Des gains pour les salarié-es de la Ferme Saint-Zotique

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Équité salariale : le personnel de bureau et de l’administration réclame son dû!

Des centaines de militantes et de militants de la Fédération de la santé et des services…
Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…
Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Une entente de principe aux Jardins Charlesbourg

Le 24 janvier, les travailleuses et les travailleurs de la résidence Les Jardins Charlesbourg à Québec…
Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud­­­ (CSN) vont déclencher une grève de…

Entente de principe en Montérégie

2022-03-11_St_Zotique_CSN

Des gains pour les salarié-es de la Ferme Saint-Zotique

Les quelque 130 salarié-es de la Ferme Saint-Zotique, membre de la famille corporative des fermes Burnbrae, ont accepté à 83 % une entente de principe leur permettant de réaliser des gains majeurs autant au niveau salarial qu’au niveau de leurs conditions de travail. Réunis en assemblée générale, à Saint-Polycarpe, le dimanche 6 mars 2022, les membres du syndicat CSN ont accepté la recommandation de leur comité de négociation mettant ainsi un terme à un processus de négociation qui aura duré cinq mois et au cours duquel les salarié-es ont dû exercer leur droit de grève à deux reprises.

Rappelons qu’en septembre 2021, les membres avaient mandaté leur représentant d’un volumineux projet de négociation, l’enjeu était de réécrire en grande partie la convention collective pour mieux encadrer les conditions de travail au quotidien. « Pour plusieurs de nos membres, il s’agissait de la négociation de la dernière chance, si les choses ne changeaient pas maintenant et drastiquement, ils allaient partir, indique Marc Binet, président du syndicat. Nous avons donc été chercher des gains majeurs qui permettront de mettre de l’ordre dans les relations de travail et les conditions de travail ».

L’entente de principe prévoit une convention collective de quatre ans avec des hausses de salaire totales de 15 % à 20 % selon les différents postes, l’équité salariale pour certaines fonctions à prédominances féminines, l’instauration d’une prime équivalente à 5 % du salaire pour compenser les heures supplémentaires obligatoires pour les salarié-es de l’expédition et une majoration de près de 25 % des différentes primes. Les syndiqué-es ont également obtenu à l’arraché le report des jours fériés tombant la fin de semaine et la fin du travail obligatoire les jours fériés, qui semble être une norme dans l’industrie de l’œuf. Aussi, les salarié-es ont obtenu des gains notables sur les procédures d’octroi des vacances et l’élimination des semaines où la prise de vacances était interdite, un encadrement plus strict du recours au personnel d’agence et des clauses de libertés syndicales améliorées.

À la Fédération du Commerce–CSN, on rappelle que les augmentations de salaire de 1,25 $ de l’heure, rétroactives au mois de novembre 2021, s’ajoutent aux hausses moyennes de 1,50 $ de l’heure obtenues, en cours de convention, à la suite d’une importante lutte des membres, en septembre 2020. Pour Nancy Mathieu, secrétaire générale de la Fédération, « les salarié-es ont lutté en 2020 et ils ont obtenu la transformation de la prime COVID en salaire, maintenant en mobilisant et en luttant de nouveau, ils vont en chercher davantage. En novembre 2022, certains salarié-es auront été chercher plus de 15 % d’augmentation en deux ans. La lutte et la solidarité, c’est ainsi qu’on gagne ».

Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie–CSN, accueille très favorablement ce règlement et y voit une très bonne chose pour le marché de l’emploi dans la région du Suroît. « Les salarié-es de la Ferme Saint-Zotique viennent de faire passer le salaire d’embauche à 18,81 $ de l’heure, c’est un syndicat de plus à passer la barre des 18 $ de l’heure qui représente pour nous le salaire minimum pour vivre convenablement en 2022. C’est un pas dans la bonne direction pour l’ensemble de la Montérégie, particulièrement le Suroît ».

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket