Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Produits Forestiers Résolu ne respecte pas la loi

Du même SUJET

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) déplore le manque de rigueur du gouvernement du Québec, qui…
Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Nature Québec et la Confédération des syndicats nationaux lancent aujourd’hui une alliance pour revendiquer des améliorations…
Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

La ville de Montréal a pris une décision unilatérale en annonçant la mise en place d’un…
Bois d’œuvre : Ottawa a raté le bateau

Bois d’œuvre : Ottawa a raté le bateau

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) salue la décision d’Ottawa de contester devant les tribunaux les…
Un réel débat public sur la forêt s’impose

Un réel débat public sur la forêt s’impose

À la suite de la décision du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les…

Produits Forestiers Résolu ne respecte pas la loi

Une fois de plus, Produits forestiers Résolu (PFR) pousse plus loin le mépris qu’elle a envers ses travailleurs en tentant de faire effectuer du travail à des conditions toujours plus basses. En effet, nous apprenions récemment que PFR, anciennement Abitibi Bowater, demande à certains de ses employés du camp forestier Vermillon au nord de La Tuque de travailler en dehors de leur unité syndicale, donc hors convention collective! Cette manœuvre, pour le moins douteuse de l’entreprise, ne respecte pas les lois du travail québécoises et ressemble étrangement à une tentative pour casser l’accréditation syndicale. « Résolu est de plus en plus constant dans ses attaques des droits syndicaux. Nous l’avons vu manquer complètement de respect envers les travailleurs en imposant par la menace des diminutions de droits et de conditions de travail. Voilà maintenant que Résolu veut se servir d’une autre stratégie qui consiste à contourner les droits de représentation syndicaux prévus au Québec », affirme Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Le Syndicat des travailleurs forestiers de Vermilllon-CSN s’oppose fermement à toute tentative d’esquiver les conditions déjà négociées en bonne et due forme.

Nouveau régime forestier

Depuis le 1er avril 2013, le nouveau régime forestier octroie aux entreprises forestières un droit de coupe garanti qui équivaut à 75 % du volume de bois requis pour faire fonctionner ses installations. Le volume manquant doit être acquis par l’intermédiaire du Bureau de mise en marché des bois. « Il est clair que la mise en application du nouveau régime forestier a changé la donne. Je suis outré par le style de gestion de Résolu, mais je ne suis pas surpris de voir que cette entreprise tente encore de s’enrichir sur le dos des travailleurs », estime Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur du Québec (CCCQ-CSN).

Dans diverses communications, dont son Rapport sur le développement durable 2012, Produits forestiers Résolu se plait à dire que ses employés constituent un facteur important de succès et insiste également sur l’importance de créer un milieu de travail dans lequel les employés peuvent « s’épanouir ».

Malheureusement, cette philosophie préconisée par PFR ne semble pas se traduire dans les faits pour le moment. Il faudrait notamment que Résolu respecte à tout le moins les salaires négociés et se souvienne des importantes concessions faites par les travailleurs pour l’aider à se sortir de la Loi sur les arrangements avec les créanciers, lors de sa faillite en 2010.

La compagnie ne peut plus prétexter des difficultés économiques pour expliquer ses actions. En Effet, PFR expliquait récemment dans les médias qu’elle engrange 14 millions de dollars chaque fois que le dollar canadien perd un cent sur les marché. Or, la devise canadienne a perdu environ six cents depuis dans la dernière année.

Le Syndicat des travailleurs forestiers de Vermillon-CSN est affilié à la fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), au Conseil Central du Cœur du Québec (CCCQ-CSN) et à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket