Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Jusqu’où Héma-Québec va-t-elle pousser ses employé-es ?

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…
Les employé-es de la CDPDJ lancent une grève de deux jours

Les employé-es de la CDPDJ lancent une grève de deux jours

Les employé-es de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse…
Aide juridique : sept jours de grève supplémentaires pour les régions de Montréal et Laval

Aide juridique : sept jours de grève supplémentaires pour les régions de Montréal et Laval

Réunis en assemblée générale hier soir, les avocates et avocats de l’aide juridique de Montréal et…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

photo site csn

Jusqu’où Héma-Québec va-t-elle pousser ses employé-es ?

Après plus de deux ans et demi de négociations et pour donner suite aux grèves des 8 et 9 novembre derniers, les cinq Syndicats unis d’Héma-Québec, affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN) exercent deux nouvelles journées de grève, soit aujourd’hui le 30 novembre pour les trois syndicats de Montréal et demain le 1er décembre pour les deux syndicats de Québec. La frustration monte chez les 500 employé-es qui dénoncent l’absence de respect de la part de leur employeur.

Le côté moins reluisant de la médaille

« D’un côté, nous avons une organisation qui ne cesse de vanter le travail de ses employé-es et leur rôle essentiel, notamment le 17 novembre dernier alors que l’organisation recevait la Médaille de l’Assemblée nationale. De l’autre côté, nous, ces mêmes employé-es, faisons face à un employeur qui nous manque de respect et qui ne met actuellement aucun effort dans le renouvellement de nos conditions de travail », commente Simon Poulin, porte-parole des Syndicats unis d’Héma-Québec–CSN et président du Syndicat des techniciens(nes) de laboratoire de Héma-Québec (CSN).

En effet, malgré le fait que les négociations durent depuis plus de deux ans, ce n’est que le 5 novembre dernier qu’Héma-Québec a finalement fait un dépôt patronal. La dernière augmentation salariale des employé-es d’Héma-Québec date ainsi du 1er avril 2018 et fut, elle aussi, obtenue après 42 mois de négociations. Rappelons que la convention actuelle est échue depuis 31 mars 2019.

« Alors que le système de santé est fragilisé et que la pénurie de main-d’œuvre se poursuit dans de nombreux secteurs, on comprend bien mal la stratégie d’Héma-Québec. Les 500 employé-es en négociation ont tous à cœur leur travail ; il nous semble que la moindre des choses, c’est de pouvoir l’exercer avec une convention collective dûment négociée et qui reconnaît notre apport quotidien. On ne demande pas la lune, on demande qu’il y ait, de la part de l’employeur, un réel engagement dans une négociation qui s’étire inutilement », ajoute Simon Poulin.

« Héma-Québec ne pourra pas continuellement miser sur son image et reléguer à l’arrière-plan les relations de travail désastreuses qu’elle entretient avec celles et ceux qui lui permettent de réaliser sa mission. Comme organisation, elle a une responsabilité de respecter et écouter les employé-es dévoués et engagés sur lesquels elle peut compter jour après jour. On invite l’employeur à accélérer la négociation. Son attitude n’est pas digne d’une telle organisation et les gestionnaires responsables de cette stratégie doivent faire un examen de conscience », dénonce Lucie Longchamps, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket