Vote de grève chez Autobus de l’Énergie Inc. (Sogesco)  

Articles récents

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…
La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

La FNCC et la CSN mettent de l’avant cinq mesures pour contrer la crise de l’information

Devant l’ampleur de la crise qui secoue le secteur des médias d’information, les différents paliers de…

Impasse dans la négociation

Les membres du STTTSÉ–CSN lors de leur assemblée générale.
Les membres du STTTSÉ–CSN lors de leur assemblée générale.

Vote de grève chez Autobus de l’Énergie Inc. (Sogesco)  

Réunis en assemblée générale ce mercredi 1er février au soir, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs du transport scolaire de l’Énergie–CSN (STTTSÉ–CSN) ont voté par scrutin secret à l’unanimité en faveur d’une banque de 14 jours de grève à exercer au moment jugé opportun.

« Tous les jours, les parents nous confient leurs enfants et malgré cette grande responsabilité, nos conditions de travail ne sont pas à la hauteur de nos responsabilités. Notre salaire annuel varie de 20 000 $ à 25 000 $, nous n’avons pas d’assurance collective ni de régime de retraite, déclare Michel Paquin, président du syndicat. Et ce n’est jamais de gaieté de cœur que nous votons en faveur de la grève, mais l’impasse dans notre négociation actuelle ne nous laisse pas d’autre choix. Notre convention collective est échue depuis le 30 juin 2021 et les offres de l’employeur sont nettement insuffisantes pour vivre décemment. Nous vivons toujours un important problème d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre et la question des salaires est bien évidemment au centre de ce problème. »

Hier, le ministre de l’Éducation lui-même, Bernard Drainville, a déclaré que les conductrices et les conducteurs de transport scolaire doivent obtenir leur juste part du financement récemment octroyé par le gouvernement aux transporteurs.

« Lors de leurs récentes négociations avec le gouvernement, les transporteurs scolaires ont reçu des bonifications significatives de l’ordre de 15 à 30 % de leurs contrats, ce qui leur donne une nouvelle capacité de bien payer leurs conductrices et leurs conducteurs. Notre secteur vit toujours avec de graves problèmes d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre, ce qui menace toujours le service de transport aux élèves que nous offrons tous les jours. Pour nous, il est temps que ça cesse et la seule solution, c’est de verser de bons salaires qui attireront des travailleuses et des travailleurs dans notre secteur », souligne Stéphanie Gratton, vice-présidente de la Fédération des employées et employés de services publics–CSN.

« Depuis près de 30 ans, les conductrices et les conducteurs de véhicules scolaires se battent pour une reconnaissance de leur difficile métier et, dans bien des cas, les salaires décents ne sont toujours pas au rendez-vous. Actuellement, les bris de service aux parents des élèves qui doivent se déplacer en autobus et les circuits en retard ou même annulés sont monnaie courante. On demande à ce monde-là de travailler selon un horaire coupé, de 6 h le matin à 18 h, de veiller sur 72 enfants derrière leur siège, de gérer la discipline et la possible violence, bref, on leur en demande énormément, eh bien ça, ça doit se refléter dans le salaire qui est versé », conclut Paul Lavergne, président du Conseil central du Cœur du Québec–CSN.

À propos

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs du transport scolaire de l’Énergie–CSN rassemble 15 membres et est affilié à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023