Ville de Saint-Gabriel, les syndiqué-es renouvellent leur convention collective

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Fin de grève pour les travailleuses et les travailleurs des casinos

Fin de grève pour les travailleuses et les travailleurs des casinos

En grève depuis le 15 juin dernier, les travailleuses et travailleurs des casinos de Montréal, Charlevoix, Mont-Tremblant et Lac-Leamy…
En route vers la grève, le Front commun de passage en Outaouais

En route vers la grève, le Front commun de passage en Outaouais

Le Front commun va à la rencontre des travailleuses et travailleurs de l’Outaouais alors que s’amorce…
L’opinion publique est clairement du côté des travailleuses et des travailleurs, selon un sondage SOM

L’opinion publique est clairement du côté des travailleuses et des travailleurs, selon un sondage SOM

Le Front commun dévoile les résultats d’un sondage SOM sur la perception des Québécoises et des…
La CSN dénonce un autre pitoyable échec

La CSN dénonce un autre pitoyable échec

Une série de mauvaises décisions d’affaires d’Olymel cause une nouvelle fermeture, celle de l’usine de découpe…
Les membres du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière  à Joliette (FNEEQ–CSN) rejettent les offres du gouvernement

Les membres du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep régional de Lanaudière à Joliette (FNEEQ–CSN) rejettent les offres du gouvernement

Réunis pour une activité conjointe de visibilité au Cégep de Joliette, les enseignantes et enseignants ainsi…
Ouverture du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges : les problèmes ne font que commencer

Ouverture du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges : les problèmes ne font que commencer

La Fabrique Notre-Dame, organisme responsable de la gestion du cimetière, a annoncé en grande pompe la…

Négociation

Ville de Saint-Gabriel, les syndiqué-es renouvellent leur convention collective

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saint-Gabriel (CSN) ont adopté à 91 % les termes de leur nouvelle convention collective. Seulement quelques séances de négociation auront été suffisantes pour que les parties en arrivent à renouveler la convention collective échue depuis le 31 décembre 2022. Des enjeux salariaux importants étaient au cœur des revendications syndicales, tout comme la rétention de la main-d’œuvre et l’attractivité des emplois.

Ainsi, en plus de permettre d’encadrer davantage le travail des cadres et l’engagement de déterminer des paramètres limitant la sous-traitance, les parties introduisent à la convention collective un régime de retraite à cotisations déterminées avec le RREMQ, incluant une cotisation de l’employeur de 3 % en 2023, 4 % en 2024, 5 % en 2025 et de 6 % en 2027. À la signature de la convention collective, les salarié-es reçoivent un montant de 1 500 $ pour couvrir la rétroactivité sur les salaires. Le contrat de travail d’une durée de cinq ans prévoit des augmentations totales de 11 % garanties et d’un maximum de 15,5 % selon les variations annuelles de l’IPC.

« Nous sommes extrêmement satisfaits de notre négociation. Le contexte économique et les réalités actuelles du marché du travail sont favorables au rapport de force syndical. Nous avons su profiter de l’occasion pour majorer significativement nos conditions salariales, et par la même occasion, régler nombre d’irritants liés à l’application de notre contrat de travail », souligne Francis Gravel, président du Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saint-Gabriel (CSN). Bien que la négociation fût néanmoins expéditive, il n’en demeure pas moins que la détermination et la solidarité des travailleuses et travailleurs ne sont pas étrangères aux résultats remarquables de cette négociation.

« Il aura été suffisant d’indiquer à l’employeur que la partie syndicale avait l’intention de consulter ses membres pour l’obtention d’un mandat de moyens de pression pour que ce dernier ajoute un peu plus de sérieux dans ses propositions salariales et ainsi permettre aux parties de régler la négociation. Comme quoi la détermination et la solidarité des travailleuses et travailleurs sont parfois suffisantes pour conclure d’un commun accord et sans heurt, des conventions collectives à la satisfaction des parties », conclut Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière–CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket