Surcharge de travail

27 novembre 2019

Les assistant-es techniques seniors en pharmacie (ATSP) subissent la crise du réseau

Un vaste sondage sur le réseau de santé et de services sociaux démontre que les ATSP et ATP subissent une surcharge de travail de plus en plus importante.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) dévoile les résultats d’une vaste enquête sur les conditions de travail des assistant-es techniques seniors en pharmacie. Cette étude illustre l’ampleur de la crise qui touche l’ensemble du personnel du réseau, alors que 88 % des répondantes indiquent être constamment pressées par le temps à cause d’une forte charge de travail.

Les assistant-es techniques seniors en pharmacie (ATSP) et les assistant-es techniques en pharmacie (ATP) ont la responsabilité de préparer les médicaments dans les établissements du réseau. S’agissant d’un secteur en constante évolution, elles doivent s’adapter en plus de se voir confier de plus en plus de responsabilités.

La FSSS-CSN les a consultés à l’aide d’un sondage électronique, mené du 16 avril au 1er juillet 2019. Ce sont 987 ATSP et ATP œuvrant dans le réseau public de santé et de services sociaux qui y ont répondu, soit environ 40 % des ATSP et ATP à l’emploi du réseau.

Une surcharge de travail croissante pour les ATSP et ATP
Ce qui ressort principalement des résultats de l’étude de la FSSS-CSN, c’est le fait que les ATSP et ATP subissent une surcharge de travail de plus en plus importante.

Les résultats l’illustrent : 

  • 97 % des répondantes notent que leur travail est plus exigeant avec le temps.Les causes de la surcharge de travail sont :
    • Le manque de personnel (82 % des répondantes),
    • L’augmentation du nombre de patients (60 %),
    • Les changements dans la structure (53 %).
  • 74 % ont fait du temps supplémentaire dans les 6 derniers mois.
  • 79 % soulignent qu’elles se sont rendues au travail alors qu’elles auraient dû rester à la maison pour cause de maladie dans les 12 derniers mois (contre 56 % pour les salarié-es québécois).
  • 61 % ont le sentiment que leur travail n’est pas accompli selon les règles de l’art et cela les perturbe.
  • 97 % indiquent qu’il arrive que des collègues absents ne soient pas remplacés.

« Les compressions budgétaires successives et une réforme qui a désorganisé le réseau ont eu pour effet d’accentuer la charge de travail et de freiner l’offre de services des pharmacies des établissements du réseau aux patient-es », explique Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

Une surcharge qui touche les services à la population
Cette surcharge de travail constante ne peut faire autrement que d’entraîner des conséquences négatives pour la population, comme en témoignent les résultats du sondage :

  • Augmentation des situations à risque (erreur de médicaments, erreur de transcription, etc.) (87 % des répondantes)
  • Compromis sur la qualité du travail (64 %)
  • Des délais dans la réponse aux demandes des pharmaciens et/ou des médecins (50 %)

« Le poids que les assistant-es techniques seniors en pharmacie ont sur les épaules se transfère sur les services à la population. Quand la pharmacie d’un hôpital ne parvient pas à répondre aux demandes, les patient-es attendent plus longtemps et le risque d’erreur grimpe », lance Marie-Line Séguin, assistante technique en pharmacie et vice-présidente régionale de la FSSS-CSN.

Des solutions pour améliorer le quotidien des ATSP et ATP
L’analyse de la FSSS-CSN a permis de recueillir les solutions des ATSP et ATP pour améliorer leur quotidien au travail et les services à la population. Selon elles, il faut agir en priorité sur :

  • L’embauche de personnel (74 % des répondantes)
  • La réduction de la charge de travail (64 %)
  • Des augmentations salariales (98 % jugent que leur salaire est insuffisant)
  • Une accentuation de la formation continue (88 %)
  • La possibilité de participer aux décisions qui ont un impact sur leur travail (62 %)
  • Une meilleure gestion (60 %)
  • Des mesures de conciliation travail-famille-études (53 %)

« Le gouvernement Legault donne l’impression de ne se soucier que de certains titres d’emploi dans le réseau. Si on veut mettre fin à la crise du réseau, il faut agir en profondeur et avec une vision d’ensemble. La parole des assistant-es techniques en pharmacie est claire : il est temps d’appliquer des mesures pour améliorer les conditions de travail et salariales et régler dès maintenant les plaintes de maintien de l’équité salariale actuellement en discussion avec le Conseil du trésor afin d’éliminer la discrimination salariale qui perdure pour ces travailleuses depuis 2010 », de conclure Jeff Begley.

À propos de la FSSS-CSN
La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

← Précédent 90 % des employé-es trouvent anormal de payer de leur poche pour venir soigner la population 26 novembre 2019
Suivant → Manifestation à la Coopérative fédérée 27 novembre 2019
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Hubert Forcier
514-209-3311
hubert.forcier@csn.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/les-assistant-es-techniques-seniors-en-pharmacie-atsp-subissent-la-crise-du-reseau/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.