Le syndicat du Hilton Tremblant demande le retour de l’employeur à la table de négociation

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Envoi de l’avis de grève touchant aux Autobus Yves Séguin

Envoi de l’avis de grève touchant aux Autobus Yves Séguin

Le Syndicat du transport scolaire Autobus Yves Séguin & Fils–CSN a envoyé un avis de grève…
Le syndicat des travailleuses et travailleurs du transport urbain se dote d’un mandat de grève. 

Le syndicat des travailleuses et travailleurs du transport urbain se dote d’un mandat de grève. 

Réunis en assemblée générale le 5 février dernier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Envoi du second avis de grève chez B.R. et Tremblay & Paradis

Envoi du second avis de grève chez B.R. et Tremblay & Paradis

À la suite de la rencontre de négociation du 4 février avec leur employeur et la conciliatrice,…
Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la ville de Chandler adopte des moyens de pression

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la ville de Chandler adopte des moyens de pression

En assemblée générale, le 1er février 2023, les travailleuses et travailleurs du Syndicat des employés municipaux…
Le Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud refuse l’hypothèse de règlement

Le Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud refuse l’hypothèse de règlement

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud (CSN) ont rejeté l’hypothèse de règlement…
Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Deux syndicats du transport scolaire en grève bientôt

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN et le Syndicat d’Autobus Terremont Ltée–CSN ont…

Lock-out

image_6487327

Le syndicat du Hilton Tremblant demande le retour de l’employeur à la table de négociation

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs de l’hôtel Hilton de Tremblant ont manifesté, ce midi, devant l’hôtel Humaniti de Montréal, autre établissement appartenant à leur employeur, le groupe Urgo.

Accompagnés de dizaines de sympathisants de la CSN, les travailleuses et les travailleurs ont occupé l’entrée de l’hôtel afin de forcer leur employeur à revenir à la table de négociation.

« Depuis le 15 août, l’employeur n’a même pas voulu se présenter à la table de négociation, déplore le président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Station Mont-Tremblant–CSN, Benoit Filion. Les employé-es du Hilton Homewood Suites gagnent jusqu’à 5 $ l’heure de moins que dans les hôtels du même acabit sur la montagne. Malgré la pénurie de main-d’œuvre, malgré les difficultés grandissantes à trouver du personnel, l’employeur s’est montré inflexible, préférant laisser ses employé-es sur le trottoir depuis bientôt deux mois plutôt que de venir négocier. C’est tout à fait inacceptable ! »

Nommé au dossier, un conciliateur du ministère du Travail a convoqué les parties à la table de négociation mardi prochain.

Responsable du secteur de l’hôtellerie à la CSN, le trésorier de la Fédération du commerce–CSN, Michel Valiquette, regrette un tel comportement de la part de la partie patronale. « Notre marque de commerce a toujours été de négocier des conditions de travail similaires pour des hôtels comparables, rappelle-t-il. Ainsi, nous avons pu améliorer les conditions de vie de nos membres, tout en permettant aux hôtels de demeurer compétitifs. Malheureusement, certains employeurs désirent malgré tout maximiser leurs profits sur le dos de leurs employé-es. C’est sans compter sur la détermination et la solidarité des travailleuses et des travailleurs de l’hôtellerie et de leurs multiples appuis au sein du mouvement CSN. »

À propos

En lock-out depuis le 26 août dernier, les employé-es du Hilton Homewood Suites de Tremblant sont sans convention collective depuis le 30 juin. La section Hilton du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Station Mont-Tremblant–CSN regroupe 24 salarié-es, alors que le syndicat général représente les 900 employé-es des différentes installations de la montagne. Fondée en 1921, la CSN regroupe 325 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et parapublic, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

ACTUALITÉS