Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le personnel de la santé ne veut pas se faire barouetter

Du même SUJET

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…
Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Les répondantes et répondants médicaux et employé-e-s de bureau d’Urgences-santé votent la grève

Sur la centaine de répondantes et répondants médicaux d’Urgences-santé, pas moins de 21 ont quitté leur…
Avoir le courage d'un réseau de la santé au service du bien commun

Avoir le courage d'un réseau de la santé au service du bien commun

Le bilan des 20 ans du modèle des groupes de médecine familiale publié par l’IRIS nous…
Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Laissé pour compte dans les règlements intervenus au cours des dernières années, le personnel de bureau…
Les syndicats CSN de la Montérégie tiennent leur 10e congrès

Les syndicats CSN de la Montérégie tiennent leur 10e congrès

Le 10e congrès triennal du Conseil central de la Montérégie–CSN se tient cette semaine, du 17…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Le réseau de la santé craque, c’est assez !

FSSS_Manif_CHUM_photo_M.Giroux13 juin2018

Le personnel de la santé ne veut pas se faire barouetter

Malgré diverses promesses ciblées pour le réseau de la santé et des services sociaux du Québec, plusieurs des partis politiques ne semblent pas saisir l’urgence de trouver des solutions d’envergure pour résoudre la crise qui frappe les travailleuses et les travailleurs.

D’ici l’élection, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) va exposer un problème par jour, accompagné d’une piste de solution. Le prochain gouvernement devra réagir rapidement s’il veut conserver l’attractivité des emplois en santé et services sociaux dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. « On n’est pas loin du point de rupture dans notre réseau », met en garde Josée Marcotte, vice-présidente pour le secteur public de la FSSS–CSN.

Le problème : une mobilité exagérée

Dans le cadre des négociations locales en cours, l’employeur exige une mobilité du personnel, qui travaille dans les immenses centres de santé et de services sociaux (CISSS), pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres.

« La stabilité du lieu de travail est essentielle. Ne pas savoir où l’on travaille dans les prochaines semaines, c’est stressant et c’est un casse-tête pour la conciliation famille-travail », insiste Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

La solution : un port d’attache

Pour régler ce problème, la Fédération propose de lier un port d’attache à chaque poste, comme cela se fait généralement lorsque n’importe quel autre employeur affiche un poste.

« La création des mégaétablissements fait en sorte que les directions demandent au personnel de se déplacer sur de grands territoires pour aller travailler à des endroits qui changent constamment. Plusieurs employées disent vouloir aller travailler ailleurs plutôt que de répondre à cette nouvelle exigence. Cette situation ne fait que surcharger ceux qui restent. C’est un cercle vicieux duquel il faut absolument sortir », conclut Jeff Begley.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket