Projet Énergie Est de TransCanada

11 novembre 2014

La société civile réclame un BAPE et un pouvoir de décider pour le Québec

À la suite du dépôt officiel du projet Énergie Est de TransCanada, de nombreuses organisations de la société civile québécoise, dont la CSN, interpellent le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec afin qu'il mandate immédiatement le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour étudier l'ensemble du projet.

À la suite du dépôt officiel du projet Énergie Est de TransCanada, de nombreuses organisations de la société civile québécoise interpellent le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec afin qu’il mandate immédiatement le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour étudier l’ensemble du projet. Les organisations insistent pour qu’un mandat approprié soit confié au BAPE et demandent que le Québec exerce son pouvoir de décider à la fin du processus. Ce pouvoir de décider devra s’appliquer non seulement pour le terminal de Cacouna, mais pour l’ensemble du projet. En l’absence de ce pouvoir d’autorisation pour le Québec, c’est le gouvernement fédéral qui décidera de l’avenir du projet alors que ce dernier générerait des risques majeurs pour les communautés et l’environnement au Québec.

Cette requête est formulée à la suite de la motion unanime adoptée par l’Assemblée nationale la semaine dernière, demandant au gouvernement du Québec d’assumer sa compétence en matière d’environnement, de renoncer à déléguer ses évaluations environnementales à l’Office national de l’énergie, et d’inclure la contribution globale du projet Énergie Est aux émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le mandat qu’il confiera bientôt au BAPE. Selon les signataires, il est essentiel que le mandat du BAPE porte sur l’ensemble du projet, soit le pipeline et le port pétrolier de Cacouna. Il importe également que l’évaluation par le BAPE comprenne des audiences publiques dans les principales communautés qui pourraient être affectées si les projets de pipeline et de port pétrolier pétrolier allaient de de l’avant (ce qui inclut les risques et impacts de déversements liés au transport par pétroliers sur le Saint-Laurent). Finalement, le BAPE doit impérativement évaluer l’impact qu’aurait le projet sur les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle du pays et de la planète.

Pour les organisations, le projet Énergie Est ne peut être dissocié de la production de pétrole issu des sables bitumineux et de son expansion. Ce raisonnement est d’ailleurs partagé par le président américain Barack Obama à l’égard de Keystone XL. Considérant le positionnement du gouvernement du Québec à l’égard de la réduction des GES, il semble crucial que cet aspect soit évalué avec soin dans le cadre du mandat du BAPE.

Les organismes signataires rappellent également que le processus d’évaluation mené par l’Office national de l’énergie est fortement critiqué, car il limite la participation du public et ses mandats ont une portée limitée, excluant notamment toute la problématique des changements climatiques. En conséquence, le Québec doit exercer son pouvoir de décider, car son simple témoignage devant l’ONÉ à la fin d’un examen public par le BAPE serait contraire aux intérêts du Québec.

Plus de trente municipalités et quatre MRC ont également exprimé des inquiétudes face au projet. Plusieurs ont déjà demandé un BAPE au gouvernement du Québec ou ont adopté une résolution d’opposition contre Énergie Est. Les organisations indiquent également qu’en novembre 2013 le gouvernement ontarien a demandé à la Commission de l’énergie de l’Ontario (CEO) d’examiner et de faire un rapport sur le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada PipeLines Limited. La CEO entreprendra la deuxième phase de cette consultation en janvier 2015.

Les signataires de ce communiqué sont les suivants : Alerte pétrole Rive-Sud, Alternatives, Artistes pour la paix, Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Centre justice et foi, Citizens in Action, Coalition Eau Secours!, Coalition Pas de démocratie sans voix, Coalition vigilance oléoducs (COVO), Comité de vigilance environnementale de l’Est de Montréal, Confédération des Syndicats Nationaux (CSN), Équiterre, ENvironnement JEUnesse (ENJEU), Étudiant(e)s contre les oléoducs (Coalition ÉCO), Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Fondation David Suzuki, Fondation Rivières, Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada), Greenpeace, Idle no more Québec, Les Citoyens au Courant, Mouvement STOP oléoduc, Nature Québec, NON à une marée noire dans le St-Laurent, Regroupement vigilance hydrocarbures Québec, Sierra Club Québec, Société pour vaincre la pollution (SVP), Union des producteurs agricoles (UPA), 350.org.

Note : En juin dernier, plusieurs organisations ont envoyé une lettre au ministre pour lui demander de mandater le BAPE pour qu’il étudie le projet Énergie Est et insister pour que le Québec exerce son pouvoir de décider à la fin du processus.

← Précédent Des travailleurs affiliés à la FEESP-CSN manifestent à Les Escoumins contre le projet de loi 3 sur les retraites 11 novembre 2014
Suivant → Les militants de Sept-Îles disent non au régime d'austérité du gouvernement Libéral 11 novembre 2014
Partager
Région
  • Bas-Saint-Laurent
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
André Lafrance
Alerte pétrole Rive-Sud
alertepetrolerivesud@gmail.com Michel Lambert
Alternatives
514-577-0942 Guylaine Maroist
Artistes pour la paix
514-497-3245 André Bélisle
AQLPA
418-209-8756 Marc Nantel
Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
514-770-8252 Élisabeth Garant
Centre justice et foi
514-387-2541 p.247 Nadia Alexan
Citizens in Action
nadia.alexan@videotron.ca Martine Chatelain
Coalition Eau Secours!
514 769-5529
Amélie Nguyen
Coalition Pas de démocratie sans voix
514 871-1086 poste 210 Jean Léger
Coalition vigilance oléoducs (COVO)
450-258-4249 Vincent Marchione Comité de vigilance environnementale de l'
Est de Montréal
514-351 4719. Louis-Serge Houle
Confédération des Syndicats Nationaux (CSN)
514-792-0795 Jérôme Normand
ENvironnement JEUnesse (ENJEU)
514-577-3016 Geneviève Puskas
Équiterre
514-792-5222 Anthony Garoufalis-Auger
Étudiant(e)s contre les oléoducs (Coalition ÉCO)
438-877-9007 Jean Laverdière
Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
514-893-7809 Dominique Rivet-Dugal
Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ)
514-718-3381 Catherine Huard
Fondation Rivières
514-241-3031 Karel Mayrand
Fondation David Suzuki
514-998-5458 Marie-Claude Lemieux
Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada)
514-260-6233 Patrick Bonin
Greenpeace Canada
514-594-1221 Melissa Mollen Dupuis
Idle no more Québec
450-616-7163 Katherine Massam
Les Citoyens au Courant
514-619-7635 Anne-Céline Guyon
Mouvement STOP oléoduc
ancelgu@aol.com Christian Simard
Nature Québec
418-928-1150 Martin Poirier
NON à une marée noire dans le St-Laurent
418-723-4958 Jacques Tétreault
Regroupement vigilance hydrocarbures Québec
450-261-6151 Floris Ensink
Sierra Club Québec
514-686-3709 Daniel Green
Société pour vaincre la pollution - SVP
514-844-5477 Caroline Nguyen Minh
Union des producteurs agricoles
450 679 0540 poste 8235 Cameron Fenton
350.org
604-369-2155

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-societe-civile-reclame-un-bape-et-un-pouvoir-de-decider-pour-le-quebec/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.