Une série de reculs injustifiés

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Centres d’hébergement privés : la région de Québec complète ses négociations

Centres d’hébergement privés : la région de Québec complète ses négociations

Le 31 mai, les travailleuses et les travailleurs de la Résidence Ste-Geneviève dans la région de…
Centres d’hébergement privés : le Bas-Saint-Laurent termine ses négociations

Centres d’hébergement privés : le Bas-Saint-Laurent termine ses négociations

Les travailleuses et les travailleurs de la Congrégation des sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire viennent d’adopter…
Centre de la petite enfance L’Enfanterelle : une grève qui aurait pu être évitée

Centre de la petite enfance L’Enfanterelle : une grève qui aurait pu être évitée

Après deux ententes de principe tombées à l’eau en raison d’un employeur qui refuse de respecter…
Centres d’hébergement privés : le Bas-Saint-Laurent termine ses négociations

Centres d’hébergement privés : le Bas-Saint-Laurent termine ses négociations

Les travailleuses et les travailleurs de la Congrégation des sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire viennent d’adopter…
Nouvelle convention collective pour les travailleurs de Kitomer 

Nouvelle convention collective pour les travailleurs de Kitomer 

Les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses de Kitomer–CSN renouvellent leur convention collective.  Réunis en…
Nouvelle entente dans les centres d’hébergement privés syndiqués CSN

Nouvelle entente dans les centres d’hébergement privés syndiqués CSN

Le 26 mai, les membres de la résidence Les Promenades du Parc ont signé une nouvelle…

Grève chez SSQ

Une série de reculs injustifiés

L’assureur SSQ auto vise à se désengager dans la couverture d’assurance collective et du régime de retraite pour près de 400 de ses employé-es membres du Syndicat des salariées et des salariés de SSQ Société d’assurances générales (CSN).

La dernière offre globale et finale de l’employeur a été rejetée à 70 % lors de l’assemblée générale du 22 février dernier. Aucune date de conciliation n’est prévue pour le moment avec l’employeur. Le Syndicat a donc décidé de déclencher une grève générale illimitée à partir d’aujourd’hui. Il est à noter qu’une banque de cinq jours de grève avait déjà été votée auparavant. Les derniers jours de cette banque ont été utilisés la semaine dernière, sans pour autant inciter l’employeur à reconsidérer sa position.

En plus des deux reculs déjà cités, l’offre globale et finale de l’employeur propose 10 % d’augmentation de salaire en six ans. « SSQ est pourtant en bonne situation financière. L’offre patronale ne vise qu’à diminuer la masse salariale pour gonfler les profits », explique Diane David, secrétaire générale de la Fédération du commerce (FC-CSN).

De plus, accepter l’offre finale de l’employeur ferait en sorte que les experts en sinistre, les agents d’assurance auto et habitation, les souscripteurs et les estimateurs, etc., membres du syndicat, se retrouveraient avec un système d’assurances « flexible », ce qui aurait pour conséquence d’augmenter la contribution au régime d’assurance sans toutefois maintenir le même niveau de protection actuelle.

Quant au régime de retraite, l’employeur s’accorde une baisse de cotisation de 2,35 %, ce qui diminue d’autant la cotisation des employé-es puisqu’il s’agit d’un régime financé à 50 % par l’employeur et 50 % par les salarié-es. À terme, cela signifie toutefois une diminution de la rente des futurs retraité-es. « C’est d’autant plus difficile à justifier comme position que le régime est actuellement solvable à plus de 100 %. Pourquoi vouloir trouver des solutions à un problème qui n’existe plus ? », ajoute Diane David. La secrétaire générale reproche également à SSQ de véhiculer un chiffre global pour les déficits du passé, qui inclut la partie du régime réservée aux cadres et aux salarié-es qui ne sont pas membres du syndicat. On cherche ainsi à donner plus d’ampleur à un problème passé.

SSQ demande également des reculs en ce qui concerne les primes tout comme sur les horaires et sur l’application de l’ancienneté. Bref, il s’agit d’une série de reculs injustifiés par la situation de SSQ et inacceptables pour ses employé-es.

À propos

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

La Fédération du commerce, affiliée à la CSN, compte 360 syndicats et plus de 32 000 membres dans les secteurs du commerce de gros et de détail, de la finance, de l’agroalimentaire et du tourisme.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket