Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Rencontrer les membres, un Gatorade à la fois

Depuis le début de la pandémie, les échanges entre les syndicats et leurs membres se sont limités aux réunions par vidéoconférences. Après de longs mois de rencontres virtuelles, le syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay (CSN) a trouvé une façon originale de reprendre un réel contact avec ses membres. Sa tournée estivale fait donc d’une pierre deux coups : elle sert à discuter de la négociation à venir tout en offrant à ceux qui travaillent d’arrache-pied sous le soleil un moyen de se réhydrater. « L’opération Gatorade » rencontre désormais un énorme succès.

À la veille d’une renégociation de la convention collective des cols bleus de Saguenay, le syndicat CSN cherchait un moyen de rencontrer ses 500 membres sur leurs lieux de travail, alors que ceux-ci doivent souvent se déplacer au jour le jour, d’un lieu extérieur à un autre.

C’est alors que la conseillère à la mobilisation au Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Émilie Jean, a eu une idée qui s’est avérée extrêmement fructueuse : cibler les journées chaudes pour aller à la rencontre des membres afin de leur distribuer ce dont ils ont le plus besoin : une boisson hydratante. Devant le succès de l’opération, on a également ajouté les fameux Mr. Freeze à l’arsenal.

« On a vécu quelques journées super chaudes au début de l’été et l’idée d’aller à la rencontre des membres en leur offrant un Gatorade m’est venue à l’esprit, explique-t-elle. Depuis, je n’ai jamais vu des gens aussi contents de nous voir ! »

Même son de cloche du côté du président du syndicat, Éric Blanchette, qui se dit agréablement surpris de l’accueil chaleureux des membres. « Même l’employeur a applaudi notre démarche parce qu’elle répond à une mission de santé et sécurité au travail. Mais ça nous permet surtout de mobiliser nos membres pour la négociation et d’entendre leurs revendications. C’est une consultation vraiment exhaustive. On rencontre des gens qui sont plus difficiles à rejoindre en temps normal, soit en raison de leur situation familiale ou parce que dans les grandes assemblées, avec tous les protocoles, ça peut être intimidant pour certaines personnes qui n’osent pas prendre la parole ».

« Ces discussions permettent donc d’avoir le pouls exact des membres par rapport aux revendications et de cibler plus précisément les demandes en vue de la renégociation de la convention collective », ajoute-t-il.

Rebâtir des liens, malgré la COVID
L’opération qui se déroule en moyenne une fois par semaine permet d’atteindre des membres qui sont souvent difficiles à rejoindre en temps normal. Plusieurs d’entre eux sont constamment en mouvement, car ils doivent effectuer des travaux à l’extérieur, d’un bout à l’autre de la municipalité de Saguenay.

La stratégie, qui se base sur l’usage des réseaux sociaux, est simple, mais efficace : la veille d’une journée chaude, le syndicat planifie une alerte sur sa page Facebook pour le lendemain matin. Une fois l’alerte publiée, les travailleurs intéressés n’ont qu’à indiquer leur lieu de travail et le nombre de personnes sur le site. « On arrive avec nos glacières et les boissons bien froides, alors l’accueil est toujours excellent, assure le président du syndicat. Nos membres nous disent qu’on ne les a pas oubliés, malgré la COVID, et qu’on s’occupe d’eux. » De la musique aux oreilles du président après des mois difficiles de restrictions imposées par les enjeux de santé publique.

« Avec le réchauffement climatique et la hausse des journées de chaleur accablante, la distribution de rafraîchissements est une formule qui sera assurément répétée au cours des prochaines années », ajoute Éric Blanchette. « Je n’ai aucun doute là-dessus ! »

Informer sur les effets de la sous-traitance

C’est en conférence de presse ce matin que le Syndicat des employés municipaux de la ville de Saguenay–CSN (SEMVSCSN) a lancé sa campagne « Faisons la différence, nos votes contre la sous-traitance » dans le cadre des élections municipales à venir. Par cette initiative, le syndicat désire informer ses membres et la population sur les positions des candidats-es dans les districts et à la mairie de Saguenay au sujet de la sous-traitance et ainsi favoriser un vote éclairé le 5 novembre prochain.

« Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir voter pour ses patrons une fois aux quatre ans. Dans le contexte où nous observons une tendance lourde et rapide de l’administration municipale à aller vers la sous-traitance du travail qui est effectué par nos membres, nous saisissons l’occasion pour questionner les futurs élus sur leur vision de la situation et leur proposition d’avenir. Nous le faisons en toute bonne foi afin d’établir un dialogue constructif avec le prochain conseil » explique Yannick Gaudreault, président du SEMVSCSN.

La campagne syndicale se déploiera en trois grandes étapes. La première consistera en l’envoi d’un questionnaire de quatre questions à l’ensemble des candidats-es aux postes de conseiller municipal et à la mairie de Saguenay à répondre avant le 20 octobre prochain. Ce questionnaire vise à connaître l’opinion des candidats-es sur la sous-traitance, leur vision d’avenir sur les services offerts à la population à l’interne, la valorisation de la qualité du travail effectué par les cols bleus et les relations qu’elles et qu’ils comptent établir avec le syndicat s’ils sont élus. Par la suite, les réponses reçues seront rassemblées dans un seul document qui sera envoyé, tel quel et sans commentaire, à l’ensemble des membres du SEMVSCSN par la poste et à l’ensemble de la population par le biais d’une activité-bilan qui se tiendra dans la semaine du 22 octobre 2017.

« La sous-traitance est un enjeu que nous prenons au sérieux, et ce partout au Québec. La campagne qu’entame le SEMVS-CSN actuellement amènera les candidates et candidats à se compromettre. Certaines administrations municipales nous donnent l’impression qu’ils gèrent une entreprise privée quand en réalité nous parlons ici de gestion de fonds publics et de services à la population » renchérit Nathalie Arguin, secrétaire générale de la Fédération des employé-es de services publics (FEESPCSN).

La dernière étape de la campagne syndicale se réalisera après les élections.  Une demande sera logée à chacun-es des élu-es pour une rencontre avec les représentant-es syndicaux. Ces rencontres auront comme objectifs d’établir une relation avec les nouvelles et nouveaux élu-es tout en plaçant les priorités du SEMVSCSN pour le prochain mandat.

« Le SEMVSCSN peut compter sur l’appui de la CSN et de toutes ses composantes. Nous encourageons ce genre d’initiative plus politique qui permet de faire avancer certains enjeux sociaux pour améliorer les conditions de vie de nos membres et de la population en général. C’est la manière de faire à la CSN et tous nos outils sont à la disposition des syndicats affiliés qui désirent aller dans cette direction.  » conclut Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN.

À propos du SEMVS-CSN

Le Syndicat des employés municipaux de la ville de Saguenay – CSN représente près de 500 travailleuses et travailleurs « cols bleus » des trois arrondissements de Saguenay. Il est affilié au Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSN, à  la Fédération des employé-es de services publics (FEESP-CSN) et à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Le syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay: acceptation à 83 % de l’offre globale et finale de la ville

Réunis en assemblée générale hier à Chicoutimi, plus de 350 travailleurs cols bleus et membres du Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay (CSN) ont voté sur l’offre globale et finale déposée par la Ville la semaine passée.

En négociation depuis près d’un an et demi, les parties ont décidé, il y a quelques mois, de faire appel à un conciliateur et, il y a quelques semaines, d’entreprendre un blitz de négociation. Le syndicat a fait des gains concernant les clauses sur l’attribution du temps supplémentaire, la date d’ancienneté et sur d’autres clauses normatives.

« Au cours de l’année et demie où nous avons été en négociation, nous avons obtenu plusieurs choses, mais après plusieurs rencontres de blitz de négociation, rencontres qui se sont passées en mars et en avril derniers, nous nous sommes vite rendus à l’évidence que nous ne pourrions en arriver à une entente de principe, nos positions demeurant différentes de part et d’autre; la Ville a donc pris la décision de déposer une offre globale et finale la semaine dernière. Nous avons fait confiance à nos vis-à-vis, car ils nous avaient fait comprendre qu’en blitz de négociation avec un comité restreint, les choses allaient avancer plus vite. Nous avons choisi de procéder de la sorte, mais l’employeur a fait des offres conditionnelles à des compromis syndicaux ! » de déplorer monsieur Claude Dion, président du Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay (CSN).

«L’employeur tenait à obtenir, selon ses propos, la flexibilité des employés affectés aux travaux publics et en échange, il a bonifié les primes, les repas, améliorations des conditions de travail pour les temporaires de longue date et autres. Les demandes patronales étaient notamment justifiées par la restructuration qu’il dit vouloir entreprendre en 2015 et qui devrait toucher la plupart des groupes des employés de la Ville. Nous avons démontré notre bonne foi et nous avons fait un choix de raison et non de cœur en acceptant cette offre finale, mais sachez qu’en 2015 nous ramènerons les demandes sur lesquelles nous n’avons pas pu discuter » d’affirmer monsieur Dion.

Bien que le résultat soit de 83 % pour l’acceptation de cette offre finale, les membres se sont exprimés haut et fort contre le comportement de l’employeur pendant cette négociation et sur le fait que plusieurs cadres ont fait planer des rumeurs de non-rappel au travail pour l’été si le contrat n’était pas accepté. « Nous n’avons pas eu peur de ces menaces; par contre, nous ne pouvions les balayer de la main et par souci de transparence, nos membres devaient être au courant de ces menaces faites par l’employeur » d’expliquer monsieur Dion. « Cependant, la prochaine ronde de négociation est pour très bientôt et il faut que l’employeur sache que nos membres sont prêts et que l’exécutif se rappellera de la façon dont cette négociation-ci s’est passée » de conclure le président du syndicat.

Le Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay (CSN) est affilié à la Fédération des employées et employés de services publics – CSN. Celle-ci compte plus de 400 syndicats affiliés, représentant environ 55 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean compte plus de 16 600 membres. La CSN représente plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, et ce, tant dans les secteurs privé que public.