Une grosse année pour la CSN dans Lanaudière

7 janvier 2015

Plusieurs luttes à venir

Comme à chaque début d'année, le Conseil Central de Lanaudière CSN établit ses perspectives de luttes syndicales et sociales pour les mois à venir. L'année 2015 démarre sur les chapeaux de roues. En effet, des zones de turbulence importantes s'annoncent.

Comme à chaque début d’année, le Conseil Central de Lanaudière CSN établit ses perspectives de luttes syndicales et sociales pour les mois à venir. L’année 2015 démarre sur les chapeaux de roues. En effet, des zones de turbulence importantes s’annoncent. Elles seront générées, notamment, par le mépris du gouvernement du Québec envers ses employé-es, le passage du bulldozer libéral dans les structures des services de santé et de services sociaux, par la privatisation de services publics de la région, par la négligence de certains employeurs du secteur privé à reconnaître l’apport essentiel de leurs employé-es à leur succès, par des conflits de travail générés par la piètre qualité de dirigeants mal intentionnés, par la grogne de la population envers un gouvernement qui roule constamment les électeurs dans la farine et, finalement, par la restriction budgétaire pour restreindre le développement économique régional.

Négociation de la convention collective du secteur public

Au 31 mars prochain, près de 6 700 travailleuses et travailleurs CSN du secteur public dans la région de Lanaudière verront leur convention collective venir à échéance. C’est en décembre 2014 que ces derniers ont pris acte des offres du gouvernement libéral. Sans véritable surprise, rappelons que celles-ci prévoient un gel salarial de deux ans et 1 % d’augmentation par année pour les trois années subséquentes d’un contrat de cinq ans. C’est ni plus ni moins une gifle en pleine figure des syndiqués des services publics qui sont, rappelons-le, à 75% des femmes. Encore une fois, le gouvernement s’attaque à elles afin de générer des économies sur leur dos. Le « Boy’s club » libéral composé de Messieurs Couillard, Coiteux, Barrette et Bolduc ont choisi l’affrontement. Les 6 700 syndiqués mobilisés de la région seront constamment sur leur chemin pour leur rappeler leur mécontentement.

« Par le passé, les salarié-es des services publics ont amplement fait leur part pour le redressement des finances de l’état. Il faut générer davantage de revenus et non pas s’attarder uniquement à la question des dépenses. Les mieux nantis de la société se doivent de faire leur juste part. Maintenant, c’est dans les poches du 1 % qu’il faut piger, mais pour se faire, ça prend du courage politique et le gouvernement Couillard ne s’attaquera jamais aux amis du « Boy’s club » libéral », souligne Francine Ranger, présidente du conseil central.

PL 10 et le bulldozer Barrette

Dès son élection, le ministre Barrette a préparé sur un coin de table un méga projet de loi ordonnant la fusion en une seule entité de l’ensemble des services de santé et de services sociaux d’un territoire. Ici, dans Lanaudière, cela signifie un seul établissement pour le CSSS du Nord, le CSSS du Sud, les Centres jeunesse, le centre de réadaptation la Myriade, l’Agence de la santé et des services sociaux et le Centre de réadaptation en déficience physique le Bouclier. C’est tout près de 15 000 travailleuses et travailleurs et 70 points de service gérés par une seule entité. « Ce sera tout simplement ingérable et insoutenable. En aucun moment cette réforme a pour objectif d’assurer la proximité et d’améliorer l’accessibilité aux soins et services. L’expérience de 2003, avec la fusion des établissements et la création des CSSS, nous l’a démontré. Ce projet de loi est la phase deux de ces fusions pour satisfaire l’obsession libérale de centralisation des services à la population. Depuis 2003, les structures sont plus lourdes et l’accessibilité aux services en a souffert. Imaginez une fois que PL10 sera mis de l’avant » souligne Mme Ranger.

Après un exercice de consultation des acteurs de la population sur la question, il semblait s’être dégagé un consensus quasi unanime contre la mise en place de ce projet de loi. Curieusement, le ministre Barrette, lui, a compris l’inverse. La lutte pour contrer la mise en place de ce projet de loi doit donc se poursuivre.

Privatisation de la buanderie La Vérendière

De façon plus spécifique, une lutte est à poursuivre à la buanderie La Vérendière de Joliette. Rappelons que cette corporation publique, à but non lucratif et viable financièrement, emploie une cinquantaine de travailleuses et travailleurs de la région. Aux termes de nombreuses études concluantes, un projet de relocalisation et d’agrandissement de la buanderie permettant de consolider ces emplois de qualité avait été mis de l’avant par le dernier gouvernement péquiste.

Au moment de la première pelletée de terre, le nouveau gouvernement Couillard a pris la décision d’arrêter ce projet et d’envisager de transférer les services de buanderie à des intérêts privés. Résultat, un possible transfert d’emplois de qualité à des intérêts privés avec des conditions de travail à la baisse et une augmentation des coûts publics liés aux services offerts aux Centres hospitaliers des régions de Lanaudière et des Laurentides, clients actuels de la buanderie La Vérendière.

Négociations dans le secteur privé

D’autres luttes importantes dans le secteur privé sont inscrites à l’agenda de la CSN Lanaudière en 2015. Pas moins de trente-cinq (35) négociations de renouvellement de conventions collectives sont prévues. Seulement dans le secteur des Caisses populaires et des Centres de la petite enfance, une vingtaine de négociations seront amorcées, sans compter celles qui s’annoncent extrêmement chaudes, comme chez Lanau Bus à Repentigny et à la Station de ski Val St-Côme.

Les syndicats de la Maison La Traverse, de la Résidence Jo-Li, des municipaux de St-Ignace-de-Loyola et de St-Ambroise-de-Kildare poursuivront la négociation de leur toute première convention collective.

Le conflit à la Ville de Terrebonne

Dans le secteur parapublic, la lutte à finir entre le Syndicat des employés-es manuels de la Ville de Terrebonne-CSN et le maire Robitaille, qui en a fait une affaire personnelle, doit se poursuivre jusqu’à ce que les syndiqués en grève obtiennent le même règlement de convention collective que celui octroyé par la Ville à ses cols bleus. Le syndicat peut compter sur l’appui inconditionnel de la CSN et du conseil central pour mener à terme cette lutte syndicale.

La deuxième phase de la lutte à l’austérité

En décembre dernier, le Conseil Central de Lanaudière-CSN avait annoncé une deuxième phase de la lutte aux mesures d’austérité du gouvernement Couillard. Dès janvier, un appel à la mobilisation de l’ensemble de nos syndicats, de leurs membres, des syndicats et centrales syndicales du territoire ainsi que des groupes communautaires et populaires sera lancé afin de poursuivre la lutte par l’action et par la sensibilisation de la population au contre discours porté par l’ensemble des organisations. Un contre discours qui, rappelons-le, propose près de 10 milliards de revenus supplémentaires à l’état sans pour autant remettre en question le tissu social du Québec et les services à la population.

Le Réseau vigilance Lanaudière sera donc l’acteur régional principal de cette lutte à finir contre les mesures d’austérité du gouvernement Couillard.

Entrave dans le développement économique régional

Le Conseil Central de Lanaudière-CSN compte bien être de toutes les tribunes pour dénoncer les restrictions budgétaires et le sous financement des Centres locaux de développement, des Carrefours jeunesse emploi et de l’abolition des Conseils régionaux des élus (CRÉ).

Des mesures douteuses et contradictoires dans un contexte où le gouvernement annonce par exemple la réduction des effectifs dans le secteur public.

« Le gouvernement est un employeur important dans la région, alors comment les emplois perdus générés par les mesures d’austérité du gouvernement seront ils remplacés. Le gouvernement coupe l’herbe sous le pied des organismes régionaux chargés de la création d’emploi. Après tout, on n’en est pas à une contradiction près avec ce gouvernement » dénonce Mme Ranger.

La réouverture de la scierie St-Michel

Enfin, même si l’année qui vient s’annonce des plus mouvementée autant socialement que syndicalement, on ne peut passer sous silence de bonnes nouvelles comme la réouverture appréhendée de la scierie St-Michel-des-Saints. Sans la persévérance et la détermination des membres du syndicat et de leurs dirigeants pour investir temps et argent dans la constitution d’une coopérative de travail; sans l’appui inconditionnel de la CSN dans les ressources humaines et financières en appui aux projets des travailleuses et travailleurs et sans l’apport non négligeable des investisseurs locaux; la scierie St-Michel n’aurait pu envisager sa réouverture en 2015. Bien du travail reste encore à faire, mais tout indique que la cinquantaine de travailleuses et travailleurs pourront conserver leurs emplois.

À propos du Conseil Central de Lanaudière-CSN

Le Conseil Central de Lanaudière-CSN représente 13 000 membres dans les secteurs public et privé répartis en 89 syndicats sur tout le territoire lanaudois.

← Précédent Attentat au Charlie Hebdo : une attaque contre la démocratie 7 janvier 2015
Suivant → La FNC et la CSN invitent la population à la marche de dimanche à Montréal 9 janvier 2015

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/plusieurs-luttes-a-venir/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.