Moratoire demandé

18 décembre 2016

Manifestation à Sainte-Anne-des-Monts contre Optilab

La centralisation des laboratoires entraîne déjà des problèmes dans la région.

Au cours d’une manifestation, qui s’est déroulée sous un froid intense dans les rues de Sainte-Anne-des-Monts, samedi, le Conseil central de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (CSN) a demandé au ministre Barrette qu’il mette sur la glace le projet Optilab. Ce projet vise à centraliser les laboratoires médicaux dans toutes les régions du Québec. Pour la CSN, ce projet est extrêmement risqué et complètement déconnecté de la réalité régionale.

En Gaspésie, le projet Optilab aurait pour effet de transférer le travail des laboratoires de la Gaspésie vers Rimouski. Si le gouvernement affirme que la centralisation des laboratoires vers les grands centres de la province aurait pour objectif l’optimisation du réseau, les effets négatifs d’Optilab se font déjà sentir dans la région : pertes d’emplois, augmentation des risques de corruption des échantillons et encore pire, perte des échantillons lors du transport.

Pour Jacques Mimeault, président du Conseil central Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, ce sont les gens de la région qui perdront un service de proximité précieux : « Hier nous avons eu droit à un bel exemple de l’absurdité du projet Optilab. On prend des échantillons des labos de Gaspé et on les envoie à Rimouski, mais que ce passe-t-il lorsque la 132 est détruite par une tempête ou simplement bloquée par la neige? Eh bien, du retard dans les résultats et un risque accru d’une détérioration de l’échantillon. Encore une fois ce seront les citoyens qui vont payer pour la mauvaise gestion du gouvernement Couillard. »

Pour la vice-présidente catégorie 4 de la FSSS–CSN, Mélissa Gaouette : « Nous sommes actuellement en discussions avec le ministère sur le projet Optilab. Plusieurs questions demeurent sans réponse, entre autres sur les répercussions de ce projet sur les personnes œuvrant dans les laboratoires, mais aussi sur l’impact pour la population. C’est pourquoi nous réclamons un moratoire tant que l’ensemble de nos recommandations n’aura pas été considéré. »

Selon Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN, la mobilisation des gens de partout au Québec est essentielle : « Optilab c’est un des morceaux d’un plan qui va mener à la destruction du réseau de la santé et des services sociaux. Un pas de plus vers la perte de service à la population. Pour la CSN, il est primordial de dénoncer ce projet et de faire tout en notre possible pour mobiliser la population sur cet enjeu majeur. »

À propos
Le Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (CSN) regroupe plus de 4500 travailleuses et travailleurs dans 77 syndicats des secteurs privés et publics. La CSN compte plus de 325 000 membres dans tous les secteurs d’activité aux quatre coins du Québec dans près de 2000 syndicats.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte près de 130 000 membres dans les secteurs publics et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

← Précédent Le syndicat somme l’employeur de revenir sur sa décision 18 décembre 2016
Suivant → Le SPUQO salue la nomination de Denis Harrisson 19 décembre 2016
Partager
Région
  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine
Source
Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (CCGIM–CSN)
Pour information
Jean-Sébastien Martineau
418 680-3987

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/manifestation-a-sainte-anne-des-monts-contre-optilab/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.