Enquête de la FSSS

30 octobre 2016

La réforme Barrette préoccupe les jeunes salarié-es

Les données de l’enquête de la FSSS permettent de mieux comprendre l’effet concret de la réforme Barrette sur celles et ceux qui donnent chaque jour des services à la population.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) dévoile les résultats d’une enquête qu’elle a menée auprès des jeunes salarié-es du réseau de la santé et des services sociaux. Cette enquête démontre l’état d’épuisement des jeunes salarié-es du réseau face à la réforme Barrette.

Les jeunes salarié-es font les frais de la réforme Barrette
L’enquête de la FSSS–CSN a permis de rejoindre plus de 1000 personnes qui travaillent dans le réseau de la santé et des services sociaux et qui sont âgées de moins de 35 ans. Cette enquête présente plusieurs constats alarmants sur la relève dans le réseau de la santé et des services sociaux. Voici ce qui ressort de cette enquête :

  • Moins de 50 % des répondant-es occupent un poste à temps plein;
  • 24 % des répondants se sont retrouvés en congé à long terme au cours des douze derniers mois;
  • 53 % des répondants ont reçu moins de sept heures de formation dans la dernière année;
  • 53% des répondants ont changé de gestionnaire au cours des douze derniers mois;
  • 59% des répondants vivent une augmentation des tâches;
  • Une majorité de répondants ont envisagé de quitter leur emploi;
  • 83 % des répondants ont souligné que la réforme du système de santé n’allait pas contribuer à améliorer leur situation professionnelle sur un horizon de trois à cinq ans.

« L’enquête que nous avons menée donne des résultats sans appel : la réforme Barrette frappe de plein fouet les jeunes salarié-es du réseau de la santé et des services sociaux. Au cours des derniers mois, nous avons mené quelques enquêtes et le portrait est très inquiétant : le personnel est à bout de souffle. Ça ne peut plus durer, le ministre doit admettre que sa réforme est un échec! », lance Jeff Begley, président de la FSSS–CSN.

Des preuves tangibles de l’effet de la réforme Barrette sur les jeunes salarié-es
Les données de l’enquête de la FSSS–CSN permettent de mieux comprendre l’effet concret de la réforme Barrette sur celles et ceux qui donnent chaque jour des services à la population. Loin de leur donner des outils pour mieux répondre aux besoins de la population, cette réforme leur complique la vie, aussi bien en augmentant leur charge de travail qu’en complexifiant leur quotidien au travail face à des structures centralisées comme jamais. La conséquence d’une telle réforme, c’est une augmentation de la précarité chez le personnel du réseau de la santé et des services sociaux.

« C’est un signal clair que nous envoie les jeunes salarié-es du réseau de la santé et des services sociaux dans cette enquête. Ils sont de plus en plus nombreux à se questionner sur leur avenir dans le réseau. Que voulons-nous de plus pour expliquer l’échec de la réforme Barrette et des compressions budgétaires? Il est grand temps d’en prendre acte et de tenir compte des solutions que nous mettons de l’avant pour améliorer les conditions de travail du personnel et l’accès aux services pour la population », de conclure Jeff Begley.

← Précédent La solidarité de la CSN fait encore ses preuves 28 octobre 2016
Suivant → La FIM à la défense des intérêts de la main-d’œuvre de l'industrie forestière 30 octobre 2016
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Hubert Forcier
514-209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-reforme-barrette-preoccupe-les-jeunes-salarie-es/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.