L’intervention de Justin Trudeau est nécessaire

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

Les salarié-es de Chemtrade déclenchent la grève

C’est ce jeudi matin 5 janvier que les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses des…
Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

Une occasion ratée d’implanter les solutions du personnel pour un réseau plus humain

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ressort perplexe de la lecture du…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…
Des gains majeurs pour les employés de bureau du chantier Davie

Des gains majeurs pour les employés de bureau du chantier Davie

Réunis en assemblée générale cet après-midi, les membres du Syndicat des employés de bureau du chantier…
Nouvelle convention collective chez Mitchel Lincoln

Nouvelle convention collective chez Mitchel Lincoln

Les trois semaines de lock-out décrétées chez Mitchel Lincoln ne seront pas venues à bout de…

Message conjoint de la CSN et de Davie

csn005

L’intervention de Justin Trudeau est nécessaire

Devant la menace qui pèse sur les 1200 emplois et sur la survie du chantier naval de Lévis, Jacques Létourneau, président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), et Spencer Fraser, président et chef de la direction de Federal Fleet, lancent un pressant appel au premier ministre Justin Trudeau afin qu’il intervienne directement en posant un geste concret pour assurer son avenir.

Crédit photo: Raynald Leblanc

« Nous avons sollicité une rencontre avec le premier ministre Trudeau pour lui demander d’assumer le leadership qui s’impose afin de sauver les emplois et le Chantier Davie », ont déclaré à l’unisson Jacques Létourneau et Spencer Fraser.  « Nous voulons savoir s’il souhaite que le plus grand chantier naval au Canada maintienne ses opérations et ses 1200 emplois ou s’il est indifférent au sort des milliers de familles de la région de Québec qui dépendent des contrats liés au renouvellement de la flotte fédérale. La clé est entre ses mains. »

Après les 400 travailleurs qui ont été mis à pied au cours des deux dernières semaines, le couperet tombera sur 400 autres d’ici les fêtes, sans compter tous les emplois indirects qui découlent de l’activité sur le chantier, notamment ceux des centaines de fournisseurs de Davie, si le gouvernement Trudeau n’agit pas.

Une large mobilisation s’organise au Québec derrière les emplois et le Chantier Davie, comme en fait foi la participation des représentants des partis politiques de toutes allégeances à la conférence de presse conjointe de Chantier Davie et de la CSN : le ministre Jean D’Amour, du Parti libéral du Québec, André Lamontagne de la Coalition Avenir Québec, Nicolas Marceau, du Parti québécois, Amir Khadir, de Québec solidaire, Alexandre Boulerice, du Nouveau parti démocratique, et Michel Boudrias, du Bloc québécois.

« Au cours des prochains jours, nous rendrons publique la liste des organisations et des personnalités qui appuient nos démarches et réclament du gouvernement Trudeau qu’il rétablisse l’équité en octroyant la juste part des contrats fédéraux qui revient à Davie. L’enjeu est de taille : le maintien d’emplois de qualité qui permet à des centaines de travailleuses et de travailleurs de faire vivre décemment leurs familles et qui assure à Davie de conserver son expertise », a poursuivi le président de la CSN.

Crédit photo: Raynald Leblanc
Crédit photo: Raynald Leblanc

Les décisions du gouvernement fédéral précédent ont placé le chantier Davie, et tous les emplois qui y sont rattachés, dans une situation des plus précaires en l’évinçant de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN) qui a outrageusement favorisé les chantiers Irving, d’Halifax, et Seaspan, de Vancouver. Ces derniers ont obtenu plus de 75 milliards de contrats qui assurent des milliers d’emplois dans ces régions jusqu’en 2040.

« La livraison des deux navires de soutien interarmées en 2021 constitue un véritable fantasme bureaucratique.  Le commissaire adjoint de la Garde côtière canadienne l’a admis lors de sa plus récente comparution au comité permanent des pêches et des océans : le premier navire de soutien interarmées ne sera livré qu’en 2026. La Marine royale canadienne ne peut opérer sans un second ravitailleur durant près d’une décennie. La seule option qui reste au gouvernement fédéral est de signer le plus tôt possible sa lettre d’intention pour que nous puissions amorcer dès maintenant la construction du second navire ravitailleur, l’Obelix», a martelé Spencer Fraser.

« Avec l’Asterix, notamment, les travailleuses et les travailleurs de Davie ont démontré qu’ils peuvent relever les défis, a pour sa part mentionné Régent Guay, président du Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon (CSN). Ils ont raison d’être fiers d’avoir accompli ce tour de force en réussissant la transformation du navire-conteneur dans les délais et sans dépassement de coût. »

« Il est temps d’assurer la sécurité à celles et à ceux qui œuvrent sur le chantier, a indiqué Pierre Fortier, président du Syndicat des employés du corps de sécurité de Davie (CSN). Nous avons la compétence et l’expertise pour assumer tous les contrats que pourrait nous octroyer le fédéral. »

Il est à noter que deux milliards de contrats fédéraux n’ont toujours pas été octroyés dans le cadre du renouvellement de la flotte fédérale.  Chantier Davie ne peut se qualifier que pour des travaux d’une valeur de 25 millions en raison des contraintes bureaucratiques qui l’exclut des contrats les plus lucratifs.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

ACTUALITÉS