Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les employé-es de la SAQ votent massivement pour 18 jours de grève

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Le syndicat craint pour la sécurité des salarié-es de la SAQ

Le syndicat craint pour la sécurité des salarié-es de la SAQ

Pour le Syndicat des employé(e)s de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ–CSN), les mesures…
Les syndicats affiliés la FEESP–CSN misent sur la sécurité avant tout

Les syndicats affiliés la FEESP–CSN misent sur la sécurité avant tout

Pour le Syndicat des employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ–CSN) ainsi que…
Des choix s’imposent

Des choix s’imposent

Lettre signée par Jacques Létourneau, président de la CSN, Daniel Boyer, président de la FTQ, et…
Un soupir de  soulagement

Un soupir de soulagement

Plus d’un an après l’ouverture des premières succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC), les…
Consigne : Une modernisation très attendue

Consigne : Une modernisation très attendue

La CSN accueille avec optimisme l’annonce du gouvernement du Québec quant à l’élargissement de la consigne.…
La consigne est la seule solution éprouvée

La consigne est la seule solution éprouvée

On parle beaucoup, ces derniers temps, de la nécessité de réduire l’utilisation des contenants de plastique…

Conflit de travail

Photo : Patrick Sicotte
Photo : Patrick Sicotte

Les employé-es de la SAQ votent massivement pour 18 jours de grève

À l’issue d’une assemblée générale qui s’est tenue à Montréal aujourd’hui, les employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ se sont prononcés, dans une proportion de 96 % en faveur d’un mandat de 18 journées de grève. « Nous espérions que la démarche de négociation exploratoire entreprise depuis le 17 septembre nous permettrait d’en arriver à une entente, mais ce n’est pas le cas. Nous sommes tenus de conserver la confidentialité sur la teneur des discussions qui ont eu cours à la table, mais ce qu’on peut dire, c’est que l’employeur demeure sur ses positions. Nous allons donc utiliser ces journées lorsque nous le jugerons nécessaire pour faire pression sur lui », a d’abord commenté la présidente du syndicat, Katia Lelièvre.

Précarité
Les questions de la précarité pour les employé-es à temps partiel constituent encore des écueils importants dans la négociation, estime la présidente du syndicat. « Dans une période de pénurie de main-d’œuvre, on ne comprend pas que la SAQ ne tienne pas davantage à conserver ses employé-es. Cette année, le nombre de démissions est impressionnant : depuis le 1er janvier, il s’élève à près de 600. Les gens sont exaspérés de ne pas travailler, ça se comprend! » explique-t-elle. « Bien que l’employeur ait mis un peu d’eau dans son vin, les mesures proposées pour contrer la précarité sont loin d’être suffisantes, explique-t-elle. Nous sommes encore loin de la coupe aux lèvres pour régler le manque d’heures de travail des temps partiels. Nous demandons des solutions concrètes pour endiguer ce problème sérieux. »

Appauvrissement demandé par l’employeur
« L’employeur demande plus de concessions dans les conditions de travail des employé-es que l’argent qu’il est prêt à leur donner. Une telle dynamique de négociation n’est tout simplement pas soutenable », déplore par ailleurs la présidente de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN), Nathalie Arguin.

Pour le président de la CSN, Jacques Létourneau, il n’est pas normal qu’après 21 mois de négociation, l’employeur fasse preuve d’autant de fermeture et de rigidité envers ses employé-es. « Les offres qui leur sont faites se situent en deçà de l’augmentation qui a été consentie aux employé-es de l’État! s’exclame Jacques Létourneau. Cette position est difficile à comprendre, quand on sait les revenus pharaoniques que génère la SAQ chaque année. Ce que l’employeur leur demande, c’est ni plus ni moins de réduire leur pouvoir d’achat et de s’appauvrir. On va s’opposer à ces demandes jusqu’à ce qu’il entende raison. Nous voulons une entente qui ne viendra pas piger dans les poches des travailleuses et des travailleurs. Nous voulons une entente satisfaisante pour eux et la CSN combattra à leurs côtés tant qu’ils ne l’auront pas décrochée », conclut le président de la CSN.

À propos
Le Syndicat des employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ représente quelque 5500 travailleuses et travailleurs au Québec. Il est affilié à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) qui regroupe plus de 60 000 syndiqué-es œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux compte 300 000 membres présents dans tous les secteurs d’activité, tant publics que privés.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket