Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les tutrices et les tuteurs manifestent devant le Centre des congrès de Québec

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient…
Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…

Université TÉLUQ

2018-11-08_teluq_CSN

Les tutrices et les tuteurs manifestent devant le Centre des congrès de Québec

Bien décidés à conserver leur emploi, les tutrices et les tuteurs de l’Université TÉLUQ ont manifesté ce 8 novembre devant le Centre des congrès de Québec où se déroulent des célébrations soulignant le 50e anniversaire de l’Université du Québec. En signe de solidarité, des représentantes et des représentants des syndicats des chargées et des chargés de cours des universités québécoises se sont joint à eux.

Depuis 2016, la direction de l’université souhaite imposer une restructuration qui, concrètement, se traduira par la mise à pied de dizaines d’enseignantes et d’enseignants expérimentés ainsi que la déqualification et des baisses de salaires importantes pour d’autres. Exaspérés, les 200 tutrices et tuteurs ont donné la semaine dernière le mandat à leurs représentantes et à leurs représentants de déclencher la grève générale illimitée au moment jugé opportun.

Les tuteurs et tutrices sont déjà parvenus à alerter les communautés universitaire et politique pour obtenir la fin de la sous-traitance de leur travail d’encadrement à une entreprise privée, l’Institut MATCI, ce qui a mené à la suspension de l’ancien directeur général de la TÉLUQ. Ils ne laisseront pas plus tomber la qualité du service offert aux étudiantes dans le cas de cette seconde imposition d’un modèle axé sur la rentabilité à court terme au détriment d’une visée pédagogique. La TÉLUQ a ainsi créé une nouvelle catégorie d’emploi pour les remplacer, en imposant aux nouvelles personnes embauchées une diminution drastique du temps accordé à chaque étudiant.

« Rien ne justifie autant de recul. Devant l’absence de propositions sérieuses et acceptables, nous n’aurons pas d’autre choix que d’exercer cet arrêt de travail. Ce n’est pas tous les jours que des enseignants doivent envisager de recourir à la grève simplement pour continuer à offrir le service professionnel et apprécié qu’ils effectuent avec dévouement depuis des décennies, » précise Nancy Turgeon, présidente du Syndicat des tuteurs et tutrices de la Télé-université–CSN (STTTU).

« Une solide toile de solidarité s’est tissée autour des tutrices et des tuteurs et cela va se poursuivre jusqu’à ce que ces enseignants obtiennent un règlement satisfaisant, » souligne Yves Fortin, secrétaire général du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA).

Si la grève générale illimitée est déclenchée, c’est près de 20 000 étudiantes et étudiants qui pourraient être affectés. « Malheureusement, la TÉLUQ change et ce n’est pas pour le mieux. Espérons que la direction entende raison et que cette grève pourra être évitée, » conclut Ghyslaine Lévesque, déléguée à la coordination du regroupement université de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket