La consolidation des emplois manufacturiers passe par les contrats publics

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

C’est ce jeudi matin 5 janvier que les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des…
Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ressort perplexe de la lecture du…
Du jamais vu pour les paramédics !

Du jamais vu pour les paramédics !

Depuis quelques semaines, la situation se dégrade pour les paramédics de la ville de Québec. Cette…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Solidarité avec nos membres dans les magasins de la SAQ

Solidarité avec nos membres dans les magasins de la SAQ

Avec la période des Fêtes qui approche, plusieurs d’entre nous s’apprêtent à faire le plein de…
Des gains majeurs pour les employés de bureau du chantier Davie

Des gains majeurs pour les employés de bureau du chantier Davie

Réunis en assemblée générale cet après-midi, les membres du Syndicat des employés de bureau du chantier…

Contrats pour l’usine d’Alstom à Sorel-Tracy

2018-04-12_azur_CSN

La consolidation des emplois manufacturiers passe par les contrats publics

Pour la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), représentant la soixantaine de salarié-es syndiqués de l’usine Alstom à Sorel-Tracy, la consolidation des emplois passe d’abord et avant tout par une politique industrielle forte des gouvernements.

« Nous saluons l’annonce de nouveaux contrats potentiels à l’usine de Sorel-Tracy, faite aujourd’hui, explique le président de la FIM–CSN, Louis Bégin. Toutefois, pour vraiment assurer l’avenir de l’usine et consolider le secteur manufacturier québécois, il importe que les donneurs d’ouvrage publics exigent davantage de contenu local dans les contrats qu’ils octroient ». Soulignons qu’un seul des trois contrats annoncés aujourd’hui est complètement confirmé, celui de Santiago au Chili, et qu’à lui seul, il ne permettra pas de maintenir tous les emplois.

Pour la FIM–CSN, il est inconcevable que la Caisse de dépôt et placement du Québec n’ait pas exigé que le contrat de construction des trains du nouveau Réseau express métropolitain (REM), octroyé à Alstom, contienne une obligation de contenu québécois. Par conséquent, il y a fort à parier que les bogies de ce train seront construits à l’étranger, et ce, malgré des sommes colossales investies par le gouvernement et par la caisse.

En outre, les travailleuses et les travailleurs attendent toujours de savoir si leur usine obtiendra le contrat pour la réalisation de la phase II du renouvellement des wagons du métro de Montréal. Il s’agit ici aussi d’un investissement public important sans aucune garantie pour l’usine de Sorel-Tracy. Bien que le contrat pour ce qui est des wagons sera réalisé à l’usine de Bombardier à La Pocatière et que les bogies de la phase I ont été réalisés à l’usine Alstom de Sorel-Tracy, rien n’assure que ce contrat donnera de l’ouvrage aux salarié-es de Sorel-Tracy.

« Les gouvernements ont une responsabilité importante de s’assurer que les investissements publics renforcent notre capacité manufacturière, poursuit Louis Bégin. Il ne faut pas oublier que le secteur manufacturier a été fortement malmené ces dernières années. Partout dans le monde, les gouvernements s’assurent des retombées locales qu’entraînent les contrats qu’ils octroient. Le Québec n’a pas les moyens d’agir autrement ».

À propos
La FIM–CSN rassemble plus de 25 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de quelque 320 syndicats et provenant de toutes les régions du Québec. Elle est une des 8 fédérations professionnelles composant la Confédération des syndicats nationaux.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket