Urgence du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Articles récents

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…
La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

Devant l’ampleur de la crise qui secoue le secteur des médias d’information, les différents paliers de…
Agents de la paix des services correctionnels du Qc : le ministre Bonnardel doit agir et ça presse

Agents de la paix des services correctionnels du Qc : le ministre Bonnardel doit agir et ça presse

Les différents évènements violents des derniers jours visant des agents de la paix des services correctionnels…

Violence

2023-02-03_CIUSSS-CN-CHUQc_FSSS

Urgence du CHUL : la sécurité des travailleuses et travailleurs et des usagères et usagers n’est pas assurée

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale–CSN (STT du CIUSSS-CN–CSN) et le Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CHU de Québec–CSN (STT du CHU de Québec) unissent leur voix pour dénoncer les situations de violence qui sévissent à l’urgence régulière et psychiatrique du Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL) depuis trop longtemps. Les deux syndicats dénoncent la lenteur des changements demandés et les incohérences administratives mettant à risque les usagères et les usagers et le personnel. Malgré le fait qu’ils n’aient pas été invités à rencontrer M. Carmant, ministre responsable des services sociaux, lors de sa visite prévue au CIUSSS, ils espèrent être entendus. Les syndicats proposent notamment la mise en place de détecteurs de métal individuels, d’une salle sécurisée, de même que la présence en tout temps d’agents d’intervention formés au lieu de gardes de sécurité provenant de firmes privées. Les syndicats demandent de plus que la trajectoire d’admission des patientes et des patients soit revue afin que la sécurité de tous soit assurée.

Une centralisation des services excessive amène des risques pour les usagères et usagers
Rappelons qu’à la suite de la réforme Barette en 2015, différentes fermetures ont eu lieu dont le département et l’urgence psychiatrique de l’Hôpital du Saint-Sacrement ainsi qu’à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus. Les urgences psychiatriques de la région ont été concentrées, entre autres au CIUSSS-CN, amenant ainsi une surcharge pour le personnel. L’urgence psychiatrique se retrouve ainsi au milieu de l’urgence régulière du CHUL, qui est sous la responsabilité d’une autre direction, celle du CHU de Québec.

Ainsi, les soins psychiatriques adultes et ceux de nature pédiatrique partagent la même salle d’attente. « Ça donne lieu à des situations où des personnes très instables, souvent intoxiquées et présentant un fort potentiel d’agressivité, se retrouvent à côté de jeunes enfants qui deviennent témoins, malgré eux, de situations complètement surréalistes et potentiellement dangereuses. Est-ce qu’une personne doit mourir pour que les choses changent? » de s’indigner les deux syndicats. Cette situation est inconcevable d’autant plus qu’il existe des budgets pour améliorer la prévention et l’aménagement sécuritaire des lieux dans la convention collective actuelle. 

Des efforts insuffisants pour protéger la santé et la sécurité du personnel
Même son de cloche du côté du syndicat du CIUSSS qui avait aussi déposé une plainte. « Encore, le soir et la nuit, c’est entre autres des préposé-es aux bénéficiaires qui doivent intervenir s’il y a des agressions. Il y a quelques agents de sécurité d’une compagnie privée, mais aucun directement sur place. Ils arrivent le plus souvent quand la situation est revenue sous contrôle, et de toute façon, ils ne sont pas formés pour intervenir auprès des usagères et des usagers en psychiatrie. Ils bousillent nos interventions. Ça donne quoi de payer une entreprise privée pour ça? » de déclarer Roger Laprise, président par intérim du STT du CIUSSS-CN–CSN. Les deux syndicats sont d’avis que l’ajout d’agents d’intervention, formés pour intervenir auprès d’usagères et d’usagers violents ou armés, présents en tout temps à l’urgence du CHUL et à l’urgence psychiatrique, est essentielle.

En pleine pénurie de main-d’œuvre, il devient urgent de redresser la situation, car les difficultés de rétention et d’attraction du personnel s’accentuent. Les syndicats s’attendent à des changements rapides pour que leurs membres puissent travailler dans un environnement sain et sécuritaire.

À propos
Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale–CSN (STT du CIUSSS-CN–CSN) représente plus de 10 000 membres œuvrant dans le réseau de la santé et des services sociaux dans l’ensemble du territoire couvert par la Capitale-Nationale. Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CHU de Québec–CSN (STT CHU de Québec–CSN) représente 3 200 membres. Les membres des syndicats sont notamment des préposé(es) aux bénéficiaires, des assistantes et assistants techniques au soins de la santé, des préposé(es) à l’entretien ménager, des préposé-es en retraitement des dispositifs médicaux, des ouvriers spécialisés, etc.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023