Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une manifestation exige le respect des travailleuses et des travailleurs du Hilton-Québec

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

À la suite d’un vote d’une banque de cinq jours de grève adoptée le 5 juin dernier,…
Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es en grève de la Commission des droits de la personne et des droits de…
Les paramédics adoptent l’entente de principe

Les paramédics adoptent l’entente de principe

À l’issue d’une tournée de vote dans les assemblées générales de 41 accréditations syndicales des paramédics…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Grève

2022-03-06_hilton-greve_CSN

Une manifestation exige le respect des travailleuses et des travailleurs du Hilton-Québec

Une grande manifestation de solidarité avec les grévistes du Hilton s’est tenue aujourd’hui à Québec. Outre un imposant cortège de grévistes, plusieurs syndicats de la région et quelques groupes communautaires ont tenu à prendre la rue pour manifester leur solidarité après six mois de grève et exiger le respect des travailleuses et des travailleurs.

Les grévistes du Hilton font face à un employeur intransigeant qui exige des reculs dans leurs conditions de travail. « On fait face à un manque de respect total de l’employeur, » dénonce la présidente du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Hilton Québec (CSN), Louise Jobin, « il ne tient aucun compte des sacrifices qu’ont fait et que continuent de faire les employés qui ont vécu une fermeture d’un an pour des rénovations et qui sont revenu au travail dans un contexte très difficile à cause de la pénurie de main d’œuvre et des mesures sanitaires. Plutôt que de reconnaître et valoriser notre expertise, l’employeur tente de profiter de la situation pour nous faire reculer, c’est totalement inacceptable. »

Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Hilton Québec (CSN) participe à la négociation coordonnée de l’hôtellerie qui regroupe 23 syndicats affiliés à la CSN. « Il n’y a aucune bonne raison qui justifie qu’il n’y ait pas de règlement au Hilton-Québec, » juge le président de la Fédération du commerce (CSN), Alexandre Laviolette, dont l’organisation s’est entendue avec 17 hôtels depuis un an. « Innvest, le propriétaire du Hilton, n’a pas l’air d’avoir compris que nous sommes en pénurie de main d’œuvre et que des professionnels qualifiés et motivés sont aujourd’hui de l’or en barre, » s’étonne-t-il, « le printemps s’en vient, l’hôtellerie va repartir, ça ne pourra pas durer éternellement de laisser les gens sur le trottoir. J’exhorte la partie patronale à revenir rapidement à la table de négociation et s’entendre avec le syndicat comme l’ont fait les propriétaires de tous les autres grands hôtels que nous représentons. »

Il faut respecter les travailleuses et les travailleurs
« Nous avons le plus grand respect pour les travailleuses et les travailleurs du Hilton, » ajoute la présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), Barbara Poirier, « il ne faut jamais oublier que sans professionnels dévoués, un hôtel c’est juste une bâtisse. » Pour la syndicaliste, les grévistes du Hilton-Québec mènent une lutte importante et juste qui a valeur de symbole. « La vérité c’est qu’Innvest est loin d’être le seul employeur méprisant et déconnecté de la réalité sociale et économique, » dit-elle, « au travers des employés du Hilton, ce sont toutes les travailleuses et tous les travailleurs qui sont visés. C’est aussi pour ça qu’on a voulu envoyer un message clair de solidarité aujourd’hui. »

Le syndicat du Hilton-Québec est un précurseur, rappelle Caroline Senneville, la présidente de la CSN, « c’est le premier hôtel à s’être syndiqué à la CSN dans les années 1970, ce sont des pionniers de la négociation coordonnée qui a permis au fil des ans d’améliorer grandement les conditions de travail dans l’hôtellerie jusqu’à en faire une carrière, ce n’est pas rien. Et on veut que ça continue, que ça reste un emploi intéressant avec des bonnes conditions pour attirer une relève et permettre aux prochaines générations de bien en vivre elles aussi. » « À la CSN, tous les syndicats sont importants, on pratique une solidarité active et vivante, c’est pour ça qu’on participait à la manifestation d’aujourd’hui, c’est pour ça que l’on va soutenir les travailleuses et les travailleurs du Hilton jusqu’au bout et que l’on va tout faire pour qu’il y ait un règlement satisfaisant dans ce dossier, » conclu la présidente de la CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket