Bombardier Transport

16 février 2020

Le transport collectif au cœur de la relance de l’usine de La Pocatière

Les commandes actuelles pour le métro de Montréal se termineront en juin 2021. Le gouvernement peut agir dès maintenant pour assurer l’arrivée de nouveaux projets pour l’usine de La Pocatière et celle qu’Alstom possédait déjà à Sorel.

Alors que la transaction entre Alstom et Bombardier Transport semble en voie de se concrétiser, la CSN estime que la clé de la relance de l’usine de La Pocatière réside en bonne partie dans les mains du gouvernement. En ce sens, la centrale syndicale exhorte le premier ministre François Legault à accélérer les démarches entourant les nombreux projets de transport collectif actuellement à l’étude au Québec.

« Il est regrettable d’assister à la déstructuration d’une entreprise bien québécoise, bâtie par des milliers de travailleuses et de travailleurs d’ici, a indiqué Jacques Létourneau, président de la CSN. L’important aujourd’hui, c’est que le gouvernement utilise tous les leviers dont il dispose pour maintenir des emplois à La Pocatière. Les six projets de tramway et de prolongement du REM actuellement sur la table à dessin au Québec ainsi que la stratégie d’électrification des transports du gouvernement constituent une excellente occasion. »

« Il faut comprendre que les commandes actuelles pour le métro de Montréal se termineront en juin 2021. Le gouvernement peut agir dès maintenant pour assurer l’arrivée de nouveaux projets pour l’usine de La Pocatière et celle qu’Alstom possédait déjà à Sorel. Ce n’est certainement pas la hauteur de nos besoins en matière de transport collectif qui l’en empêchera », d’ajouter M. Létourneau.

« Nous prenons bonne note que le premier ministre a qualifié la décision d’envoyer la construction du REM en Inde d’”erreur libérale”, a soulevé Jacques Létourneau. La possibilité d’exiger 25 % de contenu local constitue pour nous un seuil minimal. Le gouvernement doit veiller à ce que les opérations d’assemblage du matériel roulant soient effectuées au Québec. Pierre Fitzgibbon a en partie raison quand il affirme que le maintien des emplois est un “concept politique” : le gouvernement a toutes les cartes en mains pour assurer l’essor du secteur de la construction ferroviaire au Québec. »

Fondée en 1921, la CSN regroupe 300 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et privé, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec. Les syndicats des usines de Bombardier Transport à La Pocatière et d’Alstom à Sorel y sont affiliés.

← Précédent Montant record amassé par la CSN pour le Camp Vol d’été Leucan–CSN 15 février 2020
Suivant → Vote de grève à 88 % chez Acier Leroux de Rimouski! 17 février 2020

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-transport-collectif-au-coeur-de-la-relance-de-lusine-de-la-pocatiere/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.