’inquiète à juste titre de la question de l’accès aux soins. Nous pensons qu’en définissant mieux les rôles de chacun et en misant sur les forces de chaque professionnelle, on peut répondre aux besoins de la population », de conclure Nadine Lambert.

À propos de la FSSS-CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte près de 130 000 membres dans les secteurs public et privés. La FSSS est l’organisation syndicale la plus représentative dans le secteur de la santé et des services sociaux. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

← Précédent Non au projet de loi de l'injustice électorale ! 13 avril 2014
Suivant → Les «vautours» sont déjà sur la branche 14 avril 2014
Partager
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Hubert Forcier
Conseiller syndical à l'
information
Fédération de la santé et des services sociaux - CSN
Cell : 514-209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/il-faut-mieux-reconnaitre-les-competences-des-professionnelles-en-soin/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.