Le ministère de l’Éducation doit assurer les salaires dans le transport scolaire

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Impact indirect des grèves du secteur public

2023-11-05-comm4

Le ministère de l’Éducation doit assurer les salaires dans le transport scolaire

La CSN interpelle Bernard Drainville, ministre de l’Éducation, afin qu’il maintienne à l’emploi des chauffeuses et des chauffeurs de véhicules scolaires, dans l’éventualité d’un prolongement des grèves dans le secteur public. Ceux-ci pourraient être mis à pied dès le 30 novembre, suivant l’application de clauses de contrats entre les transporteurs et les centres de services scolaires.

« Les grèves actuelles du secteur public risquent de se prolonger et, en ce sens, nous interpellons le ministre de l’Éducation afin qu’il s’assure, par voie de directive, qu’il n’y ait pas de mises à pied économiques dans le transport scolaire, syndiqué ou non, particulièrement dans le contexte actuel d’inflation et de pénurie de main-d’œuvre qui touche durement ce secteur, souligne Caroline Senneville, présidente de la CSN. Depuis plus de 100 ans, quand il y a des grèves dans un secteur, la CSN est et sera toujours solidaire de celles et de ceux qui ont décidé de recourir à ce moyen de pression ultime afin d’améliorer leurs conditions de travail. Nous sommes également très sensibles aux impacts indirects d’un débrayage sur les travailleuses et travailleurs, qui pourraient perdre temporairement leur gagne-pain à cause du prolongement d’un conflit de travail auquel ils ne prennent pas part. »

À partir du 30 novembre prochain, un grand nombre de chauffeuses et de chauffeurs pourraient être mis à pied en raison de clauses dans les contrats entre les transporteurs et les centres de services scolaires qui prévoient une diminution de 50 % des sommes versées à leurs employeurs. Cette réduction risque d’occasionner des démissions, réduisant ainsi la capacité des transporteurs à assurer un service fiable et sécuritaire dès la fin des conflits.

« Le secteur du transport scolaire vit déjà une crise, qui a un impact direct sur l’attraction et la rétention des chauffeuses et chauffeurs de véhicules scolaires. Nous avons donc des routes qui, chaque jour scolaire, ne sont pas couvertes par ce service pourtant garanti aux parents et aux élèves par les centres de services scolaires. Des ententes récentes sont enfin venues bonifier les conditions de travail de centaines d’entre elles et eux, mais nous redoutons l’effet de mises à pied économiques qui viendraient précariser davantage le service et réduire encore leur revenu annuel, qui avoisine les 25 000 $, ajoute Frédéric Brun, président par intérim de la Fédération des employées et employés de services publics–CSN. Le ministre peut agir en ce sens et nous l’invitons à le faire dès que possible. »

La FEESP–CSN compte plus de 425 syndicats affiliés représentant 65 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Le Secteur transport scolaire de la FEESP–CSN regroupe près de 3000 membres conduisant des autobus et des berlines scolaires.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023