Enquête sur la santé psychologique et l'organisation du travail

19 décembre 2014

Radio-Canada refuse de reconnaître la détresse de ses travailleurs

Le Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC-CSN) et la Confédération des syndicats nationaux dénoncent l'attitude de la haute direction de Radio-Canada/CBC qui refuse de reconnaître les problèmes de surcharge de travail et de détresse psychologique chez ses travailleuses et ses travailleurs. Pire encore, les responsables de la santé et de la sécurité du travail de l'employeur vont jusqu'à refuser les rencontres proposées par le syndicat afin de prendre connaissance des résultats préliminaires d'une enquête réalisée auprès des salarié-es de Radio-Canada/CBC.

Le Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC-CSN) et la Confédération des syndicats nationaux dénoncent l’attitude de la haute direction de Radio-Canada/CBC qui refuse de reconnaître les problèmes de surcharge de travail et de détresse psychologique chez ses travailleuses et ses travailleurs. Pire encore, les responsables de la santé et de la sécurité du travail de l’employeur vont jusqu’à refuser les rencontres proposées par le syndicat afin de prendre connaissance des résultats préliminaires d’une enquête réalisée auprès des salarié-es de Radio-Canada/CBC.

« Dans le cadre de notre enquête, nous avons observé que 64 % des répondants présentent une détresse psychologique élevée. À titre de comparaison, l’Enquête québécoise des conditions de travail, d’emploi et de santé et de sécurité du travail (EQCOTESST)* révèle qu’environ 18,1 % des travailleurs québécois vivent de la détresse psychologique élevée. Dans un contexte de coupes de postes, 65 % des répondantes et des répondants ont précisé que des tâches se sont récemment ajoutées à leur charge de travail. Finalement, pour 84 % d’entre eux, il est clair que leur problème de détresse psychologique est lié entièrement ou en partie à leur travail », de souligner Natacha Laprise, conseillère en santé psychologique du travail à la CSN.

« Nous sommes complètement bouleversés par ces résultats que l’employeur décide d’ignorer. Les travailleuses et les travailleurs de Radio-Canada/CBC font les frais des compressions budgétaires depuis trop longtemps. Lorsqu’on constate que 92 % des répondants considèrent qu’ils doivent travailler rapidement, que 67 % ne prennent pas de pause et que 45 % évaluent qu’ils n’ont pas assez de temps pour effectuer leur travail, c’est que nous faisons face à un problème sérieux et majeur de manque d’effectifs. À Montréal, 56 % des gens interrogés affirment qu’ils ne sont pas satisfaits de leur travail et 61 % rapportent qu’ils ne sont pas assez nombreux pour l’accomplir.

À ce constat alarmant s’ajoute l’impuissance des travailleuses et des travailleurs : au Québec et à Moncton, 73 % des répondants ne croient pas pouvoir corriger la situation avec leur superviseur. Pour nous, le message est clair : le gouvernement et la haute direction de Radio-Canada/CBC sont allés trop loin », de marteler Isabelle Montpetit, présidente du SCRC (FNC-CSN).

Des conséquences directes sur la vie personnelle

« À Montréal seulement, la liste des conséquences sur la vie des salarié-es est inquiétante : insomnie, divers maux physiques, anxiété, détresse psychologique, colère et découragement sont déjà ancrés dans la réalité quotidienne. On souligne le manque de temps pour réaliser un bon travail, pour documenter et réviser la production. On pointe également le trop grand nombre de sujets traités et de reportages produits pour servir toutes les plateformes. Au final, l’absence d’espace créatif et d’originalité ainsi que le nombre accru d’erreurs minent la satisfaction et le bien-être au travail. Et que dire des conséquences sur tout ce que produit et diffuse Radio-Canada/CBC… », de déplorer Guy Lapointe, responsable du comité sur la santé psychologique pour le SCRC.

« En matière de santé et de sécurité du travail (SST), des employeurs délinquants comme Radio-Canada, nous en avons trop souvent croisés. Voilà pourquoi la CSN lutte pour l’amélioration de la qualité des emplois et des conditions de travail. Cette année, notre semaine de sensibilisation à la SST ciblait justement la santé psychologique et nous allons tout mettre en œuvre afin de faire entendre la voix de celles et de ceux qui paient de leur santé le démantèlement de notre producteur et de notre diffuseur public », de conclure Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN.

Le Syndicat des communications de Radio-Canada représente 1600 membres au Québec et à Moncton. Il est affilié à la Fédération nationale des communications-CSN, qui regroupe 7000 membres œuvrant dans les domaines des communications et de la culture. Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

__________________________

*Le ministère du Travail du Québec doit effectuer tous les cinq ans une étude sur les conditions de travail dans la province. L’étude s’est notamment intéressée aux conditions de travail et d’emploi, à la conciliation travail-vie personnelle, au harcèlement psychologique au travail ainsi qu’à l’environnement organisationnel. Les résultats de l’enquête mettent également en lumière une association entre certaines conditions de travail et d’emploi et divers problèmes de santé des travailleurs québécois. Cet événement vous permettra de découvrir la richesse des données de cette vaste enquête panquébécoise et d’explorer l’utilité de ces données.

← Précédent Après les générations X, Y et Z, la génération « Bolduc », une génération sacrifiée ? 18 décembre 2014
Suivant → La CSN émet certaines réserves 19 décembre 2014
Partager
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération nationale des communications (FNC–CSN)
Pour information
Martin Petit
Service des communications de la CSN
Téléphone : 514 894-1326
martin.petit@csn.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/radio-canada-refuse-de-reconnaitre-la-detresse-de-ses-travailleurs/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.