Un système de santé VRAIMENT public – Un choix logique pour l’économie

Articles récents

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…
La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

Devant l’ampleur de la crise qui secoue le secteur des médias d’information, les différents paliers de…

Manifestation

IMG_9850

Un système de santé VRAIMENT public – Un choix logique pour l’économie

Des travailleuses et des travailleurs des secteurs public et privé se sont rassemblés ce midi face au Club Mont-Royal, où le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon prenait la parole devant des gens d’affaires. Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), un système de santé et de services sociaux VRAIMENT public constitue un argument majeur en faveur du Québec pour convaincre des entreprises de s’y installer, notamment par rapport aux États-Unis où les coûts globaux du système sont beaucoup plus élevés qu’ici et sont très souvent aux frais des employeurs.

La CSN est préoccupée par l’intention annoncée du gouvernement de soustraire des ressources du secteur public pour les diriger vers le secteur privé, comme c’est le cas par exemple du projet de création de deux nouveaux hôpitaux privés. « Évidemment, dans un premier temps, le gouvernement veut rassurer la population : personne n’aura à payer ces services de sa poche, nous dit-on, explique la présidente de la CSN, Caroline Senneville. Sauf qu’on sait que les services sociaux et de santé coûtent systématiquement plus cher dans le secteur privé que dans le secteur public. Ça va créer une pression supplémentaire sur les finances publiques. Et qui va payer pour ça ? Eh bien, c’est l’ensemble de la population avec ses taxes et ses impôts. »

La CSN craint également l’impact de la privatisation sur l’augmentation des coûts des assurances collectives qui constituent déjà un fardeau de plus en plus important pour les travailleuses et les travailleurs.

En matière de santé et de services sociaux, les données sont implacables : le secteur coûte beaucoup plus cher. C’est frappant lorsqu’on compare les systèmes sur le plan international : plus le privé joue un grand rôle dans un pays, plus la facture globale est élevée.

Ceci étant dit, les exemples de cette dynamique sont nombreux au Québec. Pensons pas exemple : aux agences de placement de personnel qui exigent des montants exorbitants aux établissements pour leur fournir du personnel de remplacement qui, pour la plupart, étaient auparavant des salarié-es du réseau ; aux cliniques privées qui facturent des frais à leurs patients pour des services qui sont pourtant payés par l’assurance maladie ; aux dérapages des hôpitaux en PPP dont nous sommes dorénavant collectivement locataires.

On estime que la sous-traitance au privé des travaux d’entretien des bâtiments coûte quatre fois plus cher que lorsqu’ils sont pris en charge par des ouvriers employés des établissements.

Un autre exemple est celui des centres d’hébergement privés, où des multimillionnaires, sinon milliardaires, exigent des milliers de dollars chaque mois à leurs résidentes et à leurs résidents, tout en refusant un salaire décent à leurs employé-es. Rien ne permet de croire qu’il en sera autrement des projets d’hôpitaux privés.

Tout récemment, le gouvernement a offert, par décret, sans débat public, un tout nouveau marché fort lucratif aux compagnies d’assurances privées, soit celui de la télémédecine.

« Nous ne sommes pas ici pour dire que tout fonctionne à merveille au Québec et qu’il ne faut rien y changer, souligne le vice-président de la CSN, David Bergeron-Cyr. Au contraire, nous voulons changer les choses. Nous portons plusieurs propositions pour améliorer la situation, notamment en matière d’accessibilité. Pour nous, ce dont on a le plus besoin au Québec, en santé et services sociaux, c’est la décentralisation, la démocratisation et la déprivatisation des soins et services. Nous n’accepterons jamais que des politiciennes et des politiciens utilisent les ratés du système pour sacrifier le réseau public au lieu de se retrousser les manches pour le réparer. Notre réseau public est un joyau pour toutes les travailleuses et les travailleurs au Québec. »

La CSN met en avant de nombreuses pistes de solution qui peuvent être consultées au https://www.csn.qc.ca/vraiment-public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023