Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Mandats de grève recherchés

Du même SUJET

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…
Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le syndicat dénonce l’usage illégal de scabs

Le Syndicat des employé-es de la Cie Montour–CSN, en grève depuis le 16 juin dernier, a déposé…
Une assemblée pour mettre fin au conflit de travail chez Viandes du Breton

Une assemblée pour mettre fin au conflit de travail chez Viandes du Breton

« C’est un signe fort que les syndiqué-es veulent envoyer à la partie patronale. Nous sommes prêts…
Les paramédics d’Urgences-Santé en moyens de pression dès lundi

Les paramédics d’Urgences-Santé en moyens de pression dès lundi

(Montréal, le 9 juillet 2022) Aux prises avec un manque de main-d’œuvre insoutenable, une situation qui n’a…
Grève générale illimitée chez Colabor

Grève générale illimitée chez Colabor

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Colabor (CSN) de Boucherville ont voté à…
Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse…

Préhospitalier

Photo : Pascal Ratthé
Photo : Pascal Ratthé

Mandats de grève recherchés

Réunis en conseil fédéral à Québec depuis hier, les syndicats CSN du secteur préhospitalier ont fait le point sur l’état des négociations pour le renouvellement des conventions collectives, échues depuis le 31 mars 2015. Devant le peu de progrès sur leurs priorités, les syndicats demanderont à leurs membres de leur confier un mandat de grève, à exercer au moment opportun.

« À ce jour, nous avons eu 13 rencontres de négociation avec la CSAQ, le principal regroupement d’entreprises. Mais nous n’avons toujours reçu aucune réponse constructive quant à nos priorités, qu’il s’agisse par exemple de la retraite progressive ou de l’amélioration de nos conditions d’exercice, de l’organisation du travail, de la charge de travail ou de l’abolition des horaires de faction (7/14). Sur les salaires, la CSAQ n’est même pas en mesure de nous offrir ce qui a été convenu dans le secteur public et parapublic ! Devant ce peu de progrès, nous n’avons pas d’autre option que de nous préparer à la grève si cela s’avère nécessaire », explique le vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Dany Lacasse.

Notons que les négociations n’ont pas davantage permis de progrès sur ces priorités aux autres tables de négociation, qu’il s’agisse de celle d’Urgences-santé, ou de celles de l’APAR et de la FCPQ, les deux autres regroupements d’entreprises.

Pour le représentant du secteur préhospitalier à la FSSS–CSN, Jean Gagnon, qui fait aussi partie du comité de négociation provincial, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, porte une lourde part de responsabilité dans ce blocage car il a changé les règles du jeu en pleine négociation. « Il voudrait se désengager des négociations mais, dans les faits, le Ministère est directement concerné par nos revendications communes, ne serait-ce que parce qu’elles touchent beaucoup à la qualité des services à la population de tout le Québec. Nous n’abandonnerons certainement pas nos priorités légitimes sous prétexte que le ministre Barrette ne veut pas en discuter avec nous. Cela fait 18 mois que nous sommes en négociation. Nos demandes sont bien connues. Si l’on doit se rendre à la grève pour être pris au sérieux, le ministre n’aura que lui-même à blâmer. »

Grève
Dans le secteur préhospitalier, l’exercice de moyens de pression comme la grève est soumis aux dispositions des services essentiels. Même si cet encadrement légal a pour but de limiter la portée du droit de grève, le plan d’action des syndicats CSN prévoit utiliser une panoplie de moyens de perturbation, dans la légalité, qui exerceront une pression indéniable, tant sur les employeurs que sur le ministère.

« Nous sommes des professionnels, souligne Jean Gagnon. On s’attend à ce que nos moyens de pression ne remettent pas en cause les services vitaux que nous assurons au quotidien, et c’est ce que nous ferons. Toutefois, notre grève, si elle devient nécessaire, nous permettra d’illustrer très concrètement en quoi tout le système préhospitalier québécois repose uniquement sur le professionnalisme des paramédics, des employé-es de soutien et des répartiteurs. Souvent dans l’ombre, nous sauvons des vies chaque jour grâce à notre professionnalisme et notre engagement total envers la santé et la sécurité de nos communautés. Nous méritons une reconnaissance à la hauteur de notre contribution, d’autant plus que les propositions que nous mettons sur la table contribueront non seulement à améliorer nos conditions de travail mais aussi, dans bien des cas, à améliorer les services à la population ».

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket