Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La FNC demande au gouvernement d’agir

Du même SUJET

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

En ce jour de la fête des Mères, les membres du Syndicat des travailleuses et des…
Le projet de loi 35 doit être adopté avant la fin de la session parlementaire, estiment les associations d’artistes

Le projet de loi 35 doit être adopté avant la fin de la session parlementaire, estiment les associations d’artistes

Les principales associations d’artistes (l’APASQ, l’AQAD, l’ARRQ, la GMMQ, la FNCC–CSN, la SARTEC, TRACE, l’UDA et…
Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

La ville de Montréal a pris une décision unilatérale en annonçant la mise en place d’un…
Un budget globalement favorable aux travailleurs

Un budget globalement favorable aux travailleurs

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) se réjouit de constater que la vigueur de la reprise…
C-18 : une excellente nouvelle pour les médias d’information, estime la FNCC–CSN

C-18 : une excellente nouvelle pour les médias d’information, estime la FNCC–CSN

La Fédération nationale des communications et de la culture (FNCC–CSN), qui représente la vaste majorité des…

Compressions dans les médias de Transcontinental

La FNC demande au gouvernement d’agir

La Fédération nationale des communications (FNC-CSN) déplore le licenciement de 65 personnes au Québec et en Saskatchewan et demande aux gouvernements de prendre leurs responsabilités pour protéger les emplois ainsi que la production d’une information locale et régionale de qualité.

« On espérait avoir fini d’encaisser les compressions, mais il semble qu’on ne soit pas au bout de nos peines, déplore la présidente de la Fédération nationale des communications, Pascale St-Onge. Ces nouvelles coupes viennent accentuer la crise généralisée que connaît l’information locale au Québec et au Canada. Pour que l’information existe, il faut assurer le maintien des emplois de journalistes qui la produisent et de tous les autres artisans des médias qui participent à sa diffusion et à l’existence des médias. C’est la condition sine qua non de l’exercice d’une saine démocratie. Or, déjà, les effectifs sont surchargés et ont du mal à suffire à la tâche. Cette situation a nécessairement un impact sur la qualité de l’information. Tout le monde, absolument tout le monde est perdant. »

Pascale St-Onge rappelle que les coupes n’en finissent plus de s’accumuler dans les salles de nouvelles et les médias. « Ça ne peut plus durer, les gouvernements ont le pouvoir d’agir. On voit qu’en Europe et ailleurs dans le monde, les pays adoptent des positions beaucoup plus proactives que nous afin de préserver le droit du public à l’information. Dès la semaine prochaine, nous allons lancer un rapport présentant notre vision des règles fiscales et du cadre règlementaire nécessaires ainsi que les mesures de soutien qui s’imposent selon nous pour assurer la survie de l’information, et plus particulièrement de l’information locale », conclut-elle.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket