Le prix Pierre-Vadeboncoeur de la CSN va à Mélikah Abdelmoumen et à Jean-François Nadeau

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La solidarité : un remède aux conflits de longue durée

La solidarité : un remède aux conflits de longue durée

Les représentants de quatre syndicats étant en grève générale illimitée sont venus livrer de vibrants témoignages…
Fierté syndicale : un hommage à toutes les personnes LGBT+ qui ont lutté

Fierté syndicale : un hommage à toutes les personnes LGBT+ qui ont lutté

C’est avec grande fierté que la CSN a récemment lancé lors de son dernier conseil confédéral…
Nathalie Arguin élue au secrétariat général de la CSN

Nathalie Arguin élue au secrétariat général de la CSN

Les délégué-es du Conseil confédéral de la CSN, réunis hier en instance virtuelle, ont élu Nathalie…
Un négociateur chevronné élu à la première vice-présidence de la CSN

Un négociateur chevronné élu à la première vice-présidence de la CSN

Réunis en instance virtuelle ce matin, les délégué-es du conseil confédéral de la CSN ont élu…
Caroline Senneville: après 100 ans de combat, cap sur une vision d’avenir

Caroline Senneville: après 100 ans de combat, cap sur une vision d’avenir

Vingt-cinq ans de militantisme au sein de la CSN, dont les quatre dernières comme vice-présidente responsable…
Caroline Senneville élue à la présidence de la CSN

Caroline Senneville élue à la présidence de la CSN

Les 300 000 membres de la CSN ont désormais une nouvelle présidente : Caroline Senneville. Élue par les…

Littérature

Photo : Simon Clark
Photo : Simon Clark

Le prix Pierre-Vadeboncoeur de la CSN va à Mélikah Abdelmoumen et à Jean-François Nadeau

Le prix Pierre-Vadeboncoeur, décerné par la CSN à l’essai s’étant le plus démarqué durant l’année, a été remis à Mélikah Abdelmoumen, pour son essai Baldwin, Styron et moi, publié chez Mémoire d’encrier, et à Jean-François Nadeau, pour Sale temps, un recueil de chroniques publié chez Lux éditeur.

Doté d’une bourse de 5 000 $, le prix a été remis aujourd’hui à l’occasion du conseil confédéral de la CSN, qui se déroule les 14 et 15 décembre au Centre des congrès de Lévis. Le jury, présidé par l’ex-présidente de la CSN Claudette Carbonneau, compte aussi la professeure de littérature Catherine Ladouceur, membre de la CSN, et l’éditeur Mark Fortier, lauréat de l’année précédente.

« Plusieurs considèrent à juste titre Pierre Vadeboncoeur comme l’un des plus grands essayistes québécois. Il a joué un rôle de premier plan dans la construction de la CSN moderne et dans l’édification d’un type de syndicalisme unique en Amérique du Nord. C’est son héritage syndical et intellectuel qui a amené la CSN à créer un prix portant son nom », affirme Nathalie Arguin, secrétaire générale de la CSN, qui remettait les bourses aux lauréats.

Ce prix, remis pour une première fois en 2011, veut souligner la contribution majeure d’un essai publié au Québec au cours de l’année écoulée. Encore cette fois-ci, une quinzaine de maisons d’édition québécoises ont soumis plusieurs dizaines d’œuvres.

Dans sa présentation des œuvres récompensées, Claudette Carbonneau a souligné, chez Mélikah Abdelmoumen, la façon dont elle nous plonge au cœur d’un débat qui n’a pas cessé de nous interpeler ces dernières années : celui de l’appropriation culturelle et de la liberté de l’écrivain. De là l’appel à la barre des deux auteurs étasuniens, James Baldwin et William Styron. Il s’agit de l’amitié improbable d’un écrivain blanc, Styron, dont les ancêtres étaient propriétaires d’esclaves, et d’un écrivain noir, James Baldwin, lui-même descendant d’esclaves. Quand des Afro-Américains ont attaqué Styron pour avoir écrit au « je » son roman Les confessions de Nat Turner, l’accusant de s’approprier la vie d’un esclave noir, Baldwin s’était courageusement porté à sa défense.

« Le jury a trouvé dans cette œuvre une expérience intime du monde, qui invite à un dialogue nécessaire ancré dans un réel confrontant, qui appelle son lecteur et sa lectrice à l’engagement, tout cela reposant sur une rigueur intellectuelle réjouissante qui se déploie dans une structure fort originale », a fait valoir la présidente du jury.

Quant à l’autre lauréat, le journaliste Jean-François Nadeau, madame Carbonneau a rappelé que nous sommes plusieurs à attendre avec un intérêt toujours soutenu sa chronique du lundi dans Le Devoir. Ce sont entre autres ces chroniques, rédigées dans l’urgence sur une période de cinq ans, que Nadeau a peaufinées et a accompagnées de quelques nouveaux inédits pour nous les présenter dans le recueil intitulé Sale temps.

« Dans cette œuvre aux accents pamphlétaires bien sentis et magnifiquement écrits, a ajouté le jury, Nadeau s’efforce d’éveiller les consciences sur des enjeux bien de notre temps. » L’auteur se livre à une « réflexion sur le temps, sur notre rapport à celui-ci, sur son rôle comme instrument de pouvoir sur le
« monde ordinaire ». Il invite à revoir un contrat social profondément aliénant, injuste et inégalitaire fondé sur la productivité, le consumérisme et ses nombreuses servitudes. »

En outre, le jury a accordé une mention spéciale à l’essai de Pierre Nepveu, Géographie du pays proche. Le jury a apprécié sa conclusion portant sur la « majesté du réel », laquelle est présentée comme l’importance de cultiver notre attachement au pays proche, dans la mesure où celui-ci conduit, du même coup, à demeurer ouvert sur le monde. Voilà qui rappelle les élans d’un Vigneault, qui chante son pays qui n’en est pas un, en insistant sur la nécessité de posséder ses hivers !

Parmi les lauréats qui ont reçu le prix Pierre-Vadeboncoeur depuis 12 ans, notons Bernard Émond, Serge Bouchard, Yvan Lamonde, Aurélie Lanctôt, Josée Boileau, Normand Balllargeon, Yvon Rivard et Mathieu Bélisle.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket