La CSN se réjouit des annonces gouvernementales

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales représentant plus de 200 000 travailleuses et travailleurs en santé et services sociaux réagissent d’une…
Une révolution dans l’univers des médias

Une révolution dans l’univers des médias

La Coopérative nationale de l’information indépendante (Cn2i), ses médias membres et les syndicats représentant ses travailleuses…
Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

« Les services publics font face à une crise de main-d’œuvre sans précédent, à laquelle s’ajoute…
Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Trente organisations communautaires et syndicales se rassemblent, appuyées par de nombreux groupes et individus des milieux…
Les personnes qui font tourner le Québec veulent être entendues

Les personnes qui font tourner le Québec veulent être entendues

Au Conseil des ministres présenté aujourd’hui, composé de nouveaux visages comme de vétérans et qui aurait…
Baisses d’impôts : le chant des sirènes

Baisses d’impôts : le chant des sirènes

Lettre ouverte de Caroline Senneville, présidente de la CSN Chaque campagne électorale apporte son lot de…

Aide à la presse écrite

druckerei

La CSN se réjouit des annonces gouvernementales

La CSN se réjouit des mesures annoncées aujourd’hui par les ministres Éric Girard et Nathalie Roy pour venir en aide aux médias écrits. La CSN y retrouve des dispositions qu’elle réclame depuis des années et qu’elle avait présentées lors de la commission parlementaire tenue en août dernier.

« Nous saluons les mesures annoncées par Québec aujourd’hui, a déclaré le président de la CSN, Jacques Létourneau. La crise est d’une telle ampleur qu’elle touche l’ensemble de la presse écrite. Nous espérons seulement qu’il ne soit pas trop tard et que les médias écrits, actuellement menacés, pourront traverser la crise. Il en va de l’intérêt, non seulement de milliers de travailleuses et de travailleurs du secteur de l’information, mais également de l’ensemble de la population en droit d’avoir accès à une information diversifiée et de qualité. »

La présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), Pascale St-Onge, se montre satisfaite des dispositions mises en place aujourd’hui. « En fonction de l’urgence de la situation, le gouvernement devait s’assurer que les crédits d’impôt soient rétroactifs au 1er janvier dernier. Par l’entremise d’Investissement Québec, les entreprises de presse n’auront pas à attendre le remboursement d’impôt l’an prochain pour toucher les sommes auxquelles elles ont droit. Quand on pense à la situation du Groupe Capitales Médias, qui s’est mis sous la protection de ses créanciers, il s’agit d’une excellente nouvelle. »

La présidente de la FNC-CSN salue également l’audace du gouvernement de hausser les critères comparativement aux dispositions prévues par le gouvernement fédéral, qui ne sont toujours pas mises en application. « En commission parlementaire, nous avons déploré que le montant maximal éligible pour le crédit d’impôt de 25 % des mesures fédérales, soit 55 000 $, ne correspondait pas à la réalité des entreprises de presse. Nous sommes heureux que le gouvernement hausse la barre avec un crédit d’impôt de 35 % jusqu’à concurrence de 75 000 $, ce qui nous semble beaucoup plus réaliste. »

Pascale St-Onge rappelle toutefois que le travail est loin d’être terminé. « Nous avons été très clairs en commission parlementaire : nous avions besoin de mesures d’urgence, mais nous devons également travailler à long terme pour combler la fuite des revenus publicitaires vers les géants du numérique. Ce n’est pas seulement la presse écrite, mais l’ensemble des médias d’information qui font face à cette perte importante de revenus. Voilà pourquoi nous attendrons les conclusions de la commission parlementaire afin que des mesures structurantes soient mises en place, notamment par l’entremise d’un Fonds d’aide aux médias. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket