Des employé-es d’Amazon dénoncent les représailles et les pratiques antisyndicales de la multinationale

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la ville de Chandler adopte des moyens de pression

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la ville de Chandler adopte des moyens de pression

En assemblée générale, le 1er février 2023, les travailleuses et travailleurs du Syndicat des employés municipaux…
Le Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud refuse l’hypothèse de règlement

Le Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud refuse l’hypothèse de règlement

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud (CSN) ont rejeté l’hypothèse de règlement…
CHP : une 10e entente à atteindre le 18 $/heure

CHP : une 10e entente à atteindre le 18 $/heure

Le 1er février 2023, les membres de la section Les Marronniers du Syndicat des travailleuses et…
Santé et services sociaux : quelles portes la CAQ ouvrira-t-elle ?

Santé et services sociaux : quelles portes la CAQ ouvrira-t-elle ?

Des travailleuses et travailleurs membres de syndicats CSN des secteurs public et privé se sont donné…
Une première entente dans un centre d’hébergement privé au Bas-Saint-Laurent

Une première entente dans un centre d’hébergement privé au Bas-Saint-Laurent

Le 30 janvier 2023, les membres du Syndicat du personnel des centres d’hébergement et des institutions…
Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…

Entrepôts d'Amazon

2023-01-20_Amazon_CSN

Des employé-es d’Amazon dénoncent les représailles et les pratiques antisyndicales de la multinationale

Harcèlement, mesures disciplinaires injustifiées, montants d’argent offerts en échange du retrait des plaintes déposées à la CNESST lors d’accidents de travail, congédiements à la suite d’arrêts de travail pour cause de lésions professionnelles, ingérence patronale dans la campagne de syndicalisation en cours… Les pratiques ayant cours dans les entrepôts d’Amazon dans la région montréalaise vont complètement à l’encontre du Code du travail et de la Loi sur la santé et la sécurité du travail, déplorent la CSN et le Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI).

Des employé-es d’Amazon ont rencontré les médias, ce matin, pour témoigner des multiples représailles qu’ils ont subies après avoir exercé des recours tout à fait légaux auprès de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) ou pour avoir contribué à la création d’un syndicat pour les travailleuses et les travailleurs.

Alors que la CSN appuie activement la campagne de syndicalisation en cours, son vice-président, David Bergeron-Cyr, a fortement condamné les agissements de la multinationale. « On a vu Amazon agir aux États-Unis, on savait que la campagne serait difficile. On est face à l’un des pires employeurs de la planète. Depuis le printemps et tout au long de l’automne, Amazon a placardé ses espaces entrepôts d’affiches antisyndicales, a fait parvenir de nombreuses missives, par texto, à l’ensemble de ses employé-es pour les inciter à rejeter la syndicalisation. Une vraie campagne de peur. Ils ont fait venir des cadres de partout en Amérique du Nord pour s’entretenir avec les employé-es. On savait qu’Amazon serait prêt à tout pour contrer la syndicalisation de ses employé-es. »

Même son de cloche du côté du CTI, qui assiste des employé-es d’Amazon dans leurs démarches juridiques auprès des instances appropriées. « On était bien conscients qu’Amazon faisait tout pour se soustraire à l’obligation de déclarer chaque accident de travail à la CNESST ou encore pour contester chaque réclamation », a déclaré Mostafa Henaway, organisateur communautaire au CTI. « Mais d’apprendre aujourd’hui que des mesures sont prises à l’encontre des accidenté-es du travail qui exercent leur droit légal à des compensations et un sain rétablissement, d’apprendre que certains d’entre eux se voient promettre de l’argent par Amazon si leurs plaintes à la CNESST sont retirées, d’apprendre qu’Amazon va jusqu’à congédier des employé-es ayant osé faire une réclamation à la suite d’un accident de travail, ça dépasse l’entendement. »

Fondée en 1921, la CSN est la première grande centrale syndicale québécoise. Composée de près de 1 600 syndicats, elle défend plus de 330 000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité sur l’ensemble du territoire. Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI) défend les droits des immigrants et immigrantes dans leurs lieux de travail et se bat pour la dignité, le respect et la justice en leur offrant des services dans plusieurs langues.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

ACTUALITÉS