Olymel doit changer de culture

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Le patron de Radio-Canada a passé le mois de décembre en Floride : deux poids, deux mesures

Le patron de Radio-Canada a passé le mois de décembre en Floride : deux poids, deux mesures

Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC) dénonce fortement le séjour de plusieurs…
Ne les oublions pas

Ne les oublions pas

En ce jour du Souvenir, la CSN tient à souligner la mémoire de toutes les victimes de…
Abolition du service local de police et du centre d'appels

Abolition du service local de police et du centre d'appels

La Ville de Mont-Tremblant procédera, sous peu, à des consultations publiques pour transférer son service de…
Une annonce qui manque de vision à long terme

Une annonce qui manque de vision à long terme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), le Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CCQCA–CSN) et la Confédération des…
Un nouveau site Web et une application mobile  qui vont plaire aux membres

Un nouveau site Web et une application mobile qui vont plaire aux membres

Après avoir pris des décisions importantes quant à son avenir lors du congrès de février dernier,…
La FNC-CSN propose des solutions innovantes et respectueuses des journalistes et des éditeurs

La FNC-CSN propose des solutions innovantes et respectueuses des journalistes et des éditeurs

Témoignant dans le cadre de l’examen législatif de la Loi sur le droit d’auteur mené par…
Extrait du site Web de Sollio.
Extrait du site Web de Sollio.

Olymel doit changer de culture

Nancy Mathieu, secrétaire générale de la Fédération du commerce–CSN

En 1991, la création d’Olymel visait à donner aux éleveurs québécois membres de la Coopérative fédérée (devenue Sollio en 2019) une capacité d’abattage et de transformation de leurs élevages. Dans le secteur porcin, 30 ans plus tard, les tensions au sein du géant de l’agroalimentaire sont nombreuses, et ce, autant avec ses salarié-es qu’avec ses producteurs membres.

Une rareté de main-d’œuvre qui persiste

Lors des dernières négociations à Princeville en 2019 et à Vallée-Jonction en 2021, les travailleuses et les travailleurs des deux usines ont dû recourir à la grève – respectivement huit semaines et dix-huit semaines –, afin d’avoir de meilleures conditions de travail. Les deux conflits leur ont permis d’obtenir des bonifications salariales importantes à deux moments différents et le récent règlement de Vallée-Jonction a jeté les bases d’une série de règlements bonifiés dans le secteur de l’abattage.

Malgré ces avancées, les départs volontaires se multiplient à Princeville et depuis le mois de mai 2021, 222 personnes ont quitté leur emploi à Vallée-Jonction, soit près du quart de sa main-d’œuvre. Cette désertion révèle clairement que les conditions obtenues à l’arraché par les syndicats ne réussissent déjà plus à attirer et surtout, à retenir la main-d’œuvre nécessaire au bon fonctionnement de leur usine. Ce manque de personnel engendre des problèmes multiples de surcharge, de santé et de sécurité et de perte d’expertise, ce qui mine davantage la capacité de production.

À deux époques différentes, alors que la direction d’Olymel déclarait en négociation ne pas pouvoir donner de meilleures conditions de travail à ses salarié-es ayant eu recours à la grève, les travailleuses et les travailleurs des usines d’Ange-Gardien, de Saint-Esprit et de Yamachiche viennent tout juste d’acquérir de meilleures conditions que celles offertes à Vallée-Jonction et à Princeville, et ce, sans aucun conflit. En agissant de la sorte, Olymel reconnaît qu’elle aurait pu offrir de meilleures conditions de travail à ces deux usines, ce qui aurait réglé en grande partie son problème d’attraction et de rétention de sa main-d’œuvre.

Le problème des porcs en attente

Actuellement, au grand malheur des éleveurs de porcs, il y a près de 200 000 bêtes en attente d’abattage au Québec, un nombre record. Alors qu’Olymel aurait accusé le syndicat en grève d’être responsable de l’euthanasie d’un seul de ces porcs en août 2021, depuis la fin du conflit, l’employeur ne semble plus vraiment s’en préoccuper.

Au contraire, malgré cette situation préoccupante, Olymel prévoit toujours de cesser l’abattage de 25 000 cochons par semaine à Princeville, soit 15 000 en provenance du Québec et 10 000 de l’Ontario. Une récente décision de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec oblige d’ailleurs Olymel à prioriser l’abattage de porcs du Québec avant ceux de l’Ontario. En novembre dernier, les éleveurs de porcs avaient déposé un grief contre Olymel qui considère toujours qu’elle paie trop cher le porc du Québec comparativement à celui de l’Ontario.

Or, on comprendra qu’à titre de membres coopératifs de Sollio, les éleveurs de porcs du Québec tiennent à ce que leur élevage soit abattu sur leur territoire, à proximité de leurs installations, ce qui était la mission première d’Olymel lors de sa fondation.

Un changement de culture s’impose

Entretenir des relations de travail harmonieuses avec ses salarié-es et multiplier les décisions d’affaires respectueuses envers les éleveurs de porcs sont deux attitudes qui seraient souhaitables pour le secteur porcin québécois. Nous sommes d’avis qu’Olymel – et plus largement Sollio – devrait s’engager sincèrement et durablement dans un changement de culture radicale afin de revenir aux valeurs favorisant une prospérité partagée avec « ses » membres et « ses » communautés, comme indiqué sur son site Web.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket