Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Du même SUJET

La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Chacun selon ses moyens – Tous derrière les lock-outé-es de Rolls-Royce !

Chacun selon ses moyens – Tous derrière les lock-outé-es de Rolls-Royce !

Rolls-Royce : Une lutte inspirante Ismail Mimouni-Michaud Président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du YMCA du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

Aujourd’hui, au Palais de justice de Montréal, quelque 150 lock-outé-es de Rolls-Royce Canada plaideront non coupable à…
L’avenir de l’aérospatiale ce ne sont pas que des subventions

L’avenir de l’aérospatiale ce ne sont pas que des subventions

En lock-out depuis le 15 mars 2022, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada ont…
Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

« Vous méritez une convention collective digne de la job que vous faites », leur a d’abord dit…

Coup d’éclat des lock-outés de Rolls-Royce lors d’un salon de l’industrie

DMorissette_4061

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Au moment où tous les employeurs du Québec jouent du coude pour attirer et retenir la main-d’œuvre dans un contexte de pénurie particulièrement sévère dans l’industrie aérospatiale, Rolls-Royce Canada prend un chemin complètement inverse. En décrétant le lock-out pour les 530 employé-es de ses installations sur Chemin de la Côte-de-Liesse, le 15 mars dernier, l’entreprise se montre complètement déconnectée de la réalité du marché du travail actuel. C’est ce que les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce souhaitaient mettre en lumière en se présentant en grand nombre au Grand événement de l’emploi et de la formation en aérospatiale qui commençait ce matin, au Centre des sciences.

En déclenchant ce conflit de travail, Rolls-Royce Canada avait pour but de forcer les salarié-es à accepter la fin du régime de retraite à prestations déterminées et un gel des salaires pour les années 2020 et 2021. Plusieurs séances de négociation ont été tenues depuis le lock-out, mais l’entreprise maintient ses principales demandes visant à charcuter les droits des salarié-es.

Une offre globale et finale
Rolls Royce a d’ailleurs présenté une offre dite globale et finale le 3 mai. Les membres se prononceront sur celle-ci mercredi prochain. Le comité de négociation et le comité exécutif en recommanderont le rejet puisque Rolls Royce maintient ses demandes de reculs aux conditions de travail. Avec l’appui de toute la CSN, le syndicat entend bien amener Rolls-Royce Canada à changer son fusil d’épaule.

Pour couronner le tout, l’entreprise a recours à des briseurs de grève. Le syndicat a porté plainte et sera bientôt entendu par les tribunaux pour faire respecter les dispositions légales anti-briseurs de grève.

« La force, la réputation de grande qualité de Rolls-Royce Canada, ça vient d’abord et avant tout de notre travail à nous, les salarié-es, qui donnons le meilleur de nous-mêmes, chaque jour, pour que cette compagnie brille, rappelle le président du syndicat, Frédéric Labelle. Nous avons abordé cette négociation avec beaucoup d’ouverture. Nous sommes vraiment déçus de voir Rolls-Royce choisir la voie de l’affrontement. »

La présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN), Dominique Daigneault, souligne que la lutte des lock-outés de Rolls-Royce interpelle toutes les travailleuses et tous les travailleurs. « Toute la CSN se tient aux côtés des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce. L’entreprise pense peut-être qu’elle pourra isoler ses salarié-es pour leur faire avaler n’importe quoi. Elle fait erreur. Nous mettrons tout en œuvre pour soutenir ces travailleuses et ces travailleurs jusqu’à ce qu’ils obtiennent le respect qu’on leur doit et une bonne convention collective. »

Sans convention collective depuis mars 2020, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada, spécialistes de l’entretien des moteurs d’avion, demandent un contrat de travail de cinq ans. Ils veulent notamment éliminer les clauses « orphelin » du régime de retraite et de l’assurance collective, améliorer les salaires et les horaires de travail ainsi que bonifier les congés.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket