7e Congrès de l’Internationale de l’éducation

26 juillet 2015

La FNEEQ trace un bilan positif de sa participation

Une délégation de représentantes et de représentants de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) a participé au 7e Congrès de l’Internationale de l’éducation qui conclut ses travaux aujourd’hui. Réunissant près de 2000 personnes déléguées, ce congrès marquait l’occasion de réfléchir avec des collègues d’environ 200 pays et d’esquisser des pistes de travail pour les quatre prochaines années. Un élément ressort rapidement des échanges : il faut revaloriser la profession enseignante !

Une délégation de représentantes et de représentants de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) a participé au 7e Congrès de l’Internationale de l’éducation qui conclut ses travaux aujourd’hui. Réunissant près de 2000 personnes déléguées, ce congrès marquait l’occasion de réfléchir avec des collègues d’environ 200 pays et d’esquisser des pistes de travail pour les quatre prochaines années. Un élément ressort rapidement des échanges : il faut revaloriser la profession enseignante !

Les délégué-es de la FNEEQ ont pris part activement aux discussions lors des réunions précongrès. Au cours des échanges pendant le caucus femmes, le caucus sur l’enseignement supérieur ou encore lors du caucus LGBT ainsi qu’aux divers ateliers ainsi qu’au réseau COMNET, qui regroupe les personnes responsables des communications des organisations affiliées, les délégué-es de la fédération ont contribué aux débats et aux résolutions avec force.

Les délégué-es de la FNEEQ ont témoigné de la situation au Québec, en insistant sur le travail de démolition du gouvernement Couillard et l’impact des compressions en éducation. La FNEEQ a par ailleurs demandé au bureau exécutif de l’IE qu’il dénonce la loi C-377, démarche appuyée par les autres organisations québécoises affiliées.

La présence de Caroline Senneville, présidente de la FNEEQ, à titre de panéliste lors d’un atelier traitant de la contractualisation en enseignement supérieur, « Du contrat temporaire aux conditions d’emploi équitables », a permis de mettre en lumière les particularités de la situation des personnes chargées de cours au Québec. Elle a notamment expliqué comment, depuis 40 ans, les chargées et chargés de cours du Québec ont bonifié leurs conventions collectives et fait d’importants gains et ainsi améliorer leurs conditions de travail et la reconnaissance de leur contribution à l’enseignement universitaire.

« L’Internationale de l’éducation s’est par ailleurs engagée à mettre sur pied un groupe de travail sur l’enseignement supérieur, à notre grand satisfaction », indique Mme Caroline Senneville, présidente de la FNEEQ-CSN.

Autre question qui a teinté de façon importante les débats au congrès, c’est celle de la violation des droits humains et syndicaux. Notamment au Honduras, à Fidji, au Nigeria, en Irak, en Turquie et en Corée, le personnel enseignant, les élèves et les étudiantes et les étudiants sont victimes d’attaques injustifiées. « Avec l’IE et les organisations affiliées, nous comptons poursuivre le travail afin de faire en sorte que les écoles et les universités soient des milieux de travail exempts de violence et d’exclusion », note la présidente de la FNEEQ.

Promouvoir l’éducation en tant que droit humain et l’égalité par le biais de l’éducation inclusive, renforcer les syndicats en tant que partenaires essentiels au sein de la société civile, assurer un financement public suffisant, voilà quelques autres éléments débattus au congrès.

« Malgré des réalités fort différentes, les organisations affiliées à l’IÉ sont unies pour une éducation de qualité ! », affirme Mme Senneville.

Le 7e Congrès de l’Internationale de l’éducation a conclu ses travaux ce dimanche 26 juillet.

La délégation de la FNEEQ était composée de:

Caroline Senneville, présidente Sylvain Marois, vice-président responsable du regroupement université Stefana Lamasanu, déléguée à la coordination du regroupement université Chantal Beaudry, chargée de cours à l’Université de Montréal Marie-Pierre Boucher, chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal, membre du comité école et société de la FNEEQ Dominique Dubuc, enseignante au Cégep de Sherbrooke et membre du comité orientation et identité sexuelles de la FNEEQ Madeleine Ferland, enseignante au Collège Montmorency et membre du comité école et société de la FNEEQ Jean Trudelle, enseignant au Collège Ahuntsic, ex-président de la FNEEQ et France Désaulniers, conseillère aux communications de la FNEEQ

À propos de la FNEEQ-CSN

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) regroupe près de 35 000 membres dans les cégeps, les universités et les établissements d’enseignement privés. Elle est l’organisation la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec. La FNEEQ est affiliée à l’Internationale de l’éducation depuis 2001.

← Précédent Plein feux sur les droits humains et syndicaux, l'austérité, les conditions d'emploi 24 juillet 2015
Suivant → Non à la privatisation de la buanderie Lavérendière ! 29 juillet 2015
Partager
Source
Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN)
Pour information
France Désaulniers

Conseillère aux communications
FNEEQ-CSN France.desaulniers@csn.qc.ca 514-219-2947 (portable) www.fneeq.qc.ca Facebook : FneeqCSN Twitter : @FneeqCSN

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-fneeq-trace-un-bilan-positif-de-sa-participation/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.