Nouvelle entente de principe entre le syndicat et Olymel

Une nouvelle entente de principe est intervenue ce dimanche 29 août 2021 entre le Syndicat des travailleurs de Olymel Vallée-Jonction–CSN (STOVJ) et Olymel à la suite du blitz de négociation débuté vendredi dernier. Le STOVJ convoquera rapidement ses membres en assemblée générale pour présenter cette nouvelle entente de principe. Aucune entrevue ne sera accordée à la suite de cette annonce, d’ici à l’issue du vote qui sera tenu à l’assemblée générale.

Le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction représente environ 1050 membres. Il est affilié à la Fédération du commerce–CSN, qui compte 30 000 membres regroupés au sein de 360 syndicats œuvrant dans les domaines du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme. Le Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches–CSN, fondé en 1918, regroupe les syndicats CSN sur le territoire de la Capitale-Nationale et de la région de Chaudière-Appalaches. Il représente quelque 240 syndicats et près de 45 000 membres issus de tous les secteurs d’activité.

Grève dans deux grands hôtels : la pénurie de main-d’œuvre au cœur du conflit

Les employé-es de deux grands hôtels syndiqués avec la CSN ont entamé aujourd’hui un débrayage commun pour dénoncer des propositions patronales méprisantes qui risquent d’aggraver la pénurie de main-d’œuvre dans un secteur particulièrement à risque. Ces mouvements de grève interviennent alors que deux ententes de principe ont été conclues la veille dans des hôtels de la région montréalaise. La CSN appelle les grands hôteliers à s’inspirer des ententes déjà obtenues ailleurs pour mettre fin au litige.

Les syndiqué-es du Hilton à Québec, ainsi que ceux du DoubleTree à Montréal ont donc dénoncé les différentes offres patronales, considérées comme insultantes en raison de nombreux reculs, notamment sur le plan monétaire, proposés dans le contexte où le secteur hôtelier est particulièrement touché par un manque de main-d’œuvre de plus en plus criant.

Deux grèves et deux ententes
Ces propositions constituent une gifle pour les employé-es de ces deux grands hôtels lorsque comparées aux ententes de principe conclues jeudi aux Comfort Inn Dorval et Pointe-Claire pour lesquelles aucun recul des conditions de travail n’est prévu. Celles-ci prévoient des augmentations salariales annuelles de 1,5 %, 2 %, 2 % et 2,5 %, une bonification du régime d’assurance et une réintégration des employé-es licenciés depuis le début de la pandémie. Ces ententes, basées sur celle survenue au Suite Faubourg la semaine dernière, seront soumises mardi aux syndiqué-es pour approbation.

Impacts de la pénurie de main-d’œuvre sur les syndiqué-es
Cette pénurie de main-d’œuvre dans le secteur hôtelier met énormément de pression sur les gens qui y travaillent, s’inquiète Michel Valiquette, trésorier et responsable du secteur Tourisme de la Fédération du commerce (FC–CSN). Il rappelle qu’au Québec, certains hôtels ont perdu près des deux tiers de leur personnel depuis le début de la pandémie et que cette tendance met en péril le maintien des activités et la qualité de vie des employé-es. Il y a donc urgence d’améliorer les conditions de travail et non l’inverse.

« Ce que je constate actuellement, ce sont des gens surmenés qui doivent mettre les bouchées doubles par manque de personnel. Le retour au travail a été pénible pour plusieurs, qui doivent faire de plus en plus d’heures supplémentaires, souligne-t-il. Ce n’est plus agréable pour personne de travailler dans ces conditions. Les employeurs se disent conscients de la situation, mais envoient des signaux contradictoires aux tables de négociation. D’un côté, ils affirment vouloir retenir le personnel à tout prix, mais d’un autre, ils cherchent à sabrer les conditions de travail tout en offrant des hausses de salaire ridicules qui sont loin de couvrir l’inflation. Les employeurs doivent comprendre que s’ils veulent garder leurs employé-es, ils doivent faire preuve de cohérence. »

Des reculs salariaux insultants
Dans la Vieille Capitale, le trésorier du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), Louis Hamel, a tenu à dénoncer les hausses de salaire faméliques proposées par l’hôtel Hilton, ainsi que les baisses de contribution de l’employeur au régime de retraite et d’assurance collective, en plus des reculs sur le plan des jours fériés et des congés de maladie. Il a rappelé que la CSN a annoncé dès le départ que ses membres n’accepteront pas de reculs sur le plan monétaire.

« Au Hilton, on propose deux ans de gels de salaires, suivis de deux augmentations de 1 % par année, a-t-il mentionné. Ce n’est pas nécessaire d’être très fort en calcul pour comprendre qu’on vous demande de vous appauvrir, alors que les premières ententes obtenues dans le secteur de l’hôtellerie permettent de conserver le pouvoir d’achat des salarié-es et n’offrent aucun recul à leurs conditions de travail. Ils ne démontrent aucune réelle volonté d’en arriver à un règlement et c’est ce qui pousse nos membres vers la grève. »

Au DoubleTree (anciennement Hyatt Regency), au cœur du Quartier des spectacles, l’employeur souhaite pour sa part abolir de nombreux postes, limiter les congés et obtenir des reculs sur le plan salarial, tout en refusant d’alléger la charge des préposées aux chambres, qui sont sujettes aux blessures et à l’épuisement. Ce refus de reconnaître le problème de surcharge relève du mépris envers celles qui effectuent ce travail difficile et comporte un risque pour la santé des travailleuses.

Le syndicat d’Olymel privilégie la négociation à l’arbitrage 

À la suite de la rencontre avec le ministre du Travail Jean Boulet tenue ce matin à son bureau, le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction–CSN (STOVJ) demande à ce que Jean Poirier, le médiateur spécial nommé par le ministre, puisse lancer un blitz de négociations dès que possible.

« Pour notre part, nous privilégions la négociation parce que sommes toujours convaincus qu’une entente de principe négociée est encore à notre portée, et ce, dans un délai rapide. Malgré ce que pense Jean Boulet, les parties ne sont pas si loin l’une de l’autre, de déclarer Martin Maurice, président du STOVJ. Nous avons donc précisé au ministre du Travail que nous refusons l’arbitrage parce que nous savons que nos membres ne voudront assurément pas d’un règlement imposé par un arbitre après avoir passé près de quatre mois en grève ».

Le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction représente environ 1050 membres. Il est affilié à la Fédération du commerce–CSN, qui compte 30 000 membres regroupés au sein de 360 syndicats œuvrant dans les domaines du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme. Le Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches–CSN, fondé en 1918, regroupe les syndicats CSN sur le territoire de la Capitale-Nationale et de la région de Chaudière-Appalaches. Il représente quelque 240 syndicats et près de 45 000 membres issus de tous les secteurs d’activité.

Vaccination obligatoire : la CSN appelle à considérer tous les enjeux

La présidente de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Caroline Senneville, ainsi que le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS—CSN), Jeff Begley, participaient aujourd’hui à la commission parlementaire visant à se prononcer sur la pertinence d’imposer la vaccination au personnel soignant, voire de l’étendre à d’autres types de travailleuses et de travailleurs. Cet enjeu confédéral touche de près la FSSS, mais également les fédérations de la CSN œuvrant dans les secteurs public et parapublic (FNEEQ-CSN, FP-CSN et FEESP-CSN).

Depuis le tout début, la CSN et ses syndicats affiliés ont œuvré sans relâche afin que soient mises en place des mesures sanitaires adéquates pour la protection des travailleuses et des travailleurs. Sur le terrain, les syndicats de la CSN ont déployé des moyens considérables pour inciter les salarié-es à aller se faire vacciner. Et cela porte fruit : les taux de vaccination continuent de s’élever dans le réseau de la santé, pour atteindre présentement plus de 91%.

Si la CSN salue la tenue de cette commission parlementaire, elle déplore que celle-ci ne prévoit pas la participation d’organisations syndicales représentant l’enseignement supérieur au Québec. La CSN rappelle que la vaccination obligatoire soulève des enjeux importants pour ses organisations et les membres qu’elle représente. Le gouvernement de François Legault doit garder en tête que la gestion des demandes d’exception sur le terrain, que ce soit pour des raisons de santé ou autres, pourrait être un véritable casse-tête juridique si les mesures entourant la vaccination obligatoire ne sont pas bien définies.

Également, la CSN et la FSSS-CSN craignent que le choix de la vaccination obligatoire n’engendre un relâchement dans les mesures de prévention sanitaire déjà en place, mesures qui ont largement démontré leur efficacité et qui ont parfois été obtenues après de longues luttes. Celles-ci doivent demeurer en place, voire être déployées plus largement, si l’on veut lutter efficacement contre la propagation du virus liée à la quatrième vague. La CSN dénonce d’ailleurs l’allègement des directives ministérielles visant à protéger le personnel du réseau au moment même où le gouvernement envisage la vaccination obligatoire.

« La vaccination seule, ce n’est pas non plus de la magie, déclare Caroline Senneville. D’autres moyens de prévention déjà mis en place doivent être maintenus, peu importe si le gouvernement va de l’avant avec la vaccination obligatoire. » Par exemple, les équipements de protection individuelle les plus performants doivent être disponibles pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs dans tous les milieux de travail concernés. Ceux-ci doivent être sécuritaires et sains, en plus d’être impérativement dotés d’une ventilation adéquate assurant une qualité de l’air optimale, notamment dans les établissements scolaires.

De plus, la CSN et ses fédérations défendent le droit au travail. Pour elles, il n’est absolument pas question que quiconque soit licencié ou sanctionné injustement pour cause de refus de vaccin. « Avec une mesure comme la vaccination obligatoire, qui arrive dans un contexte généralisé de pénurie de personnel et d’épuisement au travail dans le réseau de la santé, le gouvernement doit arriver avec un plan extrêmement bien ficelé. Nous, ce qu’on demande, c’est que les mesures incitatives passent avant les mesures coercitives », demande Jeff Begley.

« Soyons clairs : la CSN appuie sans réserve la vaccination, et ce, depuis le tout début de la campagne de mise en place par le gouvernement. Nous encourageons tous nos membres, dans tous nos milieux de travail à aller se faire vacciner, pour leur protection, celle de leurs collègues et celle des gens qu’ils côtoient dans leur milieu de travail. Cependant, le gouvernement doit être conscient que d’imposer la vaccination obligatoire va de pair avec des enjeux de droit au travail et de droits fondamentaux. S’il va de l’avant, il devra collaborer avec nous afin que les salarié-es de la santé et des autres secteurs qui pourraient être touchés ne soient pas pénalisés », conclut Caroline Senneville.

Document

Télécharger le mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux sur la vaccination obligatoire contre la Covid-19 du personnel soignant et d’autres catégories de travailleurs qui sont en contact prolongé avec les citoyens.

Mobilisation devant l’Assemblée nationale

La Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) misent sur l’étude détaillée article par article du projet de loi 59 pour que le gouvernement améliore entre autres les articles touchant la prévention et de la réparation.

Actuellement, ce que propose le gouvernement est nettement insuffisant et met en danger la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses. « Nous sommes très inquiets. Le projet de loi complexifie la reconnaissance des maladies professionnelles et dilue tellement les mécanismes de prévention qu’on ne protégera pas plus les travailleurs et les travailleuses du Québec. On ne peut se permettre le luxe de réduire la portée de la prévention dans les milieux de travail comme le propose le ministre du Travail alors que notre monde meurt littéralement à l’ouvrage », déclare Daniel Boyer, président de la FTQ.

« En ce qui a trait à la prévention, le nombre de rencontres prévues au comité de santé et de sécurité du travail est famélique, on ne connaît même pas le nombre de représentants qui peuvent y siéger et rien sur le minimum d’heures de libération pour le représentant en prévention. Cela ne peut être négocié entre l’employeur et les travailleurs. Les règles doivent être inscrites clairement dans la loi. La santé et sécurité du travail ce n’est pas négociable », de réclamer David Bergeron-Cyr, vice-président de la CSN.

« Le monde du travail a changé et il faut savoir s’adapter aux réalités d’aujourd’hui. Par exemple en santé et en éducation, des secteurs où les femmes sont majoritaires, les taux d’absentéisme sont effarants. Pourquoi ? Parce que les mécanismes de prévention sont absents et que les maladies d’ordre psychologique affectent nos membres sans qu’il y ait rien pour enrayer l’hémorragie. Ce n’est plus le temps des demi-mesures, nous avons le devoir de prendre soin de nos gens et non de les abandonner », affirme Éric Gingras, président de la CSQ.

« Ce que nous propose le ministre du Travail va à l’encontre des principes qui étaient à l’origine de la Loi sur la santé et sécurité du travail adoptée il y a plus de 40 ans. Il n’est pas trop tard, il est encore temps d’apporter des modifications au projet de loi pour en corriger les failles. On doit s’assurer d’une réelle participation des travailleuses et des travailleurs dans la prévention. On travaille pour avoir une qualité de vie, pas pour y laisser notre santé », conclut Luc Vachon, président de la CSD.

Nos organisations (FTQ, CSQ, CSD, CSN) représentent plus de 1 200 000 travailleurs et travailleuses.

Les syndiqués du Parc olympique seront en grève du 7 au 9 septembre prochain

Le personnel du Parc olympique de Montréal annonce l’exercice de 3 jours de grève, du 7 au 9 septembre prochain, pour près de 500 salarié-es qui tentent de renouveler leur convention collective depuis plus d’un an et demi.

Bien que l’Intersyndicale soit consciente que cette grève aura lieu durant le concert de l’Orchestre symphonique de Montréal, sur l’esplanade du Parc olympique, elle considère n’avoir aucun autre choix pour en arriver à un déblocage rapide de la négociation.

« Dans tous les cas de figure proposés par l’employeur, les travailleuses et les travailleurs du Parc olympique en sortiraient perdants. Ce ne sont pas des avenues que nous pouvons prendre », mentionne Jonathan Proulx, représentant de l’Intersyndicale du Parc olympique. « Il est désolant d’en arriver à ça, mais ce n’est pas une fatalité. Nous annonçons l’exercice de la grève deux semaines à l’avance, ce qui implique que nous avons le temps de nous asseoir avec l’employeur et de régler rapidement ce dossier qui traîne depuis trop longtemps », ajoute-t-il.

Des attaques envers la relève

Parmi les éléments qui restent à régler, notons la volonté de l’employeur de réduire les droits des travailleuses et des travailleurs ayant moins d’ancienneté, en s’attaquant à leur sécurité d’emploi et, par le fait même, en provoquant une disparité de traitement entre les plus anciens et la relève, ceci dans un contexte généralisé de pénurie de main-d’œuvre. Pour l’Intersyndicale, la précarisation de la relève n’est pas une option. De plus, la question des salaires n’est toujours pas réglée, et ce, plusieurs mois après les ententes de principe survenues au tout début de l’été avec le reste du secteur public.

Le regroupement des syndicats du Parc olympique demande à ce qu’une rencontre se tienne dans les meilleurs délais, avec la présence des conciliateurs.

« La prochaine rencontre sera décisive. Ce sera le moment tant attendu pour négocier réellement et en arriver à un règlement », conclut M. Proulx.

À propos

L’Intersyndicale regroupe sept syndicats affiliés à la CSN, représentant près de 500 travailleuses et travailleurs du Parc olympique. Le Parc olympique étant un organisme gouvernemental, les négociations en cours sont coordonnées avec celles du reste du secteur public.

Encore des menaces d’Olymel en pleine médiation

Alors qu’Olymel décide de menacer 500 travailleuses et travailleurs de son abattoir à Vallée-Jonction en plein contexte de rareté de main-d’œuvre, le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction–CSN (STOVJ) croit toujours qu’une entente négociée est possible.

« Ce n’est pas la première fois qu’Olymel décide de menacer ses salarié-es de fermeture et tente de diviser les membres du syndicat en faisant craindre des abolitions de postes. Ça fait plus de 50 ans que les employeurs des abattoirs utilisent ces stratégies méprisantes pour leur main-d’œuvre. Pour notre part, après avoir consulté nos membres lors de notre assemblée du 17 août dernier, assemblée durant laquelle 57 % de nos membres ont jugé que l’entente déposée n’était pas à la hauteur de leurs attentes, nous nous sommes présentés devant le médiateur spécial avec l’intention de négocier de bonne foi une nouvelle entente, de souligner Martin Maurice, président du STOVJ. Nous sommes donc toujours disposés à nous présenter à la table de négociation afin d’en arriver à une entente négociée. »

Un rappel

« En 2007, les salarié-es de Vallée-Jonction se sont fait imposer une baisse totale de près de 40 % de leurs revenus sous la menace de la fermeture totale de l’usine. Répétons-le encore : en 14 ans, de 2007 à 2021, les plus bas salariés de notre usine ont vu leur salaire de base augmenter d’un maigre 1,13 $ l’heure, soit environ 0,08 $ par année, de marteler le président du syndicat. Or, pour tous les salarié-es qui reçoivent ce mépris en plein visage depuis tant d’années, il est clair que les tactiques et l’attitude d’Olymel ne règleront pas son grave problème d’attraction et de rétention de sa main-d’œuvre, tout en menaçant de manière durable la paix industrielle nécessaire au bon déroulement de ses activités. Si les éleveurs de porc cherchent le vrai responsable de la situation actuelle, c’est bien du côté de la haute direction d’Olymel qu’il faut regarder et, surtout, demander des comptes. Pire encore, contre toute logique, en abolissant son quart de travail de soir, Olymel peinera à rattraper les porcs en attente qui s’accumulent depuis le début du conflit de travail. Ils ont beau vouloir mettre la responsabilité des porcs qui pourraient être euthanasiés sur le dos du syndicat, c’est Olymel qui signe les contrats avec les éleveurs, qui gère ses approvisionnements et qui doit aussi s’entendre avec ses salarié-es. Sur la place publique, Olymel semble se préoccuper plus du sort des porcs que de celui de ses propres salarié-es. Imaginez comment ceux-ci se sentent actuellement. »

Qui a réellement échoué?

« Au contraire de ce que la haute direction d’Olymel a avancé, ce n’est pas le syndicat qui a échoué dans sa stratégie. Notre comité de négociation a tenté de leur faire entendre raison, de travailler à consolider les conditions de travail afin d’attirer et, surtout, de garder la main-d’œuvre dont ils ont grandement besoin. Ajoutons que dans le contexte actuel de rareté de la main-d’œuvre, un grand nombre de travailleuses et de travailleurs à Vallée-Jonction ont déjà plusieurs autres emplois beaucoup moins pénibles qui s’ouvrent à elles et à eux. Si les éleveurs de porcs pensent qu’Olymel travaille actuellement dans leur intérêt, ils se trompent amèrement », de conclure monsieur Maurice.

Le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction représente environ 1050 membres. Il est affilié à la Fédération du commerce–CSN, qui compte 30 000 membres regroupés au sein de 360 syndicats œuvrant dans les domaines du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme. Le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches–CSN, fondé en 1918, regroupe les syndicats CSN sur le territoire de la capitale nationale et de la région de Chaudière-Appalaches. Il représente quelque 240 syndicats et près de 45 000 membres issus de tous les secteurs d’activité.

Le Regroupement des traversiers CSN annonce des journées de grève pour le mois de septembre

Les syndicats de trois traversiers affiliés à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) prévoient exercer deux jours de grève du 4 au 6 septembre, alors que la première journée de conciliation qui se déroulait vendredi dernier n’a permis aucune avancée significative.

« Malheureusement, la Société des traversiers du Québec (STQ) s’est, une fois de plus, montrée fermée aux quelques demandes restantes du regroupement, alors que nous en avions mis de côté pour en arriver à un règlement rapidement, explique Émilie Bourgie-Côté, co-porte-parole du Regroupement des traversiers CSN et membre du Syndicat des employé(es) de la Société des traversiers Sorel/St-Ignace-de-Loyola (CSN).

« Nous ne souhaitions pas en arriver là, mais, dans les circonstances, nous n’avons pas d’autres choix que de déclencher la grève pour nous faire entendre. Nous souffrons d’un manque de personnel important et les jeunes ne restent pas! Si la STQ ne fait pas le nécessaire pour rendre attractifs les emplois, elle risque de rencontrer un mur, mentionne Patrick Saint-Laurent, aussi co-porte-parole du regroupement et vice-président du Syndicat des employés de la Société des Traversiers Québec–Lévis (CSN). »

Malgré l’échec de cette première journée de conciliation, il reste 2 rencontres prévues à l’agenda pour débloquer la situation et éviter la grève. Espérons que l’employeur saisira cette occasion.

Les demandes syndicales toujours en litige concernent principalement des primes, le maintien du salaire lors de la prolongation de moins de 15 minutes d’un quart de travail, le reclassement des préposé-es aux passerelles et quais ainsi que la régularisation d’un poste pour la traverse de Matane–Baie-Comeau–Godbout.

Horaire de grève pour la fin de semaine des 4, 5 et 6 septembre

Traverse Sorel-Tracy–Saint-Ignace-de-Loyola : Du samedi 4 septembre, à compter de 7 h, jusqu’au dimanche 5 septembre, à 19 h

Traverse Québec–Lévis : Du samedi 4 septembre, à compter de 5 h 30, jusqu’au lundi 6 septembre, à 5 h 30

Traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout : Du samedi 4 septembre, à compter de 5 h 30, jusqu’au lundi 6 septembre, à 5 h 30

 Profil du Regroupement des traversiers de la FEESP-CSN

Le Regroupement des traversiers réunit les syndicats CSN des traverses Sorel-Tracy–Saint-Ignace-de-Loyola, Québec–Lévis et Matane–Baie-Comeau–Godbout. Ces syndicats représentent près de 200 membres qui occupent principalement les emplois de préposé passerelle et quais, caissier, matelot, gardien-matelot et soudeur. Ils sont affiliés à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) qui regroupe 425 syndicats, représentant environ 65 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et parapublic.

Jean Lortie annonce son départ à la retraite après 40 ans de militance

C’est avec émotion que les 300 000 membres de la CSN et ses 650 employés ont appris aujourd’hui le départ à la retraite d’un collègue militant fort apprécié qui aura fait sa marque au sein de la CSN depuis quatre décennies. En effet, Jean Lortie, l’actuel secrétaire général de la 2e plus grande centrale syndicale québécoise, a annoncé qu’il quitterait ses fonctions le 24 septembre prochain, date du 100e anniversaire de l’organisation.

« Même si j’annonce mon départ à la retraite avec un certain pincement de cœur, ma décision est mûrement réfléchie. Après 40 ans, il est temps pour moi de passer le flambeau à une nouvelle génération qui apportera un esprit de renouveau. La CSN, c’est un mouvement. C’est ce qui caractérise notre organisation et qui en fait sa force : des centaines de milliers d’hommes et de femmes qui, depuis 100 ans, ont milité pour améliorer leur sort, et qui continueront à œuvrer pour que les Québécois aient des conditions de travail décentes », déclare Jean Lortie.

Travailleur de l’hôtellerie de l’Hôtel Place Dupuis depuis 1979, Jean Lortie a été élu pour la première fois trésorier de son syndicat à l’âge de 21 ans en 1983. Il a ensuite occupé le poste de trésorier de la Fédération du commerce CSN de 1986 à 1998, pour ensuite être élu à sa présidence. En mai 2011, il accédait au poste-clé de secrétaire général de la CSN.

« Comme secrétaire général, Jean a toujours eu à cœur de bien représenter les syndicats affiliés à la CSN. Il dit souvent qu’être sur le terrain auprès des syndicats locaux et des travailleuses et des travailleurs l’a toujours fait « ronronner de plaisir ». En plus du terrain, Jean a brillé dans les fonctions qu’il occupait à l’exécutif depuis 10 ans. Nous nous ennuierons tous de son côté humain, de sa grande intelligence stratégique et de sa passion sans cesse renouvelée pour le monde syndical. Jean, la CSN te doit beaucoup et te salue aujourd’hui », affirme Caroline Senneville, présidente de la CSN.

Jean Lortie conclut : « Après 35 années à la direction de ce mouvement, je souhaite entreprendre une nouvelle étape de ma vie. Je pense avoir fait honneur à mes prédécesseurs en assumant avec dignité et respect ma fonction de secrétaire général de la CSN. J’ai consacré toutes mes énergies et mes forces à défendre la cause des travailleuses et des travailleurs, mon seul souci, mon seul combat depuis le tout début. »

Hôtellerie : un mouvement de grève qui prend de l’ampleur au Québec

Exaspérés par la lenteur des négociations, les employé-es de l’hôtel Delta Sherbrooke ont déclenché une première grève ce matin dès 7 h, à la suite du débrayage exercé au Delta Québec la veille. Le mouvement de moyens de pression lourds prend de l’ampleur et d’autres débrayages sont à prévoir au cours des prochains jours un peu partout au Québec en raison de pourparlers qui traînent en longueur dans plusieurs hôtels.

Les employé-es du Delta Québec se sont dotés jeudi d’un mandat de grève pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée (adopté à 98 %). Mercredi, les employé-es de l’hôtel Quality de Sherbrooke ont adopté à l’unanimité un mandat de grève de 72 heures à exercer au moment jugé opportun. Une dizaine de syndicats dispose maintenant d’une telle banque de journées de grève.

Delta Sherbrooke et Québec sur la sellette
Le trésorier et responsable du secteur Tourisme de la Fédération du commerce (FC–CSN), Michel Valiquette, a semoncé les dirigeants de l’hôtel Delta à Sherbrooke, qui ne semblent pas prendre au sérieux la détermination de ses employé-es à améliorer leurs conditions de travail. « Nous ne sentons aucune volonté de la part de l’employeur dans ce dossier. Il propose également de nombreux reculs alors que nous avons été très clairs depuis le début : les syndiqué-es n’accepteront pas de reculs sur les conditions de travail. De notre côté, nous sommes prêts à régler. Souhaitons que le Delta démontre la même volonté rapidement. » Michel Valiquette a souligné que les mêmes tactiques sont utilisées au Delta Québec pour étirer la négociation.

Déjà une première entente prometteuse dans le secteur de l’hôtellerie
Le représentant de la FC–CSN a également rappelé qu’une première entente a déjà eu lieu ce mercredi avec la centrale syndicale dans le secteur hôtelier (Suites Faubourg St-Laurent) et il souhaite qu’elle puisse inspirer d’autres employeurs comme l’hôtel Delta. Cette entente prévoit notamment des augmentations salariales de 1,5 %, 2 %, 2 % et 2,5 % chaque année, une bonification du régime d’assurance et des clauses de protection du lien d’emploi qui permettent une réintégration des employé-es licenciés depuis le début de la pandémie. Outre les augmentations salariales et le refus des reculs sur les conditions de travail, les enjeux de la négociation à l’hôtel Delta Sherbrooke sont la réduction de la charge de travail pour les préposées aux chambres et le règlement d’un litige au sujet des congés de maladie.

Le président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie–CSN, Denis Beaudin, a aussi tenu à rappeler le Delta Sherbrooke à l’ordre alors que d’autres employeurs ont démontré davantage de bonne volonté jusqu’à maintenant. « Ce n’est pas sorcier : nos demandes sont pourtant très raisonnables, mais l’employeur doit aussi comprendre qu’on ne peut attirer et retenir la main-d’œuvre dans un contexte de pénurie d’emplois avec des restes de table. »

Un premier règlement pour la CSN dans le secteur de l’hôtellerie

Alors que les moyens de pression s’intensifient dans plusieurs hôtels du Québec, une première entente de principe a été adoptée mercredi soir dans le cadre de la négociation coordonnée des syndicats de l’hôtellerie CSN, qui regroupe plus de 2 500 professionnel-les de l’hôtellerie au Québec.

Réunis en assemblée générale, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Suites Faubourg St-Laurent–CSN ont adopté à l’unanimité l’entente qui prévoit notamment des augmentations salariales satisfaisantes dans le contexte actuel, ainsi qu’une bonification du régime d’assurance et des clauses de protection du lien d’emploi qui permettent une réintégration des employé-es licenciés depuis mars 2020 en raison des difficultés du secteur depuis le début de la pandémie. Cette clause sera applicable jusqu’au 30 juin 2024, date d’échéance de la convention collective.

L’entente prévoit donc une progression salariale de 1,5 % (rétroactif), 2 %, 2 % et 2,5 % chaque année.

Attraction et rétention de la main-d’œuvre
Le trésorier et responsable du secteur Tourisme de la Fédération du commerce (FC–CSN), Michel Valiquette, s’est dit très satisfait de l’entente et salue l’ouverture de l’employeur (Suites Faubourg St-Laurent) alors que certains hôteliers montrent encore peu d’empressement à régler, malgré les compromis adoptés par les différents syndicats jusqu’à maintenant. Il estime que l’amélioration des conditions de travail est un élément crucial qui permettra de favoriser l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre dans un contexte ou une pénurie touche durement ce secteur depuis quelques années.

« Nos vis-à-vis ont compris la nécessité d’investir dans une main-d’œuvre qualifiée et expérimentée et nous saluons leur ouverture, a-t-il souligné. Ça offre l’espoir que d’autres employeurs saisiront la main tendue afin d’éviter la perturbation de la saison touristique. »

Cependant, le leader syndical dénote encore un manque de volonté de la part de la partie patronale à plusieurs tables de négociation, ce qui explique que près d’une dizaine de syndicats ont adopté une première banque de grève de 72 heures au courant des derniers jours. « Certains employeurs s’entêtent même à demander des reculs sur les clauses de nature pécuniaire alors que nous avons été clairs depuis le début, à savoir que nous ne les accepterons pas. D’autres semblent vouloir tout simplement étirer la négociation. Mais nos membres sont déterminés et se mobilisent pour un règlement. Ils doivent entendre le message rapidement pour que tout le monde puisse profiter de la reprise des activités qui s’amorce. »

Le syndicat rejette l’entente de principe

Vallée-Jonction, le 17 août 2021 – Réunis ce soir en assemblée générale à l’Autodrome Chaudière, les membres du Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction–CSN (STOVJ–CSN) ont rejeté à 57 % l’entente de principe intervenue avec leur employeur dans la nuit du 13 août dernier lors d’un vote tenu par scrutin secret.

« Les membres ont décidé de rejeter l’entente de principe, la jugeant insatisfaisante, de préciser Martin Maurice, président du STOVJ–CSN. Nous allons donc aviser l’employeur et nous allons retourner à la table de négociation, toujours en présence du conciliateur. »

Le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction représente environ 1 050 membres. Il est affilié à la Fédération du commerce–CSN, qui compte 30 000 membres regroupés au sein de 360 syndicats œuvrant dans les domaines du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme. Le Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches–CSN, fondé en 1918, regroupe les syndicats CSN sur le territoire de la Capitale-Nationale et de la région de Chaudière-Appalaches. Il représente quelque 240 syndicats et près de 45 000 membres issus de tous les secteurs d’activité.

Entente de principe intervenue entre le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction et Olymel

Une entente de principe est intervenue dans la nuit du 13 août entre le Syndicat des travailleurs de Olymel Vallée-Jonction (STOVJ) et Olymel. Le STOVJ convoquera ses membres en assemblée générale pour présenter l’entente de principe. Le temps que les parties révisent les textes, une date sera communiquée aux membres du syndicat dans les prochains jours. Dans ce contexte, le Syndicat n’accordera aucune entrevue d’ici là.

À propos

Le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction représente environ 1050 membres. Il est affilié à la Fédération du commerce-CSN, qui compte 30 000 membres regroupés au sein de 360 syndicats œuvrant dans les domaines du commerce de gros et de détail, de l’agroalimentaire, de la finance et du tourisme.

Première journée de grève des syndiqué-es CSN dans l’hôtellerie

Les employé-es de certains hôtels de la région de Montréal et de Québec entament aujourd’hui leurs premières journées de grève dans le cadre de la renégociation de leurs conditions de travail.

Dès 9 h ce matin, les salarié-es du Hilton Laval ont débrayé, suivis de ceux du Delta Québec à 10 h. Ces débrayages visent à faire accélérer la négociation de leurs conventions collectives respectives qui sont échues depuis plus d’un an. D’autres journées de grève pourraient avoir lieu prochainement un peu partout au Québec dans le cadre de la négociation coordonnée du secteur de l’hôtellerie (CSN).

En compagnie des travailleuses et des travailleurs du Hilton Laval, le trésorier et responsable du secteur Tourisme de la Fédération du commerce (FC–CSN), Michel Valiquette, a réaffirmé la détermination de ses membres à en arriver à un règlement satisfaisant le plus tôt possible, mais constate un manque de volonté chez les employeurs du secteur. « Nous avons fait des compromis dans l’ensemble des tables de négociation, mais nous ne sentons pas d’empressement de leur part, a-t-il rappelé. Ces débrayages sont le signe de l’exaspération de nos membres et de leur intention d’améliorer leurs conditions de travail ».

Une pénurie de main-d’œuvre à endiguer
Les hôteliers sont nombreux à déplorer publiquement la pénurie de main-d’œuvre qualifiée et expérimentée dans le secteur, mais ils ne semblent toutefois pas pressés d’agir afin de régler la situation rapidement, déplore Michel Valiquette. « Les employeurs devraient comprendre que ces employé-es constituent une denrée rare et que l’amélioration des conditions de travail est la seule façon de les conserver. Pourtant, certains employeurs proposent même des reculs dans les conditions de travail, ce qui est un non-sens à nos yeux. Tout le monde gagne à mettre de l’eau dans son vin et à profiter de la reprise qui s’amorce dans le secteur hôtelier ».  

Le refus d’accepter des reculs sur les clauses de nature pécuniaire est d’ailleurs l’un des principes sur lequel se sont entendus les 26 syndicats participants à la négociation coordonnée du secteur de l’hôtellerie au sein de la Fédération du commerce de la CSN. Ceux-ci ont adhéré à une plateforme de demandes communes qui comprend quatre éléments principaux : une convention collective d’une durée de quatre ans; des améliorations aux régimes d’assurance collective; le maintien des liens d’emploi — et donc des droits de rappel et d’ancienneté — rétroactivement au 13 mars 2020; et des augmentations salariales raisonnables variant entre 2,1 % et 4 % par année.

La solution pour régler la pénurie de main-d’œuvre dont on ne parle pas : de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires

« Pay them more ». Traduction libre : Payez-les plus ou payez-les mieux. Voici ce qu’a répondu en juin dernier le président des États-Unis Joe Biden à des gens qui lui demandaient ce qu’il avait à dire à des employeurs qui cherchaient des solutions à la pénurie de main-d’œuvre. Cette réponse a le mérite d’être courte et claire. Mais on ne l’entend pas ici.

Dans les dernières semaines, Karl Blackburn, président et directeur du Conseil du patronat du Québec (CPQ), présentait dans une lettre ouverte les dix solutions du CPQ pour solutionner la pénurie de main-d’œuvre. Certaines de ces solutions sont intéressantes : celles qui misent sur la formation et sur l’alphabétisation des salarié-es, notamment. Mais une bonne partie de ces solutions sont ce qu’elles sont : des solutions de patrons. Aucune d’entre elles ne parle concrètement d’amélioration des conditions de travail et salariales.

Comme présidente d’une centrale syndicale qui représente 300 000 travailleuses et travailleurs dans les secteurs privé et public, je pourrais copier les propos de Joe Biden pour répondre aux patrons du Québec : la pénurie de main-d’œuvre est un problème complexe et on doit s’y attaquer de diverses façons. Pour le régler de façon durable, il faut certes investir dans la formation des travailleuses des travailleurs, afin qu’ils soient mieux qualifiés pour les emplois de demain. Mais il faut aussi améliorer les conditions de travail et hausser les salaires.

La pénurie de main-d’œuvre n’est pas née avec la pandémie. C’était un sujet chaud avant que le coronavirus nous enferme toutes et tous chez nous et fasse perdre des emplois à des milliers de personnes, surtout dans les secteurs à bas salaire. Prenons pour exemple le secteur de l’hôtellerie. En 2019, on constatait déjà une pénurie dans ce secteur et aujourd’hui, on la constate encore. Présentement, les 2500 professionnel-les de l’hôtellerie représentés par la CSN sont justement en négociation pour le renouvellement de leurs conventions collectives. Pourtant, les employeurs refusent d’améliorer les conditions de travail et d’augmenter les salaires pour attirer davantage de candidates et de candidats. Ils « offrent » même des reculs! Rien pour régler la pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur.

On voit une situation similaire dans les CPE : les conditions de travail sont si difficiles et les salaires si bas qu’il manque grandement de travailleuses. Cette pénurie freine la création de places et fait en sorte qu’en ce moment, des parents – surtout des mères – ne peuvent rejoindre le marché du travail. C’est ce qu’on appelle le serpent qui se mord la queue! Dans le cadre des négociations pour le renouvellement des conventions collectives, jusqu’à maintenant ce sont des miettes qui sont mises sur la table par le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe et les associations patronales. À la suite de l’annonce de l’entente Canada-Québec de la semaine dernière et des six milliards de dollars qui y sont rattachés, le gouvernement Legault a promis d’augmenter le salaire des travailleuses en CPE. Qu’il passe de la parole aux actes!

Hausser les salaires est une chose. Améliorer les conditions dans lesquelles les travailleuses et les travailleurs pratiquent leur métier est aussi primordial. On parle bien peu de la « pénibilité » de certains quarts d’emploi, de la difficile conciliation travail-famille dans une multitude de secteurs, des horaires brisés, de la précarité des postes, des conditions difficiles dans le secteur public, du salaire minimum qui est loin de permettre à quelqu’un d’arriver.

Autre solution de patrons qui permet de contourner le problème en refusant d’améliorer les conditions d’emploi : récemment, on apprenait qu’une nouvelle entente Canada-Québec permettra aux employeurs québécois de faire passer de 10 % à 20 % le quota de travailleurs étrangers temporaires qu’ils souhaitent embaucher dans des postes à bas salaires. Certains éléments de cette entente sont intéressants, notamment le fait que les travailleurs qualifiés qui attendent ici leur résidence permanente pourront maintenant avoir un permis de travail ouvert transitoire, qui permet de changer d’employeur, ce qui était jusqu’à maintenant impossible. Mais encore une fois, plutôt que d’améliorer concrètement les conditions salariales et de travail, Québec, le patronat et le milieu des affaires cherchent plutôt de nouveaux bassins de « cheap labor ».

Chers employeurs, désolée de jouer le rôle du caillou dans votre soulier, mais la meilleure stratégie pour attirer et maintenir la main-d’œuvre demeurera toujours l’amélioration de ses conditions de travail. Cela fait des lustres que vous demandez de la souplesse à vos salarié-es, il est maintenant le temps que vous en fassiez preuve vous-mêmes!

Le Regroupement des traversiers CSN déclenche des grèves de 48 h

Le regroupement des traversiers de la CSN, qui représente les travailleuses et les travailleurs de trois traverses différentes, a déclenché à 16 h le 12 août 2021 à Sorel-Tracy une séquence de deux jours de grève par syndicat. Cette grève annoncée il y a maintenant plus de deux semaines, résulte de l’échec de la Société des traversiers du Québec (STQ) de répondre positivement aux quelques demandes syndicales restantes. En plus de la traverse de SorelTracy, les traverses de QuébecLévis et de MataneBaie-ComeauGodbout emboîteront le pas tôt vendredi matin, le 13 août 2021.

« La STQ avait plusieurs occasions de s’entendre avec nous pour éviter ces journées de grève, déplore Émilie Bourgie-Côté, co-porte-parole du Regroupement des traversiers de la CSN. C’est l’employeur qui a annulé une journée de négociation le 30 juillet dernier et la séance de négociation en présence d’un conciliateur le 10 août n’a pas non plus mis fin à son entêtement. Pourtant, c’est lui qui a déposé la demande de conciliation. Bref, nous demeurons disponibles pour poursuivre les pourparlers, mais il faudrait qu’on nous revienne avec de nouvelles ressources pour répondre aux besoins » termine Mme Bourgie-Côté.

Le Regroupement rappelle que les demandes syndicales toujours en litige concernent principalement des primes qui pallieraient notamment des inconvénients du travail, le maintien du salaire lors de la prolongation de moins de 15 minutes d’un quart de travail, le reclassement des préposé-es aux passerelles et quais ainsi que la régularisation d’un poste pour la traverse de Matane–Baie-Comeau–Godbout.

« Nous tenons aux demandes encore sur la table parce qu’elles permettent de corriger des problématiques et des injustices vécues quotidiennement par les travailleuses et les travailleurs des traverses. En plus, comme dans plusieurs autres milieux, nous sommes aussi aux prises avec des difficultés d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre. L’amélioration de nos conditions de travail est aussi une solution à ce problème », explique Patrick St-Laurent, co-porte-parole du Regroupement des traversiers de la CSN.

« Le gouvernement doit cesser de considérer les travailleuses et les travailleurs des traversiers comme du personnel de second ordre. Alors que les choses ont bougé dans les négociations du secteur public et que des ententes de principe sont survenues en juin pour des milliers de salarié-es, nous ne voyons pas pourquoi la STQ traîne de la patte à ce point. Après un an et demi, il est temps que l’employeur montre davantage d’ouverture aux demandes plus que légitimes des syndicats. », ajoute Nathalie Arguin, présidente de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN).

Les syndicats des traversiers soutiennent que la grève pourrait à nouveau être exercée si les négociations ne progressaient pas suffisamment dans les prochains jours. Un mandat de cinq jours de grève à exercer au moment jugé opportun a été adopté par une forte majorité des membres en mai dernier.

Horaire de grève du 12 au 15 août 2021

  • Traverse Sorel-Tracy–Saint-Ignace-de-Loyola : du jeudi 12 août à 16 h au samedi 14 août à 15 h 59
  • Traverse Québec–Lévis : du vendredi 13 août à 5 h 30 au dimanche 15 août à 5 h 29
  • Traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout : du vendredi 13 août à 6 h au dimanche 15 août à 5 h 59

Disponibilité des représentants syndicaux sur les lignes de piquetage

Traverse de Sorel-Tracy au 125, rue Augusta à Sorel-Tracy
Jeudi 12 août entre 16 h et 18 h
Vendredi 13 août entre 15 h et 18 h
Samedi 14 août entre 10 h et 15 h

Traverse de Québec–Lévis au 10, rue des Traversiers à Québec
ou au 5995, rue Saint-Laurent à Lévis
Vendredi 13 août et samedi 14 août, entre 8 h et 17 h

Traverse de Matane au 1410, rue de Matane-sur-Mer à Matane
Vendredi 13 août entre 8 h et 11 h
Samedi 14 août entre 11 h et 13 h

La CSN manifeste contre Tidan Inc. et le Marriott Château Champlain

Une centaine de membres, militants et militantes de la CSN ont manifesté à Montréal samedi après-midi pour soutenir les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs du Marriott Château Champlain–CSN et leur présidente, Aida Gonçalves, congédiée sans raison par la direction de l’hôtel.

« C’est la solidarité qui fait la force de la CSN. Quand l’une des nôtres est victime d’une injustice, c’est tout le mouvement qui réagit, explique la vice-présidente de la CSN, Katia Lelièvre. C’est pour cette raison qu’il y a des militantes et des militants de tous les secteurs qui sont présents aujourd’hui. On se soutient tous et toutes entre nous. »

À la suite du congédiement de Mme Gonçalves, l’employeur lui a interdit d’accéder aux lieux de travail et a refusé de négocier en sa présence, jusqu’à ce que le Tribunal administratif du travail lui ordonne d’infirmer ces décisions.

« Il est totalement inacceptable que le Château Champlain et Tidan Inc. congédient aussi cavalièrement et injustement une employée qui travaille pour l’hôtel depuis plus de 30 ans, s’insurge Michel Valiquette, trésorier de la Fédération du commerce (FC–CSN). Il est encore plus ridicule qu’un employeur tente de s’approprier le droit de choisir qui représentera le syndicat à la table de négociation, mais j’imagine que nous ne devrions pas être surpris, venant d’une entreprise avec un aussi long historique antisyndical. »

Mme Gonçalves a d’abord été suspendue, puis congédiée, à la suite d’une activité de visibilité organisée par le syndicat le 8 juillet dernier dans le cadre des négociations en vue du renouvellement de leur convention collective. Durant l’évènement, la présidente et les membres du syndicat sont brièvement entrés dans le hall de l’hôtel pour manifester leur mécontentement envers leur employeur sans qu’aucun bris ou acte de vandalisme soit commis.

« Ce genre d’activité est couramment organisé durant les négociations. La réaction de l’employeur est complètement démesurée et s’apparente à de l’intimidation, déplore la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN), Dominique Daigneault. Nous sommes ici aujourd’hui par solidarité avec Aida, mais aussi pour affirmer haut et fort le droit des travailleuses et des travailleurs de s’unir et de se mobiliser pour obtenir de meilleures conditions de travail. »

Les salarié-es de Molson Coors souhaitent être représentés par la CSN

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) a déposé le 3 août dernier une requête en accréditation au Tribunal administratif du travail (TAT) pour représenter plus de 400 salarié-es de Molson Coors. Ceux-ci sont présentement syndiqués depuis plus de trente ans avec le local 1999 des Teamsters.

« Des salarié-es sont venus nous voir, car ils sont confrontés à de nombreux enjeux au niveau de leurs conditions de travail. Pour y faire face, ils souhaitent plus de combativité et être mieux organisés. C’est pourquoi ils ont entamé une démarche de changement syndical. Nous avons bien sûr répondu présents », explique Alexandre Laviolette, président de la Fédération du commerce–CSN.

Les enjeux sont en effet nombreux : plus de 160 postes ont récemment été supprimés et l’entreprise a entamé le déménagement de ses activités vers la nouvelle usine de Saint-Hubert. Le processus de renouvellement de la convention collective débutera bientôt et les salarié-es auront des enjeux importants à faire valoir. Rappelons qu’en juin dernier, les camionneurs de l’entreprise ont spontanément débrayé, sans aviser leur syndicat, pour dénoncer le manque de camionneurs employés et les salaires trop peu élevés pour ces postes, réduisant le nombre de candidatures reçues. L’employeur demande donc à ses cadres d’effectuer le travail des salariés.

« Les travailleuses et travailleurs de Molson Coors méritent plus de respect. Et ils souhaitent surtout être mieux outillés pour faire face à tous ces défis. En se tournant vers la CSN, ils seront plus autonomes dans les négociations de leur convention collective. Et bien sûr, toute la machine CSN travaillera avec eux pour dynamiser leur vie syndicale et pour établir un meilleur rapport de force face à l’employeur », termine David Bergeron-Cyr, vice-président de la CSN.

Le processus juridique de changement syndical entamé au TAT suivra son cours et le résultat devrait être connu dans les prochaines semaines.

Olymel rejette un compromis salarial important proposé par le syndicat

Les dirigeants d’Olymel ayant rejeté une nouvelle proposition salariale déposée par les représentants syndicaux lors de la séance de conciliation d’aujourd’hui, le Syndicat des travailleurs d’Olymel Vallée-Jonction–CSN convoquera rapidement ses membres à une assemblée générale spéciale afin de faire l’état de la situation avec eux.

« Aujourd’hui, le syndicat s’est présenté en conciliation avec l’intention de faire l’ultime effort pour arriver à une entente raisonnable pour les travailleurs et reprendre l’abattage rapidement, » explique Martin Maurice, président du syndicat. « Olymel a non seulement refusé le compromis salarial, mais a ajouté l’insulte à l’injure en mentionnant qu’il regrettait d’avoir considéré la recommandation de l’équipe de conciliation. »

Dans le but d’arriver rapidement à une entente négociée entre les parties et prévenir l’abattage humanitaire des milliers de porcs en attente, le syndicat a soumis une offre de compromis en réduisant l’écart entre les parties par près de 60% afin que l’employeur saisisse la main tendue.

Par ailleurs, ayant pris acte que la quasi-totalité des travailleurs du quart de soir ne souhaite pas se voir imposer un horaire de quatre jours de dix heures et que cet élément compromet l’adoption d’une éventuelle entente de principe, le syndicat a proposé à l’employeur que ceux-ci puissent bénéficier d’un deuxième vote par scrutin secret pour l’approbation de cet horaire. Cette manœuvre éviterait au syndicat de tenir une autre assemblée dans l’éventualité d’un rejet de l’entente en raison l’horaire seulement, le tout dans le but d’épargner aux travailleurs et éleveurs d’attendre la tenue d’une autre instance pour la présentation d’une nouvelle entente de principe sans les modifications à l’horaire. 

L’assemblée générale spéciale convoquée par le syndicat aura comme objectif de présenter aux membres les détails de la dernière contre-proposition et pour tenir un vote à scrutin secret sur l’enjeu d’implanter un horaire de quatre jours de dix heures sur le quart de soir.

« L’employeur n’a pas déposé de nouvelle proposition depuis le 20 juillet alors que la partie syndicale a fait quatre contre-propositions pour arriver à une entente négociée et recommandée à ses membres. Si les dirigeants d’Olymel souhaitent faire débloquer les négociations, ils vont devoir faire eux aussi les efforts qui s’imposent en proposant des pistes de solutions plutôt que de simplement toujours rejeter les offres syndicales, » a conclu le président.

Les grévistes d’Olymel Vallée-Jonction appuient leur comité de négociation

Les grévistes d’Olymel Vallée-Jonction–CSN ont offert un soutien enthousiaste à leur comité de négociation lors d’une assemblée tenue ce matin devant l’usine de Vallée-Jonction. Près de 700 travailleuses et travailleurs étaient présents pour réitérer leur confiance aux représentants syndicaux et leur donner le mandat de poursuivre les négociations.

Rappelons que ces travailleuses et travailleurs sont en grève depuis le 28 avril, et bien que les parties se soient entendues sur plusieurs enjeux, la question salariale demeure un point de litige important.

« Malgré l’escalade de tension des derniers jours, on souhaite reprendre les pourparlers avec la partie patronale le plus rapidement possible, » explique Martin Maurice, président du syndicat. « Il ne faut pas oublier que nos membres ont seulement connu une augmentation de 1,13 $ en quatorze ans, et qu’il s’agit d’un travail très exigeant où l’on décompte plus de quatre cents accidents de travail par année. On nourrit le Québec, et on a le droit de se battre pour améliorer notre sort. Un règlement est près et les membres nous ont donné ce matin la marge de manœuvre nécessaire pour trouver une piste de sortie à ce conflit historique. »

Le syndicat informera le service de conciliation que les membres réitèrent leur confiance envers leur président ainsi que pour leur informer que s’il est convoqué à nouveau le syndicat est disposé à immédiatement poursuivre les négociations afin de régler le peu qui sépare encore les parties.