Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Intensification des moyens de pression

Du même SUJET

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

« Vous méritez une convention collective digne de la job que vous faites », leur a d’abord dit…
Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Sans convention depuis plus d’un an, les employé-es de la CDPDJ demandent au Conseil du trésor…
Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

D’entrée de jeu, les associations plaideront en faveur de la nécessité, pour les parlementaires, de saisir…
Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Après avoir tenu des lignes de piquetage devant les différents bureaux de l’aide juridique, les grévistes…
Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Le 10e Congrès du Conseil central du Cœur du Québec s’est conclu, ce midi, à l’hôtel Victorin…
Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Sans nouvelles du Conseil du trésor depuis l’obtention de leurs mandats de grève, les syndicats des…

Université Laval

2020-11-25_cegeps_FNEEQ

Intensification des moyens de pression

Déçus de peu d’avancement à la table de négociation, c’est à plus de 97 % que les chargées et les chargés de cours de l’Université Laval se sont donné hier le mandat d’exercer des moyens de pression en vue d’obtenir une convention collective satisfaisante. Après quarante-cinq séances de négociation, dont trois en présence d’une conciliatrice, l’université refuse toujours d’envisager des améliorations significatives à leurs conditions de travail. Les chargées et les chargés de cours de l’Université Laval se rangent donc ainsi massivement derrière leur comité de négociation et appellent la direction à revoir ses positions.

Les principaux litiges tournent autour de la stabilité de l’emploi, de l’encadrement du co-enseignement, de l’écart salarial à combler avec les enseignants des autres universités québécoises, de la réduction de la clause de réserve ainsi que d’une meilleure accessibilité à l’aide pédagogique offerte par les auxiliaires. À ce sujet, Christine Gauthier, présidente du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université Laval (SCCCUL–CSN), souligne que ses membres sont très préoccupés par la situation. « Le nombre d’étudiants par groupe a explosé à la suite des compressions budgétaires des dernières années ce qui accroît les besoins de soutien pédagogique. Ne rien faire équivaut à faire payer encore une fois par les étudiantes et les étudiants des erreurs commises par nos gestionnaires dans le passé », souligne-t-elle.

La convention collective des chargées et des chargés de cours est échue depuis le mois de décembre 2016. Un vote aussi massif est révélateur de l’impatience des chargées et des chargés devant la lenteur de la négociation.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket