Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une décision improvisée et incohérente du ministre Bolduc

Du même SUJET

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

« Vous méritez une convention collective digne de la job que vous faites », leur a d’abord dit…
Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Sans convention depuis plus d’un an, les employé-es de la CDPDJ demandent au Conseil du trésor…
Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

Projet de loi 35 : une occasion unique pour les artistes, plaident leurs associations en commission parlementaire aujourd’hui

D’entrée de jeu, les associations plaideront en faveur de la nécessité, pour les parlementaires, de saisir…
Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Après avoir tenu des lignes de piquetage devant les différents bureaux de l’aide juridique, les grévistes…
Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Le 10e Congrès du Conseil central du Cœur du Québec s’est conclu, ce midi, à l’hôtel Victorin…
Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Sans nouvelles du Conseil du trésor depuis l’obtention de leurs mandats de grève, les syndicats des…

Fusions des commissions scolaires à Montréal

Une décision improvisée et incohérente du ministre Bolduc

Le rouleau compresseur du gouvernement Couillard continue son avancée implacable et c’est maintenant au tour des commissions scolaires de faire les frais du plan libéral.

Après des compressions de 150 M$ imposées lors du budget provincial de juin dernier, qui s’ajoutent aux efforts de 640 M$ depuis quatre ans , voilà que le ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, veut procéder à un dépeçage en règle des commissions scolaires, faisant passer leur nombre de 72 à 46 à l’échelle provinciale. À la Commission scolaire de Montréal (CSDM), cela se traduira par un transfert de 40 % des élèves vers la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

« Cela a toutes les apparences d’être une vendetta contre la CSDM qui a refusé d’appliquer des compressions budgétaires supplémentaires, voulant éviter de pénaliser davantage les élèves en protégeant les services qui leur sont offerts », soutient Denis Marcoux, président de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN). Il faut rappeler qu’en juillet dernier, avec l’aval du ministère de l’Éducation, la CSDM avait adopté son budget pour 2014-2015, qui anticipait un déficit de près de 30 M$. Toutefois, le ministère était revenu sur sa position, exigeant de la commission scolaire qu’elle retranche son budget de 9 M$, ce qu’elle a refusé de faire. « Il y a lieu de s’interroger sérieusement sur la démarche actuelle qui motive le ministre puisque des informations nous indiquent que la fusion des commissions scolaires, en 1998, avait été extrêmement onéreuse », ajoute monsieur Marcoux. Le quotidien Le Soleil nous rappelle, ce matin, que la fusion a occasionné des dépenses de 70 M$ plutôt que de produire les économies escomptées de 100 M$. « Quel est le véritable objectif de cette opération? », se questionne le président de la FEESP-CSN.

Du côté des syndicats qui représentent les travailleuses et les travailleurs de la CSDM, on est des plus préoccupés par les impacts de cette réorganisation. « Ça fait des années que nous sommes dans la mire du gouvernement, les compressions se succèdent et nous faisons face à des problèmes grandissants », se désole Charles Allen, président de l’Association professionnelle du personnel administratif (CSN), qui représente près de 5300 membres, dont environ 3500 à la Commission scolaire de Montréal. Pour leur part, Normand Viau, du Syndicat national des employé-es de la CSDM (CSN), et Sylvain Paré, de l’Association des concierges des écoles du district de Montréal (CSN), craignent que ce nouveau découpage alourdisse encore plus le fardeau des employé-es, qui doivent composer avec une foule de difficultés, que ce soit la surcharge de travail, le manque d’équipement ou l’état de vétusté des écoles. « Il est clair que la fusion annoncée aura pour effet d’aggraver la situation », s’insurge monsieur Viau. « C’est une véritable catastrophe qui se prépare dans les commissions scolaires aux prises avec un sous-financement dramatique depuis plusieurs années », ajoute monsieur Paré.

Un portrait montréalais particulier

L’école montréalaise fait face à des défis particuliers et spécifiques puisqu’elle doit répondre à des clientèles variées : élèves de milieux défavorisés, élèves en difficulté d’apprentissage et élèves de l’immigration en apprentissage du français. « Le transfert de 40 % des élèves issus de la CSDM vers une autre commission scolaire aura, entre autres, pour impact d’accentuer la proportion d’élèves provenant de milieux défavorisés à la CSDM. La mission de la commission scolaire sera d’autant plus complexifiée compte-tenu de cette réalité socio-économique », insiste Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN.

« Est-ce vraiment prioritaire de procéder à une grande réorganisation des structures des commissions scolaires alors que cela risque d’affecter substantiellement les services aux élèves, surtout, qu’il n’y a vraisemblablement aucune économie au bout du processus ? », conclut madame Daigneault.

À propos

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) compte environ 55 000 membres œuvrant dans le domaine des services public et parapublic. Le secteur scolaire représente environ 30 000 employés-es de soutien présents dans 31 commissions scolaires francophones et 2 commissions scolaires anglophones, notamment la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Pour sa part, le Conseil central du Montréal métropolitain-CSN (CCMM-CSN) regroupe plus de 100 000 membres des secteurs public et privé, répartis au sein de près de 400 syndicats à Montréal, à Laval et dans le Grand Nord du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket