Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Refus de signer l’entente conclue avec les travailleurs sylvicoles

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) déplore le manque de rigueur du gouvernement du Québec, qui…
Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Nature Québec et la Confédération des syndicats nationaux lancent aujourd’hui une alliance pour revendiquer des améliorations…
Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

La ville de Montréal a pris une décision unilatérale en annonçant la mise en place d’un…
Bois d’œuvre : Ottawa a raté le bateau

Bois d’œuvre : Ottawa a raté le bateau

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) salue la décision d’Ottawa de contester devant les tribunaux les…
Un réel débat public sur la forêt s’impose

Un réel débat public sur la forêt s’impose

À la suite de la décision du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les…

Les EAF de Percé font volte-face

Refus de signer l’entente conclue avec les travailleurs sylvicoles

Incroyable mais vrai ! Après avoir accepté une proposition de règlement devant le conciliateur du ministère du Travail, proposition qui avait été ratifiée à 94 % le 31 octobre par les travailleurs des Entreprises agricoles et forestières (EAF) de Percé, l’employeur fait volte-face.

Après s’être entendu formellement avec Syndicat national de la sylviculture (SNS-CSN) afin d’entériner l’entente, il a subitement changé d’idée en ajoutant un élément nouveau pour accepter de signer le contrat de travail, soit le retrait d’un grief.

« Jamais il n’avait été question du grief durant la négociation ni pendant la correction du texte de l’accord », assure le syndicat. Ce dernier ne comprend tout simplement pas qu’on puisse ainsi faire abstraction de l’éthique et que la parole donnée ne soit pas honorée. Il évalue donc les mesures à prendre. Ainsi, il pourrait faire une demande d’arbitrage accéléré, porter plainte pour négociation de mauvaise foi, exercer des moyens de pression, entre autres.

Le syndicat reste par ailleurs perplexe devant l’affirmation du directeur général de l’entreprise voulant que ce soit le conseil d’administration qui ait décidé de faire volte-face.

Un fait est certain : les travailleurs sylvicoles de Percé sont en colère.

Une négociation difficile
La négociation à Percé a été difficile : le 23 octobre, exaspérés par l’attitude de l’employeur qui tardait à négocier une nouvelle convention collective, les travailleurs de cette section avaient bloqué l’entrée de l’entreprise afin de l’inciter à poursuivre les pourparlers. Ceux-ci étaient amorcés depuis presque un an.

Le 1er novembre, les huit sections du SNS-CSN impliquées dans la négociation coordonnée, qui regroupaient quelque 500 syndiqués, avaient finalement toutes conclu une nouvelle convention collective. Exception faite des EAF de Percé, les règlements ont été signés par l’ensemble des parties.

À propos
Le Syndicat national de la sylviculture est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. Quant à la CSN, elle représente plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, et ce, tant dans les secteurs privé que public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket