Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN déplore encore une fois l’absence de débat public

Du même SUJET

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient…
Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…
Les sages-femmes concluent une entente de principe

Les sages-femmes concluent une entente de principe

Tard dans la nuit de vendredi dernier, le Regroupement Les Sages-femmes du Québec (RSFQ) a conclu…

Abolition de commissions scolaires

La CSN déplore encore une fois l’absence de débat public

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) jugent déplorable que le gouvernement libéral ait l’intention de réduire de moitié le nombre de commissions scolaires au Québec, et ce avant même qu’un débat public ait eu lieu sur la question.

Pour Danielle Beaulieu, présidente du secteur scolaire de la FEESP-CSN, cette réforme sera une perte de temps, d’argent et d’énergie. « Nos membres sont inquiets. Depuis des années, ils subissent les effets des compressions budgétaires à répétition dans les commissions scolaires : coupes de postes, précarité d’emploi, manque d’équipement, délabrement des écoles. Tout cela les affecte grandement et ils s’interrogent quant à leur capacité à répondre, avec des budgets de plus en plus anémiques, aux réels besoins des élèves. Le processus de fusion annoncé n’améliorera pas les choses, au contraire, il créera un climat d’incertitude néfaste dans le réseau scolaire ». La présidente du secteur scolaire de la FEESP-CSN doute que cette restructuration engendrera de réelles économies d’échelle. « Non seulement dans le passé, ce genre de réforme n’a permis pratiquement aucune économie, mais soyons clairs : il n’y a plus de surplus à couper chez le personnel de soutien », prévient Danielle Beaulieu.

Selon la CSN et la FEESP-CSN, il est primordial que soit conservé un palier de gouvernance locale en éducation : « Les commissions scolaires sont essentielles pour assurer notamment une redistribution efficiente des ressources et une équité entre les écoles. Elles assurent une voix aux parents en éducation en plus de contribuer grandement au dynamisme régional », note pour sa part Marjolaine Côté, vice-présidente-trésorière de la FEESP-CSN.

Pour Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN et responsable du dossier de l’éducation, le gouvernement doit tenir rapidement une consultation publique : « Il faut que le ministre Bolduc soit transparent et qu’il dévoile l’ensemble de ses intentions afin que la discussion qui devra inévitablement avoir lieu, soit constructive », conclut madame De Sève.

À propos

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) compte environ 55 000 membres œuvrant dans le domaine des services public et parapublic. Le secteur scolaire représente environ 30 000 employés-es de soutien présents dans 31 commissions scolaires francophones et 2 commissions scolaires anglophones.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket