Avenir de la Davie, la CSN rencontre le ministre Stéphane Dion

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud­­­ (CSN) vont déclencher une grève de…
Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

C’est ce jeudi matin 5 janvier que les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des…
Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ressort perplexe de la lecture du…
Du jamais vu pour les paramédics !

Du jamais vu pour les paramédics !

Depuis quelques semaines, la situation se dégrade pour les paramédics de la ville de Québec. Cette…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Stratégie maritime

davie038

Avenir de la Davie, la CSN rencontre le ministre Stéphane Dion

Après les années difficiles du règne conservateur, la santé du chantier naval de la Davie demeure toujours fragile et précaire, tant et aussi longtemps que de nouveaux contrats structurants ne seront pas assurés. Prenant acte des difficultés que doivent affronter les centaines de travailleurs et de travailleuses du chantier naval de Lévis-Lauzon, la CSN a envoyé une délégation rencontrer le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, afin de le sensibiliser à cette situation. C’est le mardi 20 décembre que Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN, Alain Lampron, président de la FIM-CSN, Raphael Jobin, président du syndicat des travailleurs du chantier naval de lauzon, François Énault, adjoint au comité exécutif de la CSN et Bernard Demers, conseiller syndical à la FIM-CSN ont rencontré M. Dion.

Cet entretien a permis à la délégation syndicale d’aborder plusieurs enjeux concernant l’industrie navale québécoise en général, et l’avenir du chantier naval de la Davie en particulier. Selon Francine Lévesque : « M. Dion est un ministre québécois important dans le gouvernement Trudeau, il est essentiel pour nous de le sensibiliser à la situation toute particulière du chantier naval Davie en lui rappelant l’importance de ces emplois pour l’économie du Québec. »

Alain Lampron sort de cette rencontre optimiste : « Le chantier naval de la Davie est reconnu dans toute l’Amérique du Nord pour son excellence, le Québec ne peut se permettre de perdre cette grande expertise navale. Le fédéral a le pouvoir de venir consolider le chantier avec les contrats de réfection des brise-glaces canadiens et la construction de nouveaux bateaux. C’est ce que nous voulions faire valoir auprès du ministre Dion. »

Pour les porte-parole syndicaux, le gouvernement doit être sensible au fait que ce sont les travailleurs et les travailleuses qui subissent au premier chef les incertitudes sur l’avenir du chantier. « La décennie conservatrice nous a fait vivre beaucoup d’inquiétude. Nos emplois ont été régulièrement remis en question et les mises à pied, fréquentes. Nous croyons qu’il est maintenant temps que des actions fortes soient prises afin de nous donner un peu de répit et de nous permettre de travailler sans la crainte constante de perdre notre emploi », plaide Raphaël Jobin.

Bien que satisfaite de la rencontre, la CSN rappelle qu’elle demeurera vigilante et qu’elle fera tout son possible pour préserver les emplois des centaines de salarié-es du chantier naval de la Davie.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket