Contrats pour l’usine d’Alstom à Sorel-Tracy

La consolidation des emplois manufacturiers passe par les contrats publics

12 avril 2018

Partout dans le monde, les gouvernements s’assurent des retombées locales qu’entraînent les contrats qu’ils octroient. Le Québec n’a pas les moyens d’agir autrement.
Partager
Région
  • Montérégie
Source
Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN)
Pour information
Jean-Pierre Larche
514 605-0757
ou jean-pierre.larche@csn.qc.ca

Pour la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), représentant la soixantaine de salarié-es syndiqués de l’usine Alstom à Sorel-Tracy, la consolidation des emplois passe d’abord et avant tout par une politique industrielle forte des gouvernements.

« Nous saluons l’annonce de nouveaux contrats potentiels à l’usine de Sorel-Tracy, faite aujourd’hui, explique le président de la FIM–CSN, Louis Bégin. Toutefois, pour vraiment assurer l’avenir de l’usine et consolider le secteur manufacturier québécois, il importe que les donneurs d’ouvrage publics exigent davantage de contenu local dans les contrats qu’ils octroient ». Soulignons qu’un seul des trois contrats annoncés aujourd’hui est complètement confirmé, celui de Santiago au Chili, et qu’à lui seul, il ne permettra pas de maintenir tous les emplois.

Pour la FIM–CSN, il est inconcevable que la Caisse de dépôt et placement du Québec n’ait pas exigé que le contrat de construction des trains du nouveau Réseau express métropolitain (REM), octroyé à Alstom, contienne une obligation de contenu québécois. Par conséquent, il y a fort à parier que les bogies de ce train seront construits à l’étranger, et ce, malgré des sommes colossales investies par le gouvernement et par la caisse.

En outre, les travailleuses et les travailleurs attendent toujours de savoir si leur usine obtiendra le contrat pour la réalisation de la phase II du renouvellement des wagons du métro de Montréal. Il s’agit ici aussi d’un investissement public important sans aucune garantie pour l’usine de Sorel-Tracy. Bien que le contrat pour ce qui est des wagons sera réalisé à l’usine de Bombardier à La Pocatière et que les bogies de la phase I ont été réalisés à l’usine Alstom de Sorel-Tracy, rien n’assure que ce contrat donnera de l’ouvrage aux salarié-es de Sorel-Tracy.

« Les gouvernements ont une responsabilité importante de s’assurer que les investissements publics renforcent notre capacité manufacturière, poursuit Louis Bégin. Il ne faut pas oublier que le secteur manufacturier a été fortement malmené ces dernières années. Partout dans le monde, les gouvernements s’assurent des retombées locales qu’entraînent les contrats qu’ils octroient. Le Québec n’a pas les moyens d’agir autrement ».

À propos
La FIM–CSN rassemble plus de 25 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de quelque 320 syndicats et provenant de toutes les régions du Québec. Elle est une des 8 fédérations professionnelles composant la Confédération des syndicats nationaux.

← Précédent Déterminé à se faire respecter, le syndicat prend les grands moyens 12 avril 2018
Suivant → Les travailleuses et travailleurs de Sico en grève générale illimitée 12 avril 2018

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-consolidation-des-emplois-manufacturiers-passe-par-les-contrats-publics/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.