Les membres du Front commun manifestent à Saint-Jérôme 

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Quand la pénurie de personnel plombe les services publics

Quand la pénurie de personnel plombe les services publics

À la suite du dépôt du rapport annuel 2022-2023 du Protecteur du citoyen, les porte-parole du Front…
L’opinion publique est clairement du côté des travailleuses et des travailleurs, selon un sondage SOM

L’opinion publique est clairement du côté des travailleuses et des travailleurs, selon un sondage SOM

Le Front commun dévoile les résultats d’un sondage SOM sur la perception des Québécoises et des…
La CSN dénonce un autre pitoyable échec

La CSN dénonce un autre pitoyable échec

Une série de mauvaises décisions d’affaires d’Olymel cause une nouvelle fermeture, celle de l’usine de découpe…
Les membres du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière  à Joliette (FNEEQ–CSN) rejettent les offres du gouvernement

Les membres du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette (FNEEQ–CSN) rejettent les offres du gouvernement

Réunis pour une activité conjointe de visibilité au Cégep de Joliette, les enseignantes et enseignants ainsi…
Équité salariale : importante manifestation devant le Conseil du trésor

Équité salariale : importante manifestation devant le Conseil du trésor

Excédés d’être victimes de discrimination salariale depuis plus de 12 ans, des centaines d’employé-es de bureau…
Les employé-es de Produits forestiers Résolu adoptent une entente de principe

Les employé-es de Produits forestiers Résolu adoptent une entente de principe

Les travailleuses et les travailleurs de l’usine de papier Produits forestiers Résolu (PFR) d’Alma viennent d’adopter…

Négociations du secteur public 

Les membres du Front commun manifestent à Saint-Jérôme 

Inflation, retard salarial et impacts de la pénurie de main-d’oeuvre sur les travailleuses et les travailleurs des réseaux de l’éducation, de la santé et des services sociaux et de l’enseignement supérieur, cette ronde de négociations dans le secteur public doit changer les choses. C’est le message qu’ont lancé les travailleuses et travailleurs membres du Front commun dans les Laurentides lors d’un rassemblement qui s’est tenu aux abords de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. 

« Le gouvernement est fermé quant aux revendications des travailleuses et travailleurs et se concentre uniquement sur ses priorités. De notre côté, la phase d’intensification de la mobilisation bat son plein. Avec des offres carrément insuffisantes et des attaques sérieuses de notre régime de retraite, nos membres entendent se tenir debout pour améliorer leurs conditions de travail! Nos demandes sont légitimes », ont lancé les porte-paroles du Front commun dans les Laurentides : Chantal Maillé, présidente du Conseil central des Laurentides–CSN, Sylvie Levert, vice-présidente du Syndicat du personnel de soutien scolaire en éducation de la Rivière-du-Nord (CSQ), Maxime Ste-Marie, président du Conseil provincial des affaires sociales SCFP (FTQ), et Marie-Ève Meilleur, représentante nationale de l’APTS dans les Laurentides. 

« Que ce soit en éducation, dans la santé et les services sociaux ou en enseignement supérieur, c’est très clair : les conditions d’exercice déjà difficiles sont alourdies et complexifiées par le manque de personnel, dans toutes les catégories d’emplois. Pour attirer et retenir notre monde, il faut améliorer les conditions de travail, assurer un rattrapage salarial et une protection contre l’inflation. Bref, il faut s’assurer que les travailleuses et les travailleurs cessent de s’appauvrir. Il est temps de renverser la vapeur et de parler de bonification et d’amélioration concrètes », ont renchéri les porte-paroles. 

Cette manifestation survient alors que l’Assemblée nationale étudie un projet de loi visant à augmenter de près de 30 % la rémunération des parlementaires au nom du besoin d’attirer la relève, d’effectuer un rattrapage et de protéger le pouvoir d’achat de la députation. Pour le Front commun, les critères qui guident cette orientation doivent aussi s’appliquer aux tables de négociation pour les travailleuses et travailleurs du secteur public. 

Inflation : des impacts concrets 

Lors de la dernière ronde de négociations, rappelons que des augmentations de 6 % au total sur trois ans ont finalement été soutirées, avec des augmentations additionnelles pour celles et ceux qui gagnaient le moins. Or, le coût du panier d’épicerie monte en flèche depuis des mois et les hausses liées à l’inflation font extrêmement mal aux travailleuses et aux travailleurs. Par exemple, de janvier 2022 à janvier 2023, le prix du beurre a augmenté de 40 %, du brocoli de 42 %, des pâtes alimentaires de 44 %, des oeufs de 14 %… Même le déodorant a augmenté de 16 %. On est bien loin du rythme d’augmentation des salaires du secteur public! 

C’est pourquoi le Front commun revendique un mécanisme permanent d’indexation basé sur l’indice des prix à la consommation (IPC), qui garantira l’ajustement des salaires chaque année en fonction du coût de la vie. « Il faut permettre aux travailleuses et aux travailleurs de se protéger contre la perte du pouvoir d’achat, et ce genre de mécanisme est le meilleur outil pour y arriver. On ne peut plus prendre le risque de subir une autre vague inflationniste », ont précisé les représentantes et représentants. 

Pour revaloriser les emplois du secteur public, le Front commun réclame, en plus du mécanisme permanent de protection contre l’inflation, un enrichissement visant un rattrapage salarial général. Ainsi, il revendique 100 $ par semaine pour l’année 2023 ou l’indice des prix à la consommation (IPC) + 2 % (selon la formule la plus avantageuse), l’IPC + 3 % pour 2024 et, finalement, l’IPC + 4 % pour 2025. 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket