Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le CHU Sainte-Justine camoufle le réel portrait du temps supplémentaire obligatoire

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Villa d'Alma - En route vers la grève!

Villa d'Alma - En route vers la grève!

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés de la région Saguenay–Lac-Saint-Jean…
Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Équité salariale pour le personnel de bureau: des actions de visibilité

Des militantes et des militants de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)…
Mandat de grève générale illimitée à la Villa d'Alma

Mandat de grève générale illimitée à la Villa d'Alma

Le 24 octobre dernier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Centres d’hébergement privés…
Le Syndicat des chauffeurs de la Rive-Sud en grève contre la précarité

Le Syndicat des chauffeurs de la Rive-Sud en grève contre la précarité

Les membres du Syndicat des chauffeurs de la Rive-Sud (CSN) ont dressé des piquets de grève dès…

Surcharge dans le réseau de la santé

inf_ste_justine_2020_neonat_nego_covid_AS

Le CHU Sainte-Justine camoufle le réel portrait du temps supplémentaire obligatoire

Les professionnelles en soins du CHU Sainte-Justine dénoncent le camouflage du temps supplémentaire obligatoire effectué par l’employeur. Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN), il est urgent d’implanter des solutions pour mettre fin à l’épuisement du personnel, notamment en misant davantage sur les compétences des infirmières auxiliaires.

Environ 100 gardes sont imposées par mois aux infirmières et infirmières auxiliaires en néonatalogie. Une pratique que le CHUSJ utilise dans plusieurs unités comme l’hémato-oncologie et à l’unité des naissances afin de peindre un portrait plus flatteur de la situation des professionnelles en soins. Bien qu’étant imposées aux employé-es, les gardes ne sont pas comptabilisées comme du TSO.

« La mascarade a assez duré, le CHU Sainte-Justine doit cesser d’embellir la réalité et prendre acte de la souffrance de ses employé-es. Les gardes imposées ne sont rien d’autre que des TSO déguisés, qu’une prison aux murs dorés. Une garde ne peut et ne doit en aucun cas servir de moyen de gestion et c’est le cas depuis bien trop longtemps à Sainte-Justine » lance Sophie Leclair, représentante des professionnelles en soins à la FSSSCSN.

Miser sur les infirmières auxiliaires pour freiner la surcharge de travail en néonatalogie
Le département de la néonatalogie du CHU Sainte-Justine vit les contrecoups du manque de personnel. « Depuis plusieurs années, le CHU Sainte-Justine a pris l’orientation de se débarrasser des infirmières auxiliaires travaillant en néonatalogie. Bien sûr, diminuer son équipe de travail de 120 infirmières auxiliaires compétentes, ça ne se fait pas en criant ciseau ! Cette décision ne pouvait que laisser l’équipe de néonatalogie en souffrance et nous en voyons maintenant les conséquences ! Ce qui devait arriver arriva. La situation ne fait qu’empirer depuis la décision de l’employeur. Les gardes imposées et le temps supplémentaire obligatoires se multiplient et les équipes peinent à la tâche », poursuit Sophie Leclair.

Le Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CHU Sainte-Justine – CSN intervient depuis plusieurs années pour que l’employeur mise sur la présence des infirmières auxiliaires pour réduire la surcharge des infirmières de plusieurs départements, dont celui de la néonatalogie. C’est une solution qui permet à la fois de maintenir la qualité de vie du personnel et de veiller aux bons soins des enfants. Dernièrement, les gestionnaires n’ont pu offrir comme solution à court terme à la situation précaire du département de la néonatalogie qu’une augmentation des ratios patients-soignants ou une augmentation des TSO.

« L’employeur place les infirmières devant un choix perdant-perdant. Ou bien elles décident de nuire à leur vie familiale ou bien elles doivent voir diminuer la qualité des soins. Mettre ce fardeau sur les épaules d’une équipe dédiée aux soins à la population est insensé. D’autant plus que d’autres solutions existent, notamment l’embauche d’infirmières auxiliaires », explique Félix-Olivier Bonneville, président du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CHU Sainte-Justine CSN.

« Les infirmières auxiliaires sont une main-d’œuvre compétente et essentielle au bon fonctionnement d’une unité de soins. Comptons sur elles pour venir prêter main-forte à l’équipe de la néonatalogie. Le CHU Sainte-Justine doit immédiatement afficher des postes d’infirmières auxiliaires et embaucher la main-d’œuvre nécessaire. Il en va du bien-être des prématurés de la plus grande unité de néonatalogie au Canada », de conclure Félix-Olivier Bonneville. re. 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket